par Ted Galen Carpenter.

La première étape consiste à s’adapter à un monde multipolaire dans lequel Washington n’est pas toujours maître du jeu.

L’administration Biden continue de se méprendre sur les réalités internationales en ce qui concerne la politique américaine à l’égard de la Russie.

Un trait commun à ces multiples erreurs de calcul est l’arrogance. Les responsables américains s’accrochent aux hypothèses d’une époque révolue où la puissance et l’influence des États-Unis éclipsaient largement celles de toute autre nation – ou combinaison de nations. Washington a bénéficié de ce statut au cours des premières décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, lorsqu’elle n’était confrontée qu’à un seul adversaire crédible, l’URSS. Les ambitions apparemment agressives de Moscou ont incité les petites et moyennes puissances situées en dehors de l’orbite soviétique à s’abriter derrière le bouclier de sécurité de Washington et (à de rares exceptions près) à s’en remettre à ses souhaits.

Avec la dissolution de l’Union soviétique en décembre 1991, les États-Unis ont connu une nouvelle période de domination diplomatique et stratégique – malgré un monde de plus en plus multipolaire sur le plan économique. En effet, à certains égards, la domination politique et militaire des États-Unis au cours de la décennie suivante était même plus grande qu’elle ne l’avait été au cours de la période suivant immédiatement la Seconde Guerre mondiale, puisque les États-Unis n’avaient même pas l’Union soviétique comme challenger.

Les années 1990 et les premières années du XXIe siècle ont incarné ce que Charles Krauthammer a appelé le « moment unipolaire » de l’Amérique. Le commentaire du président George H. W. Bush, selon lequel « ce que nous [les États-Unis] disons est appliqué », reflète l’attitude adoptée par les décideurs politiques. Les administrations américaines ultérieures n’ont toutefois pas compris qu’il s’agissait d’un « moment » unipolaire, et non d’une nouvelle ère permanente.

Malheureusement, les responsables de l’administration Biden fonctionnent comme si le moment unipolaire existait toujours. Ce faisant, ils ont largement surestimé la capacité de Washington à imposer sa volonté aux autres pays. Les dirigeants de l’administration ont ignoré les avertissements répétés du Kremlin selon lesquels tenter de faire de l’Ukraine un atout militaire de l’OTAN franchirait une ligne rouge en ce qui concerne la sécurité de la Russie. Ils ont découvert tardivement que Vladimir Poutine n’était pas sur le point de céder et d’accepter les diktats américains simplement parce que les États-Unis insistaient sur le fait que l’Ukraine avait le « droit » d’adhérer à l’OTAN. Il n’a pas non plus accepté la proposition selon laquelle Washington avait le droit de faire de l’Ukraine un allié militaire américain de facto, perché à la frontière de la Russie.

Les politiques de l’administration depuis le début de la guerre ont été tout aussi ineptes. L’attente naïve de Biden et de son équipe de politique étrangère selon laquelle d’autres acteurs internationaux importants se joindraient docilement à la croisade de Washington pour contraindre Moscou ne s’est pas matérialisée. Biden a d’abord insisté sur le fait que le monde était uni contre l’agression de la Russie. Les responsables de l’administration ont vanté un vote de l’Assemblée générale des Nations unies, quelques jours après le début de l’invasion, qui était censé confirmer cette unité, en faisant remarquer que seuls cinq membres avaient voté contre une résolution critiquant l’invasion.

En réalité, le vote était un signal d’alarme précoce indiquant que les États-Unis ne pouvaient s’attendre à recevoir que peu de soutien en dehors de leur propre bloc pour des actions substantielles contre la Russie. Bien que la résolution soit une mesure purement symbolique et inefficace qui n’engage pas un pays à faire quoi que ce soit, 35 membres des Nations unies se sont abstenus, refusant d’apaiser Washington.

Les choses ont empiré depuis lors. La coalition que les États-Unis ont réussi à réunir était presque entièrement composée de l’OTAN et des alliés militaires de longue date de l’Amérique en Asie de l’Est. Le reste de la carte mondiale confirme que pratiquement aucun pays du Moyen-Orient, d’Asie centrale et du Sud, d’Afrique ou même d’Amérique latine n’a répondu favorablement à la pression de Washington et imposé des sanctions économiques. Il est particulièrement significatif que des puissances aussi importantes que la Chine, l’Inde, l’Afrique du Sud, l’Indonésie, le Brésil et le Mexique restent sur la touche.

Bien que Washington insiste sur le fait que repousser l’agression de la Russie contre l’Ukraine est essentiel pour préserver « l’ordre international libéral fondé sur des règles », les gouvernements et les populations du « Sud » voient les choses différemment. Pour eux, la guerre ressemble davantage à une banale lutte de pouvoir entre la Russie et un État client occidental. Comme le dit un universitaire africain : « Beaucoup en Afrique et dans le reste du Sud ne considèrent pas – et n’ont jamais considéré – l’ordre international libéral comme particulièrement libéral ou international ».

Même les avertissements et les menaces implicites de l’administration Biden n’ont pas dissuadé ces pays de refuser de se joindre à l’effort mené par les États-Unis pour isoler la Russie. Une telle réaction illustre de manière frappante les limites de plus en plus grandes de l’influence de Washington – et le refus persistant des dirigeants américains de faire face à cette réalité.

Les décideurs de l’administration ont également surestimé l’impact négatif des sanctions économiques de la part de la plus petite coalition que les États-Unis ont pu mener. Il ne fait aucun doute que l’économie russe a souffert, mais l’effet sur la politique ukrainienne du Kremlin semble être nul. Dans un premier temps, la valeur du rouble a chuté, et le président Biden l’a appelé par dérision « les décombres ». Toutefois, même cette stratégie a donné des résultats mitigés. Le rouble a rebondi de manière impressionnante et l’économie russe a amorti les autres chocs en renforçant ses liens avec la Chine, l’Iran et d’autres pays.

En outre, le gouvernement de M. Poutine a démontré qu’il disposait lui-même d’un levier important. En limitant ses exportations d’énergie sur le marché mondial – notamment de gaz naturel vers les pays européens – Moscou a contribué à faire grimper les prix de l’énergie de façon spectaculaire. La pression économique à laquelle ces pays et d’autres sont maintenant confrontés a conduit à une critique croissante des politiques menées par l’OTAN et l’UE. On pourrait d’ailleurs affirmer que les pays occidentaux souffrent au moins autant que la Russie du régime de sanctions. Au minimum, les sanctions des États-Unis et de l’OTAN sont loin d’avoir été gratuites pour leurs initiateurs.

Des fissures concernant cette politique commencent à apparaître même au sein du bloc de l’OTAN. La Turquie se comporte davantage comme un médiateur potentiel pour mettre fin à la guerre Russie-Ukraine que comme un membre loyal de la campagne de l’Alliance visant à isoler Poutine. Le Hongrois Viktor Orban a récemment affirmé que l’Union européenne ne s’était pas seulement tiré une balle dans le pied en adoptant la stratégie de sanctions de Washington, mais qu’elle s’était tiré une balle dans les poumons. Ce mécontentement fait surface quelques mois avant que la manipulation russe des approvisionnements en gaz naturel n’entraîne un hiver froid et très inconfortable dans toute l’Europe.

Washington doit procéder à des ajustements politiques majeurs et, ce qui est peut-être encore plus important, tirer des leçons plus générales pour éviter que les échecs actuels ne se répètent.

De manière cruciale, les dirigeants américains doivent comprendre que les grandes puissances telles que la Russie ne peuvent pas être et ne seront pas intimidées. L’administration Biden a agi comme si le fait d’exercer des pressions sur la Russie et d’ignorer les préoccupations de ce pays en matière de sécurité s’apparentait à la même stratégie que celle utilisée par les États-Unis contre des puissances de deuxième ou troisième rang, comme la Serbie, l’Irak, l’Iran, la Syrie et la Corée du Nord. La diplomatie de capitulation de Washington n’a pas bien fonctionné même dans ces contextes ; elle a totalement échoué face à une grande puissance. Mais au lieu de devenir plus réalistes et plus flexibles, les décideurs de l’administration ont réagi avec pétulance. Ce n’est que maintenant qu’une réunion a été annoncée entre le secrétaire d’État Tony Blinken et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov – la première depuis le début de la guerre en Ukraine. Ce n’est pas une approche saine pour traiter avec un pays qui possède plusieurs milliers d’armes nucléaires.

Enfin, les dirigeants américains doivent prendre conscience que le monde est multipolaire sur le plan politique, diplomatique et stratégique, ainsi que sur le plan économique. Le moment unipolaire est révolu depuis longtemps et les États-Unis doivent réapprendre à fonctionner dans un tel système. Washington n’a plus le dernier mot sur les questions importantes. L’administration Biden doit cesser d’agir comme si c’était le cas et s’adapter en conséquence.

source : Responsible Statecraft

traduction Arrêt sur info



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.