La région contestée du Haut-Karabagh, qui a donné lieu à une guerre meurtrière en 2020, est de nouveau le théâtre d’affrontements entre forces azerbaïdjanaises et combattants arméniens qui ont déjà coûté la vie à trois soldats.

L’Azerbaïdjan a affirmé avoir pris le contrôle le 3 août de plusieurs positions et détruit des cibles arméniennes dans le Haut-Karabagh lors d’une escalade qui a fait trois morts et ravivé le risque de guerre dans cette enclave montagneuse.

«Le contrôle a été établi sur plusieurs hauteurs importantes», dont des collines, a déclaré le ministère azerbaïdjanais de la Défense dans un communiqué, ajoutant que ses forces étaient en train de fortifier ces positions. Les deux camps ont rapporté des pertes : deux combattants arméniens du Haut-Karabagh et un soldat azéri. 

Erevan «appelle la communauté internationale à prendre des mesures pour arrêter l’attitude et les actions agressives de l’Azerbaïdjan et à actionner les mécanismes nécessaires pour ce faire», a déclaré le ministère arménien des Affaires étrangères dans un communiqué.

La Russie prend des «mesures pour stabiliser la situation», l’UE appelle à l’arrêt des combats

Plus tard dans la journée, la Russie, qui avait eu un rôle déterminant dans le cessez-le-feu de 2020, a accusé l’Azerbaïdjan d’avoir violé le cessez le feu et dit agir pour rétablir la stabilité de la zone. 

«Dans la zone de Saribaba, le régime de cessez-le-feu a été violé par les forces armées de l’Azerbaïdjan», a déclaré le ministère russe de la Défense dans un communiqué, ajoutant que «le commandement de la force russe de maintien de la paix, avec des représentants de l’Azerbaïdjan et de l’Arménie, prennent des mesures pour stabiliser la situation».

«Il est essentiel de désamorcer, de respecter pleinement le cessez-le-feu et de revenir à la table des négociations pour rechercher des solutions négociées» a déclaré le porte-parole du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell dans un communiqué.

Des pourparlers de paix définitive ont été amorcés sous l’égide de l’Union européenne ces derniers mois avec notamment des discussions entre le président azerbaidjanais Ilham Aliev et le Premier ministre Nikol Pachinian très affaibli politiquement et accusé par son opposition d’avoir trop cédé à Bakou lors du cessez-le-feu de 2020. 

Les ministres des Affaires étrangères des deux pays se sont en outre réunis le mois dernier en Géorgie pour leurs premiers pourparlers directs depuis la fin de la guerre de 2020.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.