• mar. Sep 27th, 2022

Monde25

le monde des informations alternatives

Un journal chinois nomme la première victime de la diabolisation de Moscou et Pékin par Washington



https://fr.sputniknews.com/20220815/un-journal-chinois-nomme-la-premiere-victime-de-la-diabolisation-de-moscou-et-pekin-par-washington-1055840324.html

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

2022

Sputnik Afrique

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

Actus

fr_FR

Sputnik Afrique

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

https://cdnnfr1.img.sputniknews.com/img/07e6/08/0f/1055840677_174:0:2903:2047_1920x0_80_0_0_d4bc8b01d7671caa5dc20d2836329161.jpg

Sputnik Afrique

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

international, états-unis, europe, union européenne (ue), russie, chine, sanctions, conflit ukrainien

international, états-unis, europe, union européenne (ue), russie, chine, sanctions, conflit ukrainien

Dans ses efforts de retenir sa domination planétaire, Washington utilise l’idéologie et les sanctions économiques pour contrer Moscou et Pékin, selon Global Times. Mais cette politique s’avère destructive pour l’Europe et pourrait saper le partenariat transatlantique.

Les États-Unis et l’Europe ne payent pas le même prix dans la confrontation qu’entretient Washington avec Moscou et Pékin pour dominer le monde, sous l’égide idéologique de la lutte de la démocratie contre l’autocratie, relate le journal chinois Global Times (GT).

“L’Europe a été durement touchée par les retombées de la crise ukrainienne – elle doit faire face à une crise énergétique et à une flambée des prix avec des pays européens clés entrant en récession, ce qui pourrait déclencher une instabilité politique et sociale”, analyse le média.

Mais l’Europe a ses propres intérêts et une histoire des relations avec la Russie, un “voisin qui ne peut pas être déplacé”, et la Chine, un “marché énorme” et profitable pour les entreprises européennes.

“Les États-Unis ont semé la discorde, utilisant des questions telles que l’Ukraine pour bouleverser les liens de l’Europe avec la Russie et exagérant la soi-disant menace chinoise pour saper les relations de l’Europe avec la Chine […] La crise ukrainienne en cours démontre que lorsque Washington dirige l’Otan pour provoquer la Russie, la plus grande victime restant l’Europe”, indique GT.

Temps de renforcer l’indépendance européenne?

Selon des experts interrogés par le GT, Washington parle toujours de l’unité de l’Occident mais n’arrive pas à atteindre cette unité même au sein de son système politique. Peut-être pour l’Europe est-il temps de réfléchir à ses intérêts, de “renforcer son autonomie et de réduire sa dépendance à l’égard des États-Unis”, s’interroge le média.

En tout cas, “propager la prétendue menace chinoise ou russe en Occident peut difficilement remplir les objectifs souhaités” dans le contexte économique actuel.

“Plus les États-Unis considèrent la Chine et la Russie comme leurs ennemis, plus il est difficile pour les États-Unis d’unir leurs alliés”, conclut le GT.





Source link