TotalEnergies a engrangé d’énormes bénéfices au deuxième trimestre, profitant à plein de la hausse des cours du pétrole et du gaz, qui a suivi l’invasion de l’Ukraine par la Russie, et relançant un début de débat sur la taxation des “superprofits”.

Le groupe français a plus que doublé son bénéfice net au deuxième trimestre, à 5,7 milliards de dollars, contre 2,2 milliards au même trimestre de 2021.

Les effets de l’invasion de l’Ukraine par la Russie sur les marchés énergétiques se sont poursuivis au deuxième trimestre, les prix du pétrole dépassant les 110 dollars le baril en moyenne sur le trimestre“, a commenté le PDG de TotalEnergies, Patrick Pouyanné, cité dans un communiqué du groupe.

Cette flambée sur les marchés profite à l’ensemble du secteur pétrolier et gazier dans le monde. Le géant pétrolier britannique Shell a ainsi publié jeudi un bénéfice net multiplié par cinq au deuxième trimestre, à 18 milliards de dollars.

Ces bénéfices massifs ont alimenté en France un débat sur l’opportunité de les taxer. L’Assemblée nationale a toutefois rejeté de peu samedi l’idée d’une taxe sur les “superprofits” ou “bénéfices exceptionnels” des grandes multinationales – notamment pétrolières -, malgré les protestations de la Nupes et du Rassemblement national.

Sur Sud Radio, le député LFI Hadrien Clouet estimait ainsi que “le gouvernement nous dit clairement que Total a le droit de se faire 14 milliards d’euros de surprofits sur le dos des Français.

Taxation exceptionnelle rejetée

Le gouvernement a refusé une taxation exceptionnelle des profits liés à la hausse de l’énergie“, a regretté jeudi la députée Nupes-PS Valérie Rabault, citant le bénéfice ajusté semestriel de 18,8 milliards de TotalEnergies. “A comparer aux 500 millions octroyés pour la baisse du prix à la pompe“, a-t-elle ajouté sur Twitter.

La politique de retour à l’actionnaire est confortée au travers de la croissance du dividende de 5% et de la poursuite du programme de rachats d’actions à hauteur de 2 milliards de dollars au troisième trimestre“, a souligné de son côté le groupe.

Le bénéfice du deuxième trimestre a été réalisé en dépit d’une nouvelle provision de 3,5 milliards de dollars liée à l’impact potentiel des sanctions internationales sur la valeur de la participation détenue dans le groupe russe Novatek, a précisé TotalEnergies.

Hors ces éléments exceptionnels, le résultat net ajusté atteint 9,8 milliards de dollars sur le trimestre, contre 3,5 milliards un an plus tôt. Sur le semestre, il totalise 18,8 milliards, quasiment le triple de celui du premier semestre 2021.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.