La Chine a annoncé vendredi huit contre-mesures en réponse à la visite particulièrement provocatrice de la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, sur l’île de Taïwan. Elle a notamment annulé le dialogue entre les commandements militaires régionaux, les discussions sur la coordination de la politique de défense, le mécanisme de consultation militaire sur la sécurité maritime ; elle a également suspendu la coopération sur le rapatriement de l’immigration clandestine, la lutte contre la drogue et le changement climatique.

La Chine a également annoncé vendredi qu’elle allait sanctionner Mme Pelosi et les membres de sa famille proche, car elle a insisté pour se rendre à Taïwan au mépris des graves préoccupations et de la ferme opposition de la Chine, ce qui fait d’elle la femme politique américaine la plus haut placée sanctionnée par la Chine. Les analystes ont déclaré que toutes les contre-mesures prises par la Chine sont « sans précédent » et « très nécessaires », et qu’elles témoignent de la ferme opposition de la Chine à la violation de ses principes par les États-Unis. Ils ont averti que l’annulation des mécanismes d’échange entre les deux armées à plusieurs niveaux pourrait conduire à davantage d’affrontements potentiels si les États-Unis continuent à faire des provocations, et que les politiciens américains devraient cesser leurs actions maniaques et arrêter de semer le chaos dans le monde.

Les huit contre-mesures prises par la Chine sont énumérées comme l’annulation des négociations entre les commandements militaires régionaux, des négociations de coordination de la politique de défense entre la Chine et les États-Unis (DPCT) et des réunions sur l’accord consultatif maritime militaire entre la Chine et les États-Unis (MMCA).

Elles comprennent également la suspension de la coopération entre la Chine et les États-Unis sur le rapatriement des immigrants illégaux, la suspension de la coopération entre la Chine et les États-Unis sur l’assistance juridique en matière pénale, la suspension de la coopération entre la Chine et les États-Unis contre la criminalité transnationale, la suspension de la coopération entre la Chine et les États-Unis en matière de lutte contre le trafic de stupéfiants et la suspension des négociations entre la Chine et les États-Unis sur le changement climatique.

L’annulation de ces trois aspects des discussions entre les armées chinoise et américaine est liée aux mécanismes de fonctionnement de ces dernières, ce qui signifie que la confiance mutuelle entre les deux armées a plongé au plus bas, que les relations entre militaires sont tombées à un niveau très bas et que les risques de conflits augmentent, a déclaré vendredi au Global Times Lü Xiang, expert en études américaines à l’Académie chinoise des sciences sociales.

Tous les besoins en matière de sécurité – y compris l’avion utilisé par Mme Pelosi pour son voyage – ont été fournis par le ministère de la défense américain. L’armée et le ministère de la défense américains ont ainsi porté atteinte à la souveraineté et à la sécurité de la Chine, ce qui a rendu la communication entre militaires dénuée de sens, a-t-il ajouté.

Song Zhongping, expert militaire de la Chine continentale et commentateur de télévision, a déclaré à Global Times qu’étant donné que les États-Unis ont fait des provocations sur la question de Taïwan, qui est d’un intérêt crucial pour la Chine, la base et la pierre angulaire des relations bilatérales, et que la Chine a pris des mesures pour sauvegarder sa souveraineté, toute nouvelle provocation de la part des États-Unis augmentera la possibilité d’affrontements.

L’Armée populaire de libération (APL) chinoise a entamé jeudi la deuxième phase de ses exercices militaires à grande échelle qui ont complètement verrouillé l’île de Taïwan.

Grâce à des exercices militaires de trois jours, l’APL a démontré sa détermination et sa capacité à résoudre la question de Taïwan à tout moment, mais aussi ses capacités d’anti-agression et de défense de zone. Les suspensions ou annulations de dialogue contenues dans ces trois groupes de contre-mesures signifient également que, sur la base de ces capacités, l’APL pourrait prendre des mesures contre toute action offensive de l’armée américaine, en fonction de l’évolution de la situation, a déclaré M. Lü.

« Ces suspensions ont également envoyé un signal clair aux États-Unis : la partie chinoise n’acceptera jamais que les États-Unis nuisent de manière éhontée aux relations sino-américaines sans en subir les conséquences », a ajouté M. Lü.

Les suspensions de dialogue dans cinq domaines ont un impact beaucoup plus important pour les États-Unis que pour la Chine, notamment en ce qui concerne le changement climatique, a déclaré au Global Times Xin Qiang, directeur adjoint du Centre d’études américaines de l’Université Fudan.

[NDT : nous allons peut-être enfin savoir ce que les Chinois pensent vraiment du réchauffement climatique anthropique]

Depuis que le président américain Joe Biden a pris ses fonctions, il a fait des progrès diplomatiques significatifs dans le domaine du changement climatique, où tout progrès nécessite le soutien et la coopération de la Chine, sinon, les États-Unis n’arriveront à rien par eux-mêmes, a déclaré Xin.

Par ailleurs, d’autres domaines tels que le rapatriement des immigrants illégaux et la coopération en matière de lutte contre la drogue préoccupent beaucoup les États-Unis et ont un impact relativement faible sur la Chine, a ajouté l’expert. Par exemple, en ce qui concerne la coopération dans le domaine de la lutte contre la drogue, notamment dans la lutte contre le fentanyl, une moindre coopération rendra le problème de la drogue plus important aux États-Unis, mais aura peu d’effet sur la Chine.

Les suspensions de coopération dans ces domaines constituent un avertissement pour la Maison Blanche, qui n’a pas pris de mesures pour empêcher la visite de Mme Pelosi, mais a plutôt joué au « bon et au mauvais flic » en demandant à la Chine de ne pas réagir de manière excessive. Les promesses de Biden à la Chine n’ont pas été tenues, a déclaré au Global Times Qi Kai, expert en économie politique internationale à l’Université chinoise de sciences politiques et de droit.

Il a également noté que les contre-mesures de la Chine visent également à dissuader les pays et les hommes politiques d’autres pays qui envisagent de se rendre sur l’île de Taïwan en bafouant les intérêts fondamentaux de la Chine en suivant l’exemple de Mme Pelosi.

La commission des affaires étrangères de la Chambre des communes britannique prévoit une visite à Taïwan probablement en novembre ou début décembre, a rapporté lundi The Guardian. Le ministre lituanien des affaires étrangères, Gabrielius Landsbergis, a également tweeté mercredi que « maintenant que Pelosi a ouvert beaucoup plus largement la porte de Taïwan, je suis sûr que d’autres défenseurs de la liberté et de la démocratie la franchiront très bientôt. »

De nombreux domaines pratiques dans lesquels les États-Unis et la Chine peuvent travailler ensemble ont été mis en attente maintenant, ce qui signifie que si les États-Unis continuent à nuire aux intérêts de la Chine à l’avenir, ces mécanismes de coopération seront également supprimés, a déclaré vendredi à Global Times un expert des affaires internationales basé à Pékin qui a préféré ne pas être nommé.

Ces contre-mesures sans précédent de la part de la Chine montrent que les conséquences de la visite de Mme Pelosi sur l’île de Taïwan continuent de s’étendre, et que le mécanisme de confiance déjà affecté entre la Chine et les Etats-Unis a été encore plus endommagé. A l’avenir, la reprise de ces huit mécanismes nécessite des négociations longues et difficiles, ont indiqué les analystes.

« Les contre-mesures de la Chine envoient également un signal à Washington : se calmer et réfléchir attentivement au type de relations Chine-États-Unis que les États-Unis souhaitent ? » a déclaré M. Lü.

Les huit contre-mesures ont suivi les exercices militaires autour de l’île de Taïwan, qui ont débuté dans la nuit de mardi à mercredi. Les douanes du continent ont également annoncé mercredi la suspension des importations d’agrumes et de certains poissons congelés en provenance de l’île. Selon les analystes, les contre-mesures de la Chine sont systématiques et ne seront pas ponctuelles.

Il n’est pas surprenant de voir que la Chine a pris ces contre-mesures et que celles-ci sont « très nécessaires », étant donné que la visite de Mme Pelosi a constitué une provocation à l’égard de la souveraineté de la Chine, qu’elle a gravement violé le principe d’une seule Chine et les trois communiqués conjoints, et qu’elle a porté atteinte à la stabilité dans le détroit de Taiwan, a déclaré à Global Times Diao Daming, professeur associé à l’Université Renmin de Chine à Pékin.

La Chine a toujours souligné que la coopération est la seule bonne direction pour les relations sino-américaines, mais les actions des États-Unis ont forcé la Chine à prendre les contre-mesures nécessaires, a déclaré Diao, appelant les politiciens américains à arrêter les actions insensées qui nuisent à la stabilité mondiale et régionale.

Les politiciens américains ne devraient pas sous-estimer l’importance des relations sino-américaines pour le monde et leur coopération, et ils ne devraient pas sous-estimer le fait que la communauté internationale soutient la justice, ni sous-estimer la détermination du peuple et du gouvernement chinois à réaliser la réunification nationale. Ils devraient prendre des mesures immédiates pour résoudre les problèmes, a déclaré M. Diao.

source : Global Times

traduction Avic pour Réseau International



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.