par Christelle Néant.

Le 4 août au matin, alors que la RPD (République populaire de Donetsk) faisait ses adieux au colonel Olga Katchoura, surnommée Korsa, qui était morte la veille, l’armée ukrainienne a bombardé la zone du centre-ville où se déroulait la cérémonie funéraire, faisant huit morts (dont une enfant) et cinq blessés.

Le 3 août 2022, la légendaire Korsa (Olga Katchoura de son vrai nom), colonel de la milice populaire de la RPD, commandant d’une unité de lance-roquettes multiples, trouvait la mort lors d’une mission de combat après huit années à combattre l’armée ukrainienne.

Korsa a commencé à se battre en avril 2014 à Slaviansk, et depuis lors elle n’a eu de cesse de servir la milice populaire de la RPD, et de se battre contre les néo-nazis ukrainiens à qui elle a infligée de lourdes pertes avec son unité de lance-roquettes multiple Grad. Korsa a été blessée à plusieurs reprises par des bombardements, mais elle a continué le combat pendant ces plus de huit années de guerre.

Les circonstances exactes de sa mort font l’objet d’une enquête, mais les informations dont nous disposons indiqueraient deux versions possibles : soit sa Niva a roulé sur une mine près de Novobakhmoutovka, ou elle a été touchée par un missile antichar, c’est-à-dire qu’un groupe de sabotage était impliqué. Korsa était régulièrement menacée de mort par les Ukrainiens, et leurs groupes de sabotage-reconnaissance ont plusieurs fois tenté de l’éliminer à Gorlovka.

Korsa a reçu à titre posthume le titre de héros de la RPD et de héros de la fédération de Russie. Elle avait aussi reçu de son vivant la croix de St Georges de 2e classe.

Et comme si le fait de la tuer ne suffisait pas, l’armée ukrainienne a décidé de profiter de la cérémonie funéraire organisée le 4 août au matin, pour commettre un massacre en bombardant le centre de Donetsk où les gens s’étaient rassemblés pour dire au revoir à Korsa. Le bombardement a été mené avec des obus de 155 mm format OTAN, qui ont été tirés depuis Pervomaïskoye. Le bombardement a visé l’opéra où se déroulait la cérémonie funéraire, ainsi que l’hôtel Donbass Palace, situé non loin.

Les vidéos et vidéos prises sur place sont choquantes et se passent de commentaires.

Sur cette vidéo on voit que la femme tuée près de l’hôtel a survécu quelques secondes avant de mourir de ses blessures. Dès que le journaliste qui filme est entré dans l’hôtel, des passants se sont précipités pour l’aider et vérifier le pouls de la femme. C’est à ce moment-là qu’elle est morte et son corps a été pris de convulsions, que les Ukrainiens ont cyniquement utilisées pour faire croire qu’il s’agissait d’une actrice.
Malgré ce bombardement de terreur de l’armée ukrainienne, Korsa a été enterrée dans l’allée des héros du grand cimetière de Donetsk, où se trouvent les commandants Motorola, Guivi, Joga, et Alexandre Zakhartchenko.

Ce bombardement terroriste du centre de Donetsk par l’armée ukrainienne en plein cérémonie funéraire de Korsa a fait huit morts, dont une enfant de 12 ans et sa grand-mère, et cinq blessés, dont un opérateur de RT (Alexeï Dokoutchaev).

Cette jeune fille de 12 ans qui rêvait de devenir ballerine, a été tuée par le bombardement terroriste de l’armée ukrainienne contre le centre de Donetsk, alors qu’elle se rendait au théâtre pour une leçon. Elle ne réalisera jamais son rêve.

Lorsque j’ai appris la nouvelle de ce bombardement de terreur alors que nous revenions d’une mission humanitaire à Sakhanka et Marioupol, des larmes de colère me sont montées aux yeux. Encore une enfant de plus qui avait la vie devant elle, et qui a été assassinée par l’armée ukrainienne lors d’un bombardement qui visait une zone purement civile. Encore pire, l’armée ukrainienne a tiré sur le centre-ville en pleine cérémonie funéraire, montrant par la même que ceux qui composent cette armée ne sont que des terroristes et non des soldats.

Christelle Néant

source : Donbass Insider



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.