Un collectif regroupant plusieurs partis politiques camerounais a appelé le président français à reconnaître les «crimes de la France coloniale», alors qu’Emmanuel Macron débute sa tournée en Afrique par une rencontre avec le président Paul Biya.

Un collectif de partis politiques camerounais a appelé le 25 juillet Emmanuel Macron à reconnaître les «crimes de la France coloniale», à quelques heures de la visite officielle au Cameroun du chef de l’Etat français qui doit rencontrer son homologue Paul Biya, a constaté un journaliste de l’AFP. 

«Nous avons un contentieux historique avec la France. Ce n’est pas l’arrivée de Macron qui fait naître le problème. Nous saisissons l’occasion pour réveiller les Camerounais par rapport au problème avec la France qui est de remettre tous les crimes de la France sur la table et le solder définitivement si on veut avoir une relation apaisée», a déclaré Bedimo Kuoh, membre du Mouvement africain pour la nouvelle indépendance et la démocratie (Manidem), lors d’une conférence de presse à Douala.

Après la défaite de l’Allemagne en 1918, la Société des Nations (SDN, ancêtre de l’ONU) avait confié la majeure partie de la colonie allemande du Kamerun à la tutelle de la France et le reste – la partie occidentale bordant le Nigeria – à la Grande-Bretagne. 

Avant l’indépendance du pays en 1960, les autorités françaises ont réprimé dans le sang les «maquis» de l’UPC (Union des populations du Cameroun), un parti nationaliste fondé à la fin des années 1940 et engagé dans la lutte armée contre le colonisateur et ses alliés camerounais, particulièrement en pays Bamiléké. Plusieurs dizaines de milliers de militants pro-UPC, dont le leader indépendantiste Ruben Um Nyobè, ont été massacrés d’abord par l’armée française, puis après l’indépendance par l’armée camerounaise lors de la prise du pouvoir par Ahmadou Ahidjo.

Le collectif demande un «un mea culpa de la France»

Lors de la conférence de presse, Valentin Dongmo, également membre du Manidem, a appelé le chef de l’Etat français à «la reconnaissance des crimes de la France coloniale comme elle a commencé à le faire en Algérie». Il a également pointé du doigt le franc CFA, monnaie commune à une dizaine de pays d’Afrique, dont le Cameroun, émise en France et considérée par ses détracteurs comme l’un des derniers vestiges de la «Françafrique».

Dans un communiqué rendu public le 25 juillet, John Fru Ndi, président du Social democratic front (SDF), l’un des deux principaux partis de l’opposition, a demandé «un mea culpa de la France […] pour les violations flagrantes des droits de l’homme et les abus commis pendant la lutte pour l’autodétermination, l’indépendance et la réunification».

Emmanuel Macron doit débuter le 26 juillet au Cameroun, poids lourd de l’Afrique centrale, une tournée de quatre jours sur le continent. Il se rendra également au Bénin, confronté aux défis sécuritaires au Sahel, et en Guinée-Bissau. Ce déplacement permettra au président français de réaffirmer son «engagement dans la démarche de renouvellement de la relation de la France avec le continent africain», avait expliqué l’Elysée.

Au Cameroun, les entretiens avec le président Paul Biya, 89 ans, qui dirige le pays depuis près de 40 ans devraient aussi porter sur la menace de Boko Haram dans le nord du pays et le conflit qui oppose dans le nord-ouest et le sud-ouest depuis plus de cinq ans des groupes armés séparatistes aux forces de l’ordre.

Emmanuel Macron avait provoqué l’indignation du pouvoir en déclarant en 2020, après avoir été interpellé par un opposant, qu’il avait «mis la pression sur Paul Biya» à propos des violences «intolérables» dans ces régions.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.