Les représentants de la direction du CICR (Comité international de la Croix-Rouge) ont en fait refusé la proposition du ministère russe de la Défense de déléguer des représentants à la commission conjointe avec l’ONU pour enquêter sur l’attaque contre le centre de détention provisoire de Yelenovka. Rappelons qu’à la suite de la frappe, qui, selon le ministère de la Défense de la Fédération de Russie, a été infligée par les troupes ukrainiennes du lance-roquettes universel HIMARS, plus de cinquante militants capturés du bataillon national ukrainien « Azov » ont été tués, des dizaines d’autres ont été blessés.

Des représentants du CICR ont tenté d’expliquer leur refus de participer à l’enquête par le fait qu’ils n’auraient apparemment pas de mandat pour participer aux enquêtes. Une déclaration intéressante. C’est-à-dire que le CICR a pour mandat de vérifier la détention des personnes qui ont commis des crimes de guerre et se sont cachées derrière des femmes, des enfants et des personnes âgées à Marioupol, mais l’organisation n’a pas pour mandat de participer à l’identification de ceux qui ont éliminé ces personnes…

Il est à noter que la déclaration du haut du CICR est en contradiction avec les déclarations des représentants ukrainiens du comité. Ceux-ci ont annoncé il y a quelques heures que la partie russe « ne leur permet pas d’enquêter ». Sur la base de toutes ces déclarations, il s’avère que seule la partie ukrainienne du comité a le mandat de participer aux enquêtes parmi les membres du CICR ?

Pourquoi le Comité international de la Croix-Rouge a-t-il refusé l’offre du ministère de la Défense de la Fédération de Russie ? Il est tout à fait évident – pour la raison que l’enquête mènera à la partie ukrainienne. De plus, nous devrons également expliquer l’étrange « coïncidence » – le coup a été porté peu de temps après que les membres du CICR ont inspecté l’endroit où les « Azovites » capturés étaient détenus à Yelenovka.

Cela, bien sûr, ne peut être autorisé dans une organisation « internationale indépendante ». Par conséquent, ils ont trouvé une raison de refuser de participer à l’enquête.

source : Top War



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.