par Andrei Martyanov.

« Moscou ne demande pas la levée des sanctions, mais exhorte les États occidentaux à régler les problèmes qu’ils ont créés sur le marché alimentaire mondial, a déclaré dimanche le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. « Nous ne demandons pas la levée des sanctions – ce sont des problèmes qui méritent d’être traités séparément. Nous allons simplement développer notre économie maintenant en comptant sur des partenaires fiables et non sur ceux qui ont une fois de plus prouvé leur totale incapacité… En ce qui concerne les denrées alimentaires, nos collègues occidentaux… devraient lever les obstacles qu’ils ont eux-mêmes créés », a déclaré le diplomate à l’issue d’entretiens avec son homologue égyptien, Sameh Shoukry, en Égypte. Il a fait remarquer que Moscou n’aurait pas accepté l’accord de vendredi débloquant les exportations de céréales de l’Ukraine si la question de la libération des exportations russes n’avait pas été résolue. Moscou compte maintenant sur l’ONU pour tenir sa promesse et aider à lever les restrictions qui freinent les expéditions de céréales russes. »

En fait, par analogie avec le rapport de la RUSI intitulé « Le retour de la guerre industrielle », qui a été retardé de plusieurs années, il est grand temps de rédiger un rapport similaire intitulé « Le retour de l’économie réelle ». Ah, attendez… je l’ai déjà fait. Dans la vie réelle, toutes les « valeurs » des actions, les indices de « capitalisation » ou les faux chiffres de PIB ne veulent rien dire. Seule la capacité à produire et à distribuer correctement des produits tangibles allant de l’énergie à la nourriture, en passant par les machines et les services essentiels, compte pour soutenir les sociétés et permettre le développement et la cohésion sociale. L’Occident combiné commence soudainement, bien que tardivement, à apprendre ces choses très simples et évidentes.

Selon l’hypothèse émise hier par Gonzalo Lira, les jours de Zelensky sont peut-être comptés.

Gonzalo a généralement raison – l’assassinat de Zelensky est l’un des scénarios envisagés depuis le début et plus l’opération militaire spéciale se prolonge, plus la probabilité est grande que ce scénario soit mis en œuvre par les États-Unis. Cependant, à ce stade, cela ne fait aucune différence pour la Russie car, à en juger par les dernières déclarations du sommet politique de la Russie, notamment la déclaration faite aujourd’hui par Lavrov en Égypte :

« La Russie aidera certainement les Ukrainiens à se débarrasser du régime anti-populaire et anti-historique, a déclaré le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors d’une réunion avec les représentants permanents des pays membres de la Ligue des États arabes (LEA). « Nous plaignons le peuple ukrainien, qui mérite beaucoup mieux. Nous avons pitié de l’histoire ukrainienne, qui s’effondre sous nos yeux, et nous sommes désolés pour ceux qui ont succombé à la propagande d’État du régime de Kiev, et ceux qui le soutiennent », a-t-il déclaré. »

On ne peut pas être plus clair que cela et cela ne signifie qu’une chose : la Russie est prête à prendre la plus grande partie de l’Ukraine sur sa balance et à la transformer, à l’exception des zones qui sont historiquement russes et qui sont ou seront réintégrées à la Russie, en un État normal, docile et neutre, entièrement dépendant de la Russie sur le plan économique et en termes de défense. Mon opinion personnelle est que l’Ukraine occidentale sera donnée à la Pologne, la Hongrie et la Roumanie, après des arrangements appropriés. Le poids économique et militaire de la Russie permet d’accomplir cela à coup sûr. Washington et Londres, cependant, ont fait un mauvais calcul une fois de plus, car les circonstances ont changé de façon spectaculaire depuis mars 2022. Comme l’a dit Poutine : « Vous n’avez encore rien vu ». Et Gonzalo a tout à fait raison : Washington cherche désespérément à s’extraire de la catastrophe ukrainienne avant que tout ne s’effondre, et même les conseillers ne pourront pas cacher l’ampleur mondiale de l’humiliation militaro-politique américaine, qui fera passer l’Afghanistan pour un jeu d’enfant. Et ça vient, c’est presque là.

Une frappe sur le port d’Odessa. Bernhard a fait un très bon article sur le sujet. Comme vous le savez, la flotte de la mer Noire a lancé une salve de Kalibrs 3M14 (la Russie était censée être à court en mars) :

« Le ministère russe de la Défense a confirmé avoir frappé des cibles dans le grand port ukrainien d’Odessa samedi, révélant que ses missiles ont touché des infrastructures militaires et des stocks d’armes. « Dans le port maritime d’Odessa, sur le territoire d’un chantier naval, un navire de guerre ukrainien amarré et un entrepôt de missiles antinavires Harpoon, fournis par les États-Unis au régime de Kiev, ont été détruits par des missiles à longue portée de haute précision basés en mer », a déclaré le ministère dimanche. L’attaque a également paralysé une installation de réparation où sont réparés des navires de la marine ukrainienne, a-t-il ajouté. L’attaque sur la cible à Odessa, qui est un important centre commercial dans le sud-ouest de l’Ukraine, a eu lieu un jour après la signature d’un accord négocié par l’ONU pour débloquer les exportations de céréales des ports ukrainiens. »

Mais, comme je l’ai dit, lisez l’article de Bernhard sur le sujet et voyez pourquoi il y a très peu de protestations, même aux États-Unis, sur cette question. De plus, je souris en lisant les nouvelles concernant les marines russe et turque (en russe) qui opèrent ensemble en escortant des transporteurs de céréales depuis Odessa, la flotte de la mer Noire étant également chargée du déminage de la zone. Quelle époque folle nous vivons, qui l’aurait cru.

source : Reminiscence of the Future

traduction Réseau International



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.