Mardi 26 juillet, Emmanuel Macron entamait sa tournée en Afrique, dans le village camerounais de Yaoundé. Entre repentance, mise en garde et sermons, son passage a laissé des traces. Le chef d’État français s’est lancé dans une guerre diplomatique contre la Russie, dont l’influence s’exerce au même moment en Égypte et en Éthiopie.

Le prolongement du Sommet Afrique-France

Le 8 octobre 2021, c’est à Montpellier qu’Emmanuel Macron ouvrait le “Sommet Afrique-France“, avec pour projet de “réinventer ensemble la relation”. Mardi 26 juillet, c’est à Yaoundé, au Cameroun, qu’il se rendait pour renouer avec l’Afrique. Sur place, il est accueilli par le Premier ministre Joseph Dion Ngute, et rencontre rapidement son homologue Paul Biya, 89 ans, qui “dirige le Cameroun d’une main de fer depuis près de 40 ans”, comme le rapporte Le Figaro.

En matière de confiance, de sécurité et d’économie, il y a beaucoup à faire. En 2020, alors que le pays était en proie au djihadisme ainsi qu’à des conflits armés entre forces de l’ordre et groupes séparatistes, Emmanuel Macron avait fait scandale en assurant avoir “mis la pression sur Paul Biya” pour mettre un terme aux violences “intolérables”. Deux ans plus tard, le président français revient faire la morale aux Africains, sur un autre sujet qu’il connaît tout aussi bien que la violence : la corruption. Son projet de “réguler les sujets de corruption” n’a pas manqué de faire grincer les dents des internautes. Pendant que certains lui reprochent son sens de la formule, “qui n’a ni queue ni tête”, d’autres ironisent quant aux nombreux scandales qu’il traîne lui-même comme des boulets : UberFiles, McKinsey, Alstom, Rothschild, etc. L’hôpital se moquerait-il de la charité ?

Par ailleurs, d’un point de vue géopolitique, il reproche au continent africain son “hypocrisie”, “avec beaucoup de calme et de sérénité”. Selon lui, les “pressions diplomatiques” exercées par la Russie ont empêché le Cameroun d’appeler un chat un chat sur la question de la guerre en Ukraine. Là encore, le paternalisme qu’on lui connait fait jaser les réseaux sociaux :

Face à la Russie, la découpe du gâteau “Afrique”

De l’autre côté, la Russie ne se laisse pas faire. Sergueï Lavrov, le chef de la diplomatie russe, œuvre lui-même à la création de liens avec l’Afrique. Lui non plus, n’hésite pas à entailler la réputation de ses adversaires, en assurant notamment que les Occidentaux créent la famine sur le continent. “Les sanctions interdisent aux bateaux russes de se rendre dans les ports européens et elles interdisent aux navires étrangers d’aller charger des marchandises, dont les céréales, dans les ports russes. Alors, jugez vous-même !”, avait-il expliqué, comme le rapporte Europe 1. Emmanuel Macron, depuis le Cameroun, répondait théâtralement : “Carabistouille, comme dirait l’autre. C’est totalement faux. C’est simplement que l’alimentation comme l’énergie sont devenus des armes de guerre russes.” Des armes, ou des besoins ?

Quoi qu’il en soit, tandis que les entreprises françaises ne pèsent plus qu’environ 10 % de l’économie camerounaise (contre 40 % dans les années 1990), le Cameroun signe des accords militaires avec la Russie. Le signe d’une nouvelle balance géopolitique ? Certains sentent le vent tourner :

Entre chanson et destruction, le sillon Macron

Après les débats, c’est auprès des habitants de Yaoundé qu’Emmanuel Macron a fini la soirée. Parmi eux, le chef du village, qui n’est autre que l’ancien tennisman et chanteur Yannick Noah. Très vite, le chef d’État est interpellé sur le sujet de la colonisation : “Nous insistons sur la nécessité pour la France de reconnaître les exactions commises pendant la période coloniale”, lui a-t-on dit, comme le rapporte RTL. Le dialogue a duré une heure et demie, et le président a promis d’ouvrir aux historiens les archives françaises pour faire la lumière sur l’action de la France pendant la colonisation et après l’indépendance. Il en a profité pour enfoncer le clou : “Ce n’est pas avec le président Poutine ou avec eux que vous ferez ce genre de débat, je vous le dis en toute sincérité.” Après quoi tout le monde a eu droit à un petit concert privé…

Mais pendant ce temps, d’autres Camerounais déploraient tristement la destruction de leurs biens, pour le passage d’Emmanuel Macron. Comme le montre un reportage de la chaîne “Naja TV” sur Facebook, les petits commerces qui ont eu le malheur de se trouver sur le chemin du président français, ont tout simplement été rasés. Les témoignages sont poignants ; deux salles, deux ambiances.

Soutenir l’Afrique ou affronter la Russie ? Finalement, le projet ne semble pas clair. Ce qui est certain en revanche, c’est qu’Emmanuel Macron n’aura pas attendu la fin de sa tournée pour répandre un goût amer. Ce mercredi 27 juillet, pendant que Sergueï Lavrov se rend en Éthiopie, lui est au Bénin. Il finira sa course en Guinée-Bissau.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.