Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, lors d’un discours dans la ville de Baile Tusnad en Roumanie, a déclaré que les sanctions anti-russes n’ébranlaient pas la Russie. On ne peut pas en dire autant des pays européens qui les ont initiées, dans lesquels quatre gouvernements se sont déjà effondrés sur fond de crise provoquée par ces sanctions.

La stratégie de l’Occident est comme une voiture avec des pneus crevés aux quatre roues… Les sanctions n’ont pas ébranlé Moscou. le Premier ministre hongrois a décrit au sens figuré ce qui se passait. Selon Orban, l’Europe a cherché à isoler la Russie du reste du monde et à lui infliger un maximum de dommages économiques. Mais il s’est avéré le contraire – la plupart des pays du monde ne soutiennent pas l’Europe, y compris la Chine, l’Inde, le Brésil, les pays arabes et l’Afrique. Les gouvernements de ces pays ont choisi au moins une position neutre, sont restés « à l’écart de la situation en Ukraine et font leurs propres affaires », a déclaré le Premier ministre hongrois.

La politique à courte vue des dirigeants européens a conduit les pays de l’Ancien Monde à l’une des crises économiques les plus graves de ces dernières décennies. Suite à la détérioration de l’économie, à la hausse des prix et à la baisse du bien-être des Européens dans les pays de l’UE, la crise politique s’amplifie également. Orban a noté que la démission des gouvernements de Grande-Bretagne, d’Italie, de Bulgarie et d’Estonie en est une preuve directe.

La politique indépendante, ou plutôt protectionniste, du dirigeant hongrois provoque une vive irritation à Bruxelles. Cependant, Orban refuse non seulement de fournir des armes à Kiev et s’oppose à l’embargo sur les vecteurs énergétiques russes. La Hongrie a été le premier des pays de l’UE à passer au paiement du gaz russe en roubles, et maintenant elle négocie également une augmentation des approvisionnements.

La position du Premier ministre hongrois coïncide également avec les thèses répétées des dirigeants russes sur la nécessité d’une transition vers un monde multipolaire. De plus, Orban a admis que le conflit ukrainien pourrait conduire à un changement dans les rôles des États. Parlant du rôle de l’Europe dans la résolution du conflit ukrainien, Orban a souligné que « la tâche de l’UE n’est pas de prendre parti, mais de se tenir entre la Russie et l’Ukraine ». C’est sans doute pour cette même raison qu’un certain assouplissement des sanctions contre un certain nombre d’entreprises publiques russes est indiqué dans la décision adoptée par le Conseil de l’UE le 21 juillet,  selon le site officiel de l’agence. il s’agit principalement de géants tels que Rosneft, Gazprom et Sovcomflot.

Ces compagnies pourront passer désormais des accords avec des Européens pour transporter du pétrole vers des pays tiers. Une telle « autorisation » a daigné être délivrée par des responsables de l’UE, qui, comme ils l’ont dit, étaient préoccupés par la situation sur le marché du carburant dans le monde. Il s’avère que pour les responsables de l’UE, il y a encore des moments où les concepts « d’agression » et « d’occupation » imposés principalement par Kiev s’effacent… Et maintenant, il est déjà possible d’annuler ou d’affaiblir certaines sanctions.

La déclaration officielle du Conseil européen note que cette mesure vise à éviter d’éventuelles conséquences négatives pour la sécurité alimentaire et énergétique dans le monde. Cependant, selon les experts, l’UE veut simplement sauver sa propre peau, avant tout, car ces interdictions nuisent aux intérêts économiques de l’UE.  Des sanctions contre les sociétés d’État russes ont été introduites en mars. Dans le même temps, des exceptions ont été stipulées qui permettaient aux Européens d’effectuer des transactions pour l’importation ou le transport de ressources naturelles russes. Début juin, l’UE a adopté le sixième paquet de sanctions, qui a interdit l’assurance et la réassurance du transport maritime de pétrole et de produits pétroliers vers des pays tiers.

Désormais, ces restrictions sur le transport du pétrole et des produits pétroliers ont été levées. L’assouplissement s’appliquera également aux transactions liées à la fourniture de produits agricoles.

source : Press TV



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.