Les escroqueries aux faux sites d’investissement ne sont pas méconnues du grand public, mais certaines arrivent encore à tirer leur épingle du jeu. Un réseau interconnecté vient d’être repéré, comptant plus de 11 000 domaines. Les escrocs trompent leurs victimes en usurpant l’identité de personnes connues, auxquelles les personnes font plus facilement confiance.

Recrudescence des arnaques depuis 2021

Les escroqueries aux investissements existent depuis assez longtemps pour que les gens puissent les reconnaître facilement. Mais elles changent de forme ! L’année dernière, ce sont les fraudes aux crypto-actifs qui ont explosé ; des sites d’investissement d’apparence légitime apparaissent partout.

Dans son rapport de 2021, publié le 20 avril, Marielle Cohen-Branche, médiateur de l’Autorité des marchés financiers (AMF), signale que l’année a été marquée par l’arrivée d’investisseurs novices sur les marchés d’actions, et par la montée du numérique, notamment avec l’usage désormais prépondérant des formulaires de saisine en ligne. Avec le développement d’Internet et du cloud, les cyber-arnaques sont de plus en plus fréquentes et perfectionnées.

Des milliers de faux sites et d’usurpations d’identités

L’équipe d’intervention en cas d’urgence informatique du groupe IB (CERT-GIB) a enquêté sur plusieurs faux plans d’investissement ciblant les citoyens européens. Au cours de ces recherches, une gigantesque infrastructure de réseaux, qui contenait plus de 10 000 ressources utiles aux escrocs, y compris des ressources frauduleuses similaires destinées aux habitants de tout le continent eurasien et de l’Amérique du Nord, a été découverte et analysée.

L’objectif principal de ces faux plans d’investissement est de convaincre les victimes de transférer à plusieurs reprises des fonds vers le faux portail d’investissement. Les victimes se voient généralement promettre d’énormes retours et on leur montre des histoires mettant en vedette des célébrités. Les messages diffusés sur ces plateformes donnent l’impression qu’il existe un service à toute épreuve pour générer d’importants revenus en ligne. Les campagnes indiquent que le service est utilisé par des personnes célèbres dans le monde entier, comme Elon Musk, en passant par des célébrités locales, néerlandaises et britanniques. Cette exploitation illégale du nom et de l’image des personnes célèbres incitent les victimes à cliquer sur le lien.

Concrètement, l’escroquerie promet de réaliser un bénéfice de 700 euros en seulement trois jours avec un acompte de 250 euros. Une promesse impressionnante, mais mesurée, qui attirent les habituels réticents. “Les faux sites utilisent des modèles qui semblent être de haute qualité. Les palettes de couleurs utilisées et le code lui-même en font un site web légitime et digne de confiance”, explique le site du groupe IB.

Sur ces 11 197 domaines, une grande partie ont été désactivés, mais 5 091 sont encore actifs. Ce qui rend leur repérage difficile, c’est que les investissements peuvent souvent être effectués par l’intermédiaire de courtiers légitimes et établis. Le groupe IB conseille de ne pas se contenter de cliquer et de rejoindre un site via une publicité : il faut faire ses propres recherches en ligne et confirmer qu’il s’agit d’un site web de courtier légitime. Les courtiers établis auront par exemple de nombreux avis positifs. Ces avis peuvent aider l’utilisateur à mieux comprendre le service et la qualité garantie. 





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.