Contre l’avis de son comité d’experts, l’OMS a déclenché samedi son plus haut niveau d’alerte pour tenter de juguler la hausse des cas de variole du singe, qui a touché près de 17 000 personnes dans 74 pays, a annoncé son directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesus.

“Pour la deuxième fois en deux ans, l’Organisation mondiale de la santé a pris la rare décision de déclarer une urgence mondiale”remarque le New York Times.

“J’ai décidé de déclarer une Urgence de santé publique de portée internationale“, a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus lors d’un point de presse, précisant que le risque dans le monde était relativement modéré à part l’Europe où il est élevé. Il a également précisé qu’à l’heure actuelle, “cette flambée est concentrée parmi les hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes, et en particulier ceux qui ont des partenaires multiples, ce qui veut dire qu’elle peut être stoppée avec les bonnes stratégies dans le bon groupe“.

Cette décision prise par Tedros Adhanom Ghebreyesus ne faisait pourtant pas l’unanimité parmi le comité d’experts de l’OMS, qui n’a pas réussi à atteindre un consensus. “Neuf membres étaient opposés à une telle déclaration et six en faveur”, a précisé le directeur général de l’OMS qui a fini par “prendre la décision inhabituelle de ne pas tenir compte de l’avis du comité”explique le Washington Post.

Sur Twitter, à l’instar du docteur Eli David, les internautes n’ont pas manqué de tourner en dérision cette décision unilatérale du chef de l’OMS de déclarer l’état d’urgence alors que son propre panel d’experts s’était prononcé en défaveur d’une telle mesure.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.