Sergueï Lavrov et Demeke Mekonnen Hassen

© africanews AP/Russian Foreign Ministry Press Service
Sergueï Lavrov et son homologue éthiopien Demeke Mekonnen Hassen, à Addis Abeba.

Les voyages du ministre russe des Affaires étrangères et du président français en Afrique se sont déroulés pratiquement au même moment. Et malgré le déplacement du chef d’Etat hexagonal avant un agenda ouvertement anti-russe, les pays africains refusent de se joindre à l’hystérie occidentale contre Moscou. Poussant Macron une fois de plus à faire démonstration d’une arrogance d’un autre âge.

Alors que Sergueï Lavrov, chef de la diplomatie russe, se trouvait encore en tournée africaine – durant laquelle il a visité l’Egypte, le Congo, l’Ouganda et l’Ethiopie – le président français Macron a tenté à tout prix à l’instar d’autres représentants de régimes occidentaux de réduire l’influence russe sur le continent africain, que Paris continue d’ailleurs de considérer aveuglement comme son pré-carré.

Devant faire face à un énième échec de ces tentatives russophobes, le chef d’Etat hexagonal était à la limite de l’insulte à l’encontre des pays africains, parlant «d’hypocrisie» africaine à l’encontre du conflit en Ukraine. En d’autres termes, une prétendue hypocrisie qui n’est que le fait que l’Afrique dans sa large partie a refusé de condamner l’opération militaire spéciale de la Russie, ainsi que de se joindre aux sanctions contre Moscou promues par l’establishment occidental.

Du côté de Sergueï Lavrov, la réponse ne s’est pas fait attendre: « En ce qui concerne le président Macron et ses déclarations, on aurait pu s’attendre à des propos plus éthiques de la part des Français », des propos par ailleurs jugés offensants et insultants par le chef de la diplomatie russe. Dans tous les cas, le ministre russe des Affaires étrangères a été accueilli fort cordialement dans tous les pays où il a fait escale, ne se limitant d’ailleurs pas à rencontrer ses homologues chefs de diplomatie des pays respectifs, mais également les chefs d’Etat des nations visitées.

Quant à l’attitude d’extrême arrogance propre à une mentalité d’une période coloniale, si propre à sieur Macron et à ses autres semblables atlantistes, désormais cela ne traduit plus un quelconque sentiment de supériorité ou de puissance. Bien au contraire, cela ne fait qu’exposer une fois encore et au grand jour le désarroi total des élites occidentales, dans un monde où chaque région planétaire leur demande (poliment) d’apprendre à connaitre leur seule et véritable place: celle d’une extrême minorité à l’échelle mondiale.

Pour l’anecdote, après l’échec macronien en Afrique, Antony Blinken, le secrétaire d’Etat américain, sera lui aussi de la partie sur le sol africain. Et même le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kouleba, avait récemment annoncé son intention de se rendre en Afrique. En d’autres termes: grosse mobilisation à tenter une dernière fois de convaincre les capitales africaines à faire preuve de « solidarité » à l’encontre du pauvre régime de Kiev et de ses parrains occidentaux, se sentant désormais si seuls à l’échelle internationale.

Permettons-nous de faire un petit pronostic : autres échecs et humiliations à venir pour l’Occident collectif. En ce qui concerne l’Afrique, ce riche continent victime si longtemps des clichés, interventions et pillages néocolonialistes occidentaux, aujourd’hui et plus que jamais son importance pour l’avenir international n’est plus à prouver. Disposant d’énormes ressources naturelles, sans lesquelles l’Occident retournera pratiquement au Moyen-Age comme le démontre d’ailleurs l’actuelle crise après les effets boomerangs (encore limités) des sanctions contre la Russie, d’une population jeune et dynamique, et de plus en plus déterminée à suivre la voie panafricaniste et refuser le diktat extérieur occidental.

Cette orientation conforte fortement l’avenir du monde multipolaire, dans lequel l’Afrique aura certainement un rôle de première importance à jouer. Et pour rappel une fois de plus, le monde de demain ne sera pas seulement multipolaire – il l’est déjà – mais bel et bien multipolaire et post-occidental. Dans cette perspective, les agitations d’entités à l’agonie – n’y changeront rien.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.