Chaque habitant des États-Unis, de comportement normal et de classe moyenne, rejette chaque année dans l’air 13 600 kilos de gaz à effet de serre de type dioxyde de carbone. En revanche, chaque habitant de la Chine, à classe moyenne égale, ne rejette que 8 200 kilos de ce même gaz dans l’atmosphère.

On a calculé avec précision que chaque être humain émet un peu plus de 700 grammes de dioxyde de carbone par jour. En d’autres termes, rien que par notre respiration, les huit milliards d’êtres humains qui s’entassent sur la planète Terre émettent cinq mille 600 tonnes de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Et cela n’affecte pas vraiment la santé de l’atmosphère terrestre.

Le problème réside dans les gaz et l’immense variété d’autres polluants que les huit milliards d’entre nous déversent dans l’air, l’eau et le sol de notre planète, en suivant ce qu’on nous dit qui pourrait soi-disant nous rendre plus heureux. Posséder une voiture, par exemple.

Il y a cinquante ans, il y avait environ 320 millions de voitures sur Terre et la population mondiale était de 3,837 milliards de personnes, soit un peu moins d’une voiture pour mille habitants. Cette année, selon les chiffres de l’institut de sondage Hedge, on compte 1,446 milliard de voitures. Et dans certains pays, comme les États-Unis et la Nouvelle-Zélande, il y a pratiquement une voiture pour chaque habitant de plus de 14 ans.

Et, bien, chaque voiture à essence ou à moteur à essence émet en moyenne 143 grammes de gaz polluant pour chaque kilomètre parcouru. En d’autres termes, le plaisir de posséder une voiture coûte à la planète environ 100 tonnes de gaz polluants par jour pour chaque kilomètre parcouru par ces voitures.

Mais ce volume de pollution est comparativement faible, étant énorme par rapport à la pollution émise par les puissances militarisées. Les États-Unis, par exemple, sans être en guerre, consomment quotidiennement 350 000 barils de pétrole dans leurs 800 bases militaires dans le monde. Chaque année, ils brûlent 144 175 000 barils de pétrole juste pour maintenir ses armées sur place… “au cas où”.

Ces derniers jours, un grand nombre de grands économistes, sociologues et autres scientifiques prestigieux ont tenté de se faire entendre au milieu du brouhaha médiatique qui continue de se focaliser sur les efforts des Etats-Unis pour arrêter l’effondrement de leur empire, sans se rendre compte que c’est la planète entière qui s’effondre.

Dans son édition de mercredi dernier, le journal Asia Times, basé à Hong Kong et Singapour, a publié un long article du scientifique Saleemul Huk, directeur du Centre international pour le changement climatique, basé au Bangladesh. Et cet article, sans détour, est intitulé : “La fin de la civilisation occidentale”.

Saleemul Huk y dénonce la façon dont les États-Unis et leurs alliés, qui sont collectivement les plus gros pollueurs du monde, ont bloqué le versement des 100 milliards de dollars promis lors du sommet sur le climat de 2009 pour lancer les réformes nécessaires pour que les pays les plus pauvres rendent leurs industries plus vertes. Les 100 milliards de dollars devaient être livrés d’ici 2020. Mais lors du sommet sur le climat de Glasgow en 2021, les pays du monde développé se sont tout simplement déclarés incapables d’apporter cette contribution.

100 milliards de dollars, c’est objectivement une somme très modeste pour les énormes économies de l’Europe et des États-Unis, mais cela aurait suffi pour mettre en œuvre de nombreux programmes environnementaux dans les pays du tiers monde.

Cependant, les pays riches de l’Occident dans leur ensemble, avec les États-Unis en tête, ont finalement refusé d’honorer les engagements pris lors des sommets mondiaux sur le climat, à commencer par celui de Kyoto en 1997. En effet, aux Etats-Unis, le Parlement des EU a définitivement refusé de ratifier les engagements pris par le Président Bill Clinton à l’époque.

D’autre part, les États-Unis ont régulièrement augmenté leurs budgets militaires pour atteindre plus de 800 milliards de dollars par an au cours des trois dernières années.

De son côté, le politicien britannico-bangladais Murad Kureshi, du parti travailliste, a également dénoncé la semaine dernière le fait que les États-Unis et leurs alliés en Europe avaient dépensé deux mille milliards de dollars en achats d’armes pour la seule année 2021, en dehors de leurs budgets militaires permanents.

En d’autres termes, la dénonciation de Murad Kureshi montre que les puissances occidentales ont refusé une contribution de 100 milliards pour la lutte contre le changement climatique, mais ont dépensé 30 fois plus en achats d’armes… peut-être pour une guerre qu’elles préparaient l’année suivante en Ukraine… Qui sait !

En juin dernier, à Bonn, en Allemagne, les Nations unies ont tenu une réunion préparatoire au prochain sommet sur le climat, la COP 27, qui se tiendra dans la luxueuse station balnéaire égyptienne de Sharm el Sheik, au bord de la mer Rouge. La réunion préparatoire a évoqué la demande des pays les plus pauvres que les pays les plus riches paient une sorte de compensation financière pour les dommages écologiques et environnementaux qu’ils ont causés dans le prétendu tiers-monde et, en général, dans le changement climatique de la planète.

La demande des pays pauvres a été amèrement rejetée. En effet, l’Union européenne (UE) a rejeté à l’avance l’ouverture de toute négociation sur cette question. Selon l’organisation canadienne “Climate Action Network”, les pays de l’UE sont embourbés dans leurs propres problèmes économiques et rejettent toute idée de paiement pour les dommages écologiques.

Au lieu de cela, bien que de plus en plus à contrecœur, ces mêmes pays ont accepté de fournir une assistance au gouvernement ukrainien contre la Russie, pour un coût d’environ 10 milliards de dollars par mois, en plus du don de milliards et de milliards de dollars d’armes et de matériel de guerre.

Face aux effets dramatiques du changement climatique à travers le monde, la position agressive des puissances occidentales a été perçue dans le reste du monde comme une manifestation d’hypocrisie qui, d’une part, prétend défendre les droits de l’homme et le bien-être des nations, mais, d’autre part, refuse de répondre du changement climatique que les pays riches ont provoqué : la dévastation par les sécheresses et les chaleurs torrides dans certaines régions, et les inondations, les déluges et les ouragans dans d’autres, phénomènes causés par les pays riches dont il est prouvé qu’ils ont émis les plus énormes émissions de gaz polluants et à effet de serre.

La participation du parti vert allemand, qui fait partie du gouvernement actuel en alliance avec le parti social-démocrate dirigé par le premier ministre Olav Sholtz, a été dénoncée comme un cas d’hypocrisie flagrante.

Dans l’actuel gouvernement allemand, le parti vert, censé être si vert, a pris le contrôle des ministères des affaires étrangères, sous la direction de la ministre Annalena Baerbock, et de l’économie, sous la direction du ministre Robert Habeck. De ces deux ministères très importants, le parti des Verts semble s’engager pleinement dans la guerre contre la Russie et soutenir un gouvernement qui a déjà annoncé une augmentation de son budget militaire à 2% du produit intérieur brut du pays.

En d’autres termes, le parti vert allemand soutient actuellement l’octroi de 1,445 milliard de dollars par an pour l’achat d’armes et le renforcement des capacités militaires, mais soustrait radicalement toute contribution allemande à l’atténuation des effets du changement climatique et à la transformation verte de l’économie mondiale.

Que se passe-t-il actuellement dans les rangs de ce parti vert non vert ?

Parmi les analyses les plus significatives de personnalités qui critiquent de manière décourageante la réalité stratégique actuelle des États-Unis, on trouve celle de l’universitaire Daniel Bessner, publiée dans le magazine Harper’s, la revue la plus ancienne et la plus prestigieuse de ce pays, considérée comme bien plus importante que Time ou Newsweek.

Bessner est professeur de civilisation occidentale à l’école d’études internationales de l’université de Washington et membre du Quicy Institute for Government Accountability.

Dans son analyse, Daniel Bessner considère le soi-disant “siècle américain” comme un rêve de domination étasunienne sur toutes les autres nations. En outre, il demande : “Quelle est la prochaine étape ?

Analysant les positions des hommes politiques, tant républicains que démocrates, Daniel Bessner estime que les États-Unis sont amenés à se préparer à une sorte de “marathon des superpuissances” entre Washington et Pékin. Dans son analyse, il conclut que cette confrontation ne débouchera pas réellement sur une victoire chinoise, ni sur une victoire des EU.

En d’autres termes, il ne prévoit ni la poursuite de la puissance impériale des EU ni l’émergence d’une domination mondiale chinoise. Il suggère plutôt que la fin inévitable de la domination mondiale des États-Unis débouchera sur un monde unifié par des pôles de pouvoir, de nombreux pôles de pouvoir, qui parviendront à des accords mondiaux par la négociation.

Mais, quoi qu’il en soit, Daniel Bessner convient qu’après le “ siècle américain ” vient un monde unifié, car ce n’est qu’à cette condition qu’un avenir économique et écologique sain pourra être atteint. “Parce que le monde… est soit un, soit aucun.

Un autre universitaire et économiste très respecté est le professeur Michael Hudson qui, dans son analyse, soutient que la survie du prétendu “Occident”, qui a commencé en Europe et s’est ensuite centré sur les États-Unis, a déjà perdu sa solidité et sa capacité à se maintenir.

En fait, le professeur Michael Hudson affirme que nous assistons actuellement à la fin de la “civilisation occidentale”, qu’il considère comme caractérisée par “la suprématie des créanciers sur les débiteurs, dans un jeu séculaire de la cupidité sur la nécessité”.

Dans une admirable analyse historique, Hudson développe l’idée que le résultat de l’ensemble du système économique libéral a été de porter à des extrêmes insoutenables le pouvoir des concentrations de richesses financières qui peuvent même désormais faire des profits sans rien proposer à la vente.

Ce pouvoir des “créanciers” conduirait à des extrêmes inacceptables dans lesquels les “débiteurs” choisiraient finalement de créer un pouvoir d’équilibrage, de nature politique et culturelle.

Enfin, un troisième article d’une grande pertinence est une analyse par le désormais légendaire journaliste, reporter international et lauréat du prix Pulitzer Chris Hedges, des actions actuelles du gouvernement des EU, qui a été publiée par le précieux site américain OpEdNews

Chris Hedges intitule son analyse “Le triomphe de la mort” et commence par souligner comment, en ce moment, il est presque impossible d’envisager l’avenir avec optimisme.

D’une part, il coïncide en pointant l’indéniable dégradation de l’environnement, et dénonce aussi comment les élites de la société occidentale, les super-millionnaires qui dirigent les entreprises transnationales, les leaders politiques professionnalisés capables de gérer des groupes oligarchiques, tous ensemble semblent obscurcis par des ambitions grotesques, détachés de la réalité de la planète.

L’analyse de Chris Hedges se concentre principalement sur l’administration pathétique du président Joseph Biden et sur ses paris stratégiques insensés qui ont entraîné la ruine de l’économie planétaire et qui l’amènent maintenant à saluer le roitelet de l’Arabie saoudite, qu’il avait juré de réduire au statut de paria, par un coup de poing jeune et intime.

J’ai trouvé les analyses que j’ai mentionnées ici extrêmement précieuses et je pense que vous, mes amis, pourriez souhaiter les lire.

Je suis en train de les traduire et je les mettrai à la disposition de ceux qui sont intéressés d’ici mercredi prochain. Il suffit de les demander à mon adresse électronique “[email protected]”.

Ils nous offrent surtout une vision lucide et intelligente de l’avenir difficile, trouble et décourageant qui semble s’ouvrir devant nous.

Serons-nous capables de voir à temps à quoi ressemble ce futur proche ?

Entre-temps, on nous montre les images étonnantes obtenues avec les télescopes super orbitaux, qui nous permettent de voir si clairement et en couleurs comment ces galaxies, étoiles et mondes ont existé, se sont anéantis et ont disparu il y a des dizaines de milliards d’années…..

Ils nous montrent le passé lointain lorsque nous ne pouvons pas voir l’avenir immédiat.

A la prochaine fois, mes amis. Prenez soin de vous. Gardez les yeux et le cœur clairs face au danger.

Traduction Bernard Tornare

Source en espagnol

Ruperto Concha est un journaliste chilien, analyste international en géopolitique, environnement, économie, histoire, conflits armés et politique internationale.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.