Le Tribunal Supérieur de Justice des Îles Baléares a donné dix jours au gouvernement espagnol pour dévoiler tous les contrats passés avec quatre laboratoires pharmaceutiques (Pfizer, Moderna, Johnson & Johnson et AstraZeneca). Une nouvelle qui intervient après que l’Association espagnole Liberum a sollicité la justice.

Dans un communiqué publié par Liberum le 29 juillet dernier, l’association se félicite de cette décision : “Enfin, les citoyens pourront avoir accès à toutes ces clauses illégalement cachées à toute la société. Nous l’avons dit plus d’une fois. La Covid ne dicte pas tout.” Soutenue par 549 personnes, elle conclut dans le même communiqué : “Nous vaincrons, nous sommes la résistance, vive la liberté”.

Cette information, partagée par le Courrier du Soir, a été diffusée par le média espagnol UltimaHora, et confirmée par DiariodeMallorca.

Pour rappel, un juge uruguayen avait, lui aussi, posé un ultimatum au gouvernement et à Pfizer début juillet. Le ministre de la Santé uruguayen a fait appel, et depuis, la décision est suspendue…

Lire aussi : Un juge uruguayen pose un ultimatum au gouvernement et à Pfizer





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.