Jusqu’à ce que De Gaulle provoque un « séisme diplomatique  » en décrétant (1964) que l’ONU devait accueillir en son sein l’immense Chine continentale et non pas son appendice Formose (Taïwan), le monde entier admettait que Formose était un bout de la Chine, capable même de la représenter tout entière.

Aujourd’hui, des séparatistes taïwanais et les Etats-Unis nous chantent que Taïwan n’est certes pas une terre chinoise.

Le 2 août, la Présidente de la Chambre des représentants états-unienne, Nancy Pelosi s’est rendu à Taïwan malgré l’opposition et les mises en garde des autorités chinoises. Si la Chine proteste, ne lisez pas en quels termes. Sachez seulement que « Pékin, furieux, menace et montre ses muscles ».

Peut-on, sans être un « idiot utile » alléguer que Taïwan (que le général MacArthur appelait le « porte-avions insubmersible »), île distante de 130 km de la mère patrie, serait un excellent port pour les navires de guerre états-uniens qui patrouillent dans les parages, à près de 13 000 km de Washington ?

Théophraste R. Chantons : « Comment c’est la Chine ? C’est plein de Chinois… ».





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.