• ven. Sep 30th, 2022

Monde25

le monde des informations alternatives

Les bataillons de volontaires de l’armée russe

ByVeritatis

Août 10, 2022


par Andrei Vinokurov.

Comment les régions forment des unités pour participer aux opérations en Ukraine

À la fin de la semaine dernière, on a appris la formation de trois unités de volontaires « nommées » à Saint-Pétersbourg pour participer à une opération militaire spéciale en Ukraine. Depuis plusieurs mois, les autorités régionales et les organisations d’anciens combattants font appel à des volontaires pour rejoindre ces unités, en leur promettant des paies intéressantes et tout l’équipement nécessaire. Les questions de procédure sont réglées par le biais des bureaux d’enregistrement et d’enrôlement militaires où ceux qui veulent rejoindre l’opération spéciale signent des contrats avec le ministère de la Défense. En règle générale, ces unités sont composées de compatriotes de la même région qui sont formés ensemble et devront prendre part à des opérations de combat.

L’information sur la création des détachements de volontaires « Kronstadt », « Neva » et « Pavlovsk » à Saint-Pétersbourg est apparue le 4 août dans le sous-public « Vkontakte » sous le nom de « Point de sélection du service militaire contractuel ». Selon l’annonce, ces unités sont dotées d’un personnel « exclusivement composé de résidents de St. Petersburg ».

La formation de telles unités est en cours dans toutes les régions depuis le printemps : Kommersant calcule qu’au moins deux douzaines de régions ont déjà créé plus de 40 unités de ce type.

Des informations à leur sujet sont publiées dans les médias et sur les réseaux sociaux gouvernementaux, et on leur donne des noms indiquant d’une manière ou d’une autre leur appartenance territoriale. En règle générale, ces unités sont composées de résidents de la région où elles sont formées, qui s’entraînent ensemble et se préparent au combat, puis sont envoyées ensemble en Ukraine.

Ainsi, en Yakoutie, l’unité de volontaires est appelée Bootur. Selon les légendes locales, Ellei Bootur est considérée comme le premier ancêtre des Yakoutes. Le 28 juillet, dans son canal Telegram, Aisen Nikolaev, chef de la république, a écrit au sujet de son déploiement imminent pour « la libération des républiques amies, le renforcement des frontières et la défense de notre pays ». Selon le commandant du Bootur, Aleksandr Kolosov, elle est composée de chauffeurs, de mécaniciens, d’opérateurs de défense anti-aérienne et de mitrailleurs.

« Le premier principe que nous enseignons ici est le compatriotisme… Le bataillon viendra chez ses compatriotes préparés et sera un bon soutien pour les unités militaires qui prennent part à l’opération spéciale en Ukraine », a décrit le gouverneur Oleg Kozhemyako des tâches de l’unité côtière du Tigre. La formation du bataillon a été annoncée le 9 juillet par le service de presse du gouvernement provincial. Ses hommes sont entraînés sur la base de la 155e brigade de marine de la flotte du Pacifique.

« L’idée est que les bataillons ne seront formés que de natifs du Tatarstan, de sorte qu’ils se formeront côte à côte, se connaîtront, marcheront ensemble et rempliront les missions qui leur sont assignées », a expliqué le principe de la formation des bataillons « Alga » et « Timer » (qui signifie en tatar « Avant » et « Fer ») par le major Evgeny Tokmakov, chef du point de sélection pour le service militaire sous contrat à Kazan. Liliya Galimova, porte-parole du président du Tatarstan, a affirmé que cette initiative était née « d’un appel du cœur » : « D’après ce que je comprends, les personnes qui ont été directement impliquées dans le projet se sont manifestées. Je n’ai pas entendu d’appel de la part des dirigeants de la république ». Les bataillons tatars ont leur propre chaîne Telegram, où des vidéos de campagne sont périodiquement publiées. « Je suis Alexei. Tous les jours, je travaille sur le terrain dans ma ville natale de Volzhsk », dit dans l’un d’eux un volontaire qui monte dans un BMP. « Je suis Bulat, un spécialiste en informatique de Nizhnekamsk. Je développe des logiciels pour de grandes entreprises de la ville », dit un autre.

Pour s’inscrire au bataillon de communication tchouvache « Atal » (Volga en tchouvache), qui n’est également ouvert qu’aux résidents de la république, la connaissance de la langue tchouvache est considérée comme un atout. Pour signer le contrat, l’expérience du service militaire n’est pas requise, mais il faut être titulaire d’un diplôme en communication ou d’un permis de conduire de catégorie B, C, D, E.

La compagnie de fusiliers motorisés « Perma » de 90 hommes et le bataillon de chars Molot (environ 160 hommes) sont en cours de formation dans le kraï de Perm. Un autre bataillon de chars portant le nom de Kuzma Minin est en cours de formation dans la région de Nizhny Novgorod. La région d’Amur, comme l’ont rapporté les médias locaux à la mi-juillet, est en train de constituer le bataillon de fusiliers motorisés Amursky, qui devrait compter 400 à 500 hommes. Le site web du gouvernement de la région de Saint-Petersbourg a publié une annonce concernant le recrutement pour les divisions d’artillerie « Nevsky » et « Ladozhsky ». La région de Tioumen a annoncé la formation de trois unités aux spécialisations différentes : le bataillon de déminage « Tobol », la compagnie de tireurs d’élite « Taïga » et la division d’artillerie « Sibir ». Selon la version officielle, « Tobol » a été formé à l’initiative d’anciens combattants de l’école supérieure de commandement du génie militaire de Tyumen. Les premiers groupes de volontaires de ces unités sont partis pour l’opération spéciale à la fin du mois de juillet.

Deux bataillons de fusiliers motorisés ont été préparés pour l’opération spéciale par la Bashkiria. Le premier, qui porte le nom de Minigali Shaimuratov (un commandant bachkir soviétique pendant la Grande Guerre patriotique), a été annoncé en mai dernier par l’organisation républicaine « Vétérans des Marines et des Forces spéciales de la Marine ». Et en juin, les « vétérans des troupes aéroportées et des forces spéciales du Bashkortostan » ont annoncé la création d’un bataillon portant le nom d’Alexandre Dostavlatov (citoyen d’Ufa mort lors de la deuxième guerre de Tchétchénie). Le chef de la république, Rady Khabirov, a déclaré que l’effectif total des deux bataillons dépassait 800 hommes.

Dans un certain nombre de régions, des unités de soutien sont en cours de création

Par exemple, le bataillon logistique « Seim » de l’Oblast de Koursk s’occupera du carburant, de la nourriture, des munitions, etc. La région d’Omsk a annoncé la création d’une société de réparation, d’une société de logistique et d’une unité médicale appelée Irtysh, Avangard et Om. Il existe une forte demande de mécaniciens de véhicules, de logisticiens, de transitaires, de magasiniers et de personnel paramédical. Selon les autorités d’Omsk, au début de la semaine dernière, 150 demandes de service ont été reçues, 50 personnes ont déjà été sélectionnées et incluses dans l’ordre, et 400 autres personnes ont appelé le numéro de contact et déclaré leur volonté de rejoindre les bataillons nommés.

Parmi les autres unités « nommées » figurent l’Angara (Oblast d’Irkoutsk), les bataillons de Tcheliabinsk Ouralets du Sud (261 personnes) et Oural du Sud (253), le Toyan de Tomsk (nommé d’après un prince de la tribu tatare Eushtin qui vivait sur les rives de la rivière Tom au XVIIe siècle). Les bataillons d’Ulyanovsk Sviyaga (la rivière qui traverse Ulyanovsk) et Simbirsk devraient compter chacun 200 combattants. Selon Maksim Korzhov, chef adjoint du point central de recrutement à Ulyanovsk, l’intérêt pour les contrats est « très élevé » : plus de 100 appels par jour sont reçus.

Dans le kraï de Krasnodar, des unités de volontaires sont formées sur la base des troupes de cosaques du Kouban. En avril, un détachement portant le nom de Zakhary Chepiga, ataman des troupes cosaques de la mer Noire, y a été créé, et en mai – le détachement du Kouban. Un total d’environ 1200 cosaques sont impliqués dans l’opération spéciale, et il y a un centre spécial pour la formation des volontaires cosaques dans la région. Le 22 juillet, le site Internet de l’Union des guerriers cosaques de Russie et de l’étranger a publié des informations sur la réorganisation du détachement cosaque du Don en brigade et sur l’ajout du bataillon de Terek à celle-ci. La nouvelle brigade doit également inclure les unités de Kuban et de Yenisei. Les médias avaient déjà fait état de la participation des unités cosaques de Yermak et de Tavrida à l’opération spéciale.

Dans toutes les régions, les formalités relèvent du ministère de la Défense : les volontaires signent des contrats avec le ministère pour plusieurs mois avec possibilité de prolongation et obtiennent le statut officiel de militaires sous contrat.

Le gouverneur Kozhemyako de Primorye a décrit dans une interview un schéma typique de nombreuses entités constitutives de la Fédération de Russie pour la répartition des tâches dans la formation des équipes de rugby : dans le cas du « Tigre », les munitions (gilets pare-balles et casques) sont fournies par la flotte du Pacifique, la région s’occupe des vêtements et des équipements spéciaux (« diverses lunettes, radios, drone »), et les armes sont fournies par le ministère de la Défense.

Les rémunérations

Les paiements promis aux volontaires varient d’une région à l’autre. Par exemple, dans la région d’Omsk, on dit qu’après leur arrivée sur le territoire du Caucase du Nord, les employés contractuels recevront au moins 130 000 roubles. Dans d’autres régions, des chiffres plus élevés dépassant les 200 000 roubles sont mentionnés. Et dans le Kraï de Perm, ils promettent que les volontaires ne recevront pas moins de 300 000 roubles par mois. Les autorités régionales sont prêtes à effectuer des paiements ponctuels (à partir de 100 000 roubles), mais ils ne sont pas toujours disponibles immédiatement. Par exemple, au Tatarstan, on promet aux volontaires de ne recevoir que 60 000 roubles immédiatement, et ils recevront 200 000 roubles après avoir franchi la frontière. En outre, les soldats sous contrat ont droit à divers paiements pour les opérations de combat réussies et à l’indemnité journalière de 8000 roubles « pour chaque jour d’offensive ». « pour chaque jour de l’offensive. Des paiements supplémentaires régionaux sont également prévus en cas de décès des volontaires : par exemple, en Bachkirie, leurs familles doivent recevoir 12,3 millions de roubles.

Pour rappel, la Tchétchénie a commencé à former des unités militaires nommées à partir de résidents locaux bien avant les événements en Ukraine, et elles participent à l’opération militaire spéciale depuis les premiers jours. Il s’agit notamment des unités OMON et SOBR Akhmat (du nom du président tchétchène Akhmad Kadyrov en 2003-2004), du bataillon Sud et du 141e régiment motorisé du nom d’Akhmat-Khadzhi Kadyrov. Fin juin, le président tchétchène Ramzan Kadyrov a annoncé la formation de quatre nouveaux bataillons pour participer aux opérations : « Nord-Akhmat », « Sud-Akhmat », « Ouest-Akhmat » et « Est-Akhmat ».

Un fonctionnaire fédéral bien informé a déclaré à Kommersant sous couvert d’anonymat que les unités contractuelles sont formées sur une base territoriale, car cela permet de travailler plus facilement avec des volontaires.

Les autorités régionales ont été invitées à fournir un soutien en matière d’information en premier lieu, ainsi qu’un soutien financier et une collecte de fonds pour un soutien logistique supplémentaire. Lorsqu’on a demandé si de telles unités poseraient des problèmes à l’endroit où elles sont formées, l’interlocuteur de Kommersant a répondu : « C’est le principe du moindre mal. Nous devrons nous battre pendant longtemps et dans plusieurs directions ».

source : Kommersant

via Veille Stratégique



Source link