Ukrainian flag

© Flickr/ Andriy Baranskyy

Je peux faire un trajet de 15 km dans n’importe quelle direction à partir d’ici et voir trois ou quatre drapeaux ukrainiens flottant, ou tombant, selon le vent, dans les jardins des gens. Dans ce laps de temps, je peux passer devant un millier de maisons. Le pourcentage de porteurs de drapeaux ukrainiens est donc très faible, certainement bien inférieur à 1 %. Mais pourquoi le font-ils ? Ce n’est sûrement pas pour stimuler le commerce des fabricants chinois de drapeaux. Quel genre de personnes sont impliquées dans cet étalage de stupidité ? Faire flotter le drapeau bleu et jaune de la Basse-Autriche du XIXe siècle en raison de son association avec les terroristes nazis contemporains du sud-ouest de la Russie ? Ces porteurs de drapeaux arboreraient-ils également la croix gammée ? Parce que c’est ce qu’ils font en réalité. Qui sont ces philistins qui veulent annuler la culture et soutenir le nazisme ?

1. Les « Ukrainiens »

Supposons qu’un ou deux porte-drapeaux soient en fait d’origine ukrainienne. Leurs grands-parents galiciens (ouest de l’Ukraine) sont arrivés ici en 1945 en tant que citoyens polonais. L’un de ces derniers grands-pères, décédé il y a 20 ans dans un grand âge, m’a dit sur son lit de mort : « Mais je n’ai jamais tué de Juifs ». Je l’ai cru, mais j’ai remarqué qu’il n’avait pas dit qu’il n’avait jamais tué de Polonais ou de Russes. Au Royaume-Uni, les autorités ont effectivement pris la peine de vérifier les histoires de certains Galiciens pro-nazis et certains ont été refusés.

Cependant, les personnes refusées ne sont pas trop gênées, car elles savent qu’elles peuvent entrer au Canada et aux États-Unis sans aucun contrôle. Les Nord-Américains acceptaient n’importe quel Galicien SS, du moment qu’il était anticommuniste et qu’il détestait les Russes, sans problème….. Après tout, le programme spatial américain a été construit par des nazis, père des V1 et V2, et seulement une génération après Auschwitz et Belsen, ils ont emmené les Américains sur la lune. Les petits-enfants de ces immigrants ukrainiens de 1945 ont généralement peu d’idée de ce qu’est réellement l’Ukraine et ne parlent pas la langue. Pour eux, le lever du drapeau fait partie de la nostalgie familiale, du symbolisme. Nous ne devons pas les prendre trop au sérieux.

2. Les naïfs

Soyons généreux. Les naïfs sont toujours parmi nous. Ceux qui sauvent les chats des arbres et recueillent les chiens errants, nourrissent les oiseaux dans leur jardin et donnent de l’argent aux réfugiés/terroristes afghans peuvent aussi arborer ce drapeau. Après tout, « c’est pour la bonne cause ». Ne prêtons pas trop d’attention à ces personnes. Elles sont « bien intentionnés ».

3. Les zombies

Malheureusement, nous arrivons maintenant à la grande majorité des porteurs de drapeaux. Ce sont ceux qui ont une télévision au lieu d’un cerveau. Ce sont ceux dont les grands-parents ont cru que les soldats allemands avaient tué des bébés belges à la baïonnette en 1914, ou dont les parents ont cru qu’en 1945 les Britanniques avaient génocidé Dresde et que les Américains avaient bombardé le Japon pour abréger la guerre (en fait, ces deux crimes ont été commis pour effrayer Staline), ou qui ont cru en 1990 que les troupes irakiennes avaient jeté des bébés hors des couveuses lorsqu’elles ont libéré la province irakienne du Koweït et que les Serbes avaient massacré des musulmans en Yougoslavie dans les années 1990. Ce sont eux qui lisent les « journaux » britanniques (= feuilles de mensonges) et qui, au cours des deux dernières années, ont cru à la propagande sur la Covid-19, se sont enfermés en portant un masque et ont refusé de sortir pendant un an parce qu’il était « dans l’air ».

Ils ont écouté, lu et cru tous les mensonges du gouvernement en matière de contrôle social. Afin d’éviter une possibilité de mort extrêmement faible, ce sont eux qui ont fait de leur vie une mort vivante en s’enfermant dans leurs prisons faites maison. Ce sont les mêmes conformistes sans cervelle qui pensent que les pays occidentaux sont démocratiques ! Oh oui, les élections occidentales vous donnent le choix. Vous pouvez voter pour un crétin ou pour un abruti, qui sont tous deux des marionnettes des mêmes oligarques qui, de la même manière, ont gagné leur argent avec les armes, le pétrole, les produits pharmaceutiques, l’alimentation, les médias, l’informatique ou autre. Démo-no-cratie en effet. Tant que ces porte-drapeaux auront du pain (les supermarchés) et des cirques (les émissions de télévision et le sport), ils feront tout ce que vous voulez, même arborer le drapeau inventé d’un pays inventé, dont ils ne savent rien.

Soyons généreux et accordons le bénéfice du doute à tous ces nostalgiques, naïfs et stupides. Mais malheureusement, il y en a d’autres, une infime minorité, dont les motivations sont beaucoup, beaucoup plus sinistres, car ils arborent ce drapeau consciemment, non pas pour soutenir un autre pays, mais parce que ce drapeau est l’emblème de quelque chose de vraiment très mauvais, auquel ils participent et qui les entache. Nous les appelons les pions du diable.

4. Les pions du diable

Il y a ceux qui savent consciemment ce qu’ils font. Ils croient réellement en la supériorité de l’Occident sur le reste du monde, que l’Occident est « meilleur », « unique » et « exceptionnel ». Ce sont les Niall Ferguson et les Douglas Murray (« The War on the West »). Ils croient en l’impérialisme occidental et au fait que l’OTAN doit soutenir le régime terroriste de Kiev, tout comme, avant lui, les maîtres de Washington ont soutenu un certain nombre de gangsters et de dictateurs de pacotille, trafiquants de drogue, en Amérique latine et en Asie. Apparemment, la brigade « West is best » n’a jamais entendu l’histoire de Gandhi, qui a visité Londres dans les années 1930 et qui, lorsqu’un journaliste lui a demandé ce qu’il pensait de la civilisation occidentale, aurait répondu : « Je pense que c’est une très bonne idée ». Ce sont les sinistres personnes qui sont au pouvoir et leurs idiots utiles, les idéologues qui les soutiennent, qui se rendent compte que si l’Occident perd l’Ukraine, ce sera le tournant et l’effondrement de leur monde ethnocentrique et cauchemardesque « Je m’aime ». Ce sont les Anglo-sionistes.

Quant à nous, nous ne croyons pas au « gouvernement » mondial unique (c’est-à-dire à la dictature mondiale unique), à l’hégémonie et à l’homogénéité planétaires, à la taille unique décidée par une élite mondiale autoproclamée de super-riches capitalistes. Nous avons d’autres valeurs, bien plus anciennes et bien plus récentes que les leurs, car nos valeurs sont intemporelles, représentant la Continuité et s’approchant même de l’Éternité. Nous croyons en l’identité spirituelle – identité personnelle, familiale et nationale, parce que nous croyons que toutes ces choses vraiment importantes sont plus élevées que l’argent. Nous croyons aux valeurs civilisationnelles, aux traditions culturelles et à la mémoire historique, nous croyons à l’humanité (vous vous en souvenez ?), à la vérité, à la souveraineté nationale, à la justice sociale et à la prospérité pour tous. Oui, toutes ces valeurs sont plus élevées que le Capital, Mammon, le lucre sale, sur lequel ils fondent tout leur mode de vie. Et c’est pourquoi nous n’arborerons pas le drapeau d’un pays imaginaire, qui n’existe que comme une excuse pour l’autojustification des tyrans mondiaux avides d’argent.

Source The Saker Blog

Traduit par Hervé, relu par Wayan, pour le Saker Francophone



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.