• mar. Oct 4th, 2022

Monde25

le monde des informations alternatives

Déclaration adoptée par le deuxième Forum des peuples libres de Russie


Texte adopté par le deuxième “forum des peuples libres de Russie”, réuni à Prague les 3 et 24 juillet 2022.

Nous, représentants des peuples autochtones et des régions colonisées de la Fédération de Russie, sur la base de :

✔ la Déclaration universelle des droits de l’homme ;

✔ le droit des peuples à l’autodétermination, inscrit dans la Charte des Nations Unies ;

✔ la Déclaration des Nations Unies sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux ;

✔ la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones ;

✔ la Déclaration sur la souveraineté de la RSFSR du 12 juin 1990 ;

✔ la Déclarations sur la souveraineté des sujets de l’actuelle Fédération de Russie

nous commençons le processus de décolonisation complète et générale de la Russie.

Ce processus est dû à :

• La violations des droits et libertés fondamentaux des peuples autochtones et des régions colonisées garantis par la Déclaration universelle des droits de l’homme.

• La politique systémique de terreur et de répression internes en Fédération de Russie.

• La mise en œuvre systématique dans la Fédération de Russie de politiques impériales et de pratiques discriminatoires qui affirment la position coloniale inférieure de nos peuples et régions indigènes, discriminant les citoyens sur la base de l’origine indigène et/ou régionale.

• L’utilisation de pratiques impériales d’écocide, ainsi que la privation de nos régions et peuples autochtones de terres, territoires et ressources traditionnels, qui nous empêche d’exercer notre droit au développement.

• L’assimilation forcée systématique et exposition à la colonisation et à la destruction de nos cultures, langues, systèmes éducatifs et autres aspects essentiels de nos vies.

• L’incapacité d’exercer l’autonomie gouvernementale à travers leurs représentants légalement élus, la privation systématique de nos régions colonisées et des peuples autochtones du droit de participer à la prise de décision sur les questions qui affectent nos droits.

• la violation des droits des peuples autochtones et des régions colonisées de la Fédération de Russie concernant le stockage sur notre territoire de matières dangereuses – armes nucléaires et autres armes de destruction massive.

Les politiques et pratiques coloniales ci-dessus ont été menées pendant des siècles, laissant nos peuples autochtones et nos régions colonisées victimes d’injustices historiques et, dans certains cas, de déplacements forcés et de génocide. Désormais, la politique coloniale s’exprime dans l’ampleur toujours croissante du terrorisme d’État et de la répression.

La Fédération de Russie est aujourd’hui un pays terroriste dirigé par des criminels de guerre. Un certain nombre de guerres insensées déclenchées par la direction impériale de la Fédération de Russie au cours des 30 dernières années privent nos peuples autochtones et régions colonisées de la chose la plus importante – le droit à la vie, puisque les représentants des peuples autochtones et des régions colonisées, qui sont utilisés comme “chair à canon”, sont soumis à la mobilisation en premier lieu.

Avec le début de la guerre de conquête contre l’Ukraine, nos peuples et nos régions ont été entraînés contre leur volonté dans des crimes de guerre, y compris le génocide de la nation ukrainienne déclenché par le Kremlin. En raison de cette politique du centre impérial, les peuples et les régions de la Fédération de Russie ont été confrontés à des sanctions, à des restrictions, à la menace d’un isolement civilisationnel et même à une disparition complète.

Tout cela a conduit au fait que la Fédération de Russie est déjà au bord du chaos et de la guerre civile. Seule une décolonisation complète et contrôlée de la Russie peut empêcher cela.

Par conséquent, nous lançons un appel à toutes les forces constructives, mouvements, partis, factions, associations et groupes, tant au sein de la Fédération de Russie qu’en exil, en appelant à la coordination et à l’interaction pour assurer le développement politique, économique, social et culturel de nos peuples et régions afin de mettre fin à toutes les formes de discrimination, d’oppression et de violation des droits de l’homme.

Nous appelons tous les citoyens des peuples autochtones et des régions colonisées à commencer immédiatement des actions actives pour la décolonisation pacifique, la libération et la déclaration/restauration de la souveraineté et de l’indépendance de leur propre pays.

Nous appelons les peuples et les gouvernements des pays membres de l’ONU à nous fournir soutien et assistance dans la réalisation de nos aspirations conformément aux déclarations de l’ONU, et nous appelons également l’ensemble de la communauté mondiale avec une demande d’aide dans nos efforts pour rationaliser le processus désormais incontrôlé de désintégration d’un État nucléaire.

En vue de la mise en œuvre pratique de la Déclaration sur la décolonisation de la Russie :

1. Nous appelons les élites nationales et régionales à lancer immédiatement la création de gouvernements/administrations nationales de transition (sur leur propre terre ou, si cela n’est pas possible, alors en exil), sur la base du fait que l’exécutif actuel les autorités représentent les intérêts du centre impérial, et non les peuples indigènes et les régions colonisées.

2. Nous appelons les parlements des républiques et les doumas régionales des régions à protéger les intérêts de leurs peuples et à confirmer les déclarations précédemment adoptées sur la souveraineté de l’État, ainsi qu’à entamer immédiatement le processus de consultations interparlementaires sur la formation d’un mécanisme de déclaration / restauration de l’indépendance de l’État de nos peuples autochtones et régions colonisées, lançant un mécanisme pour leurs sécessions pacifiques de la Fédération de Russie.

3. Nous annonçons la convocation en novembre-décembre 2022 de la Conférence internationale sur la décolonisation pacifique et l’organisation territoriale de l’espace post-russe avec la participation des États membres du Conseil de sécurité de l’ONU, des États voisins de la Fédération de Russie et de la communauté internationale. organisations. Le but de cette Conférence est :

• de garantir un processus pacifique, harmonieux et légitime de décolonisation de la Russie ;

• de débuter le processus de clarification et d’approbation de la démarcation des frontières étatiques des nouvelles républiques ;

• de préparer signer des traités d’amitié et de coopération entre les nouveaux États et les pays voisins ;

• d’approuver des principes de succession, y compris le partage des avoirs et des dettes de la Fédération de Russie (y compris les réparations aux États qui ont souffert de l’agression militaire de la Fédération de Russie – Sakartvelo, Itchkérie, Moldavie, Ukraine).

4. Nous appelons les États membres de l’ONU à fournir une assistance maximale aux gouvernements / administrations nationaux de transition pour atteindre les objectifs de décolonisation et de paix. Et également reconnaître officiellement l’indépendance et la souveraineté des États suivants des peuples autochtones et des régions colonisées : Tatarstan, Ingrie, Bachkortostan, Carélie, Bouriatie, Kalmoukie, République balte (Kenigsberg, Prusse orientale), Komi, Circassie, Sibérie, République de l’Oural , Don, Touva, Kouban , Daghestan, Fédération du Pacifique (le territoire de Primorye et Amur), République de Moscou, Erzyan Mastor, Sakha, Pomorie, Chuvashia, Chernozem, Mordovia, Volga, Khakassia, Oudmourtie, Tyumen-Yugra, Mari El, Altai , Ingouchie et autres.

5. Nous appelons à la préparation des Constitutions des Républiques, garantissant leur indépendance et leur souveraineté étatiques, ainsi que des actes législatifs clés visant à assurer la paix, la lustration, la stabilité politique, la croissance économique rapide et le développement.

Nous appelons les intellectuels, les dirigeants sociaux, culturels, économiques, politiques et spirituels des peuples et des régions autochtones à participer activement à ce processus.

6. Nous appelons tous les représentants des peuples autochtones et des régions colonisées à une résistance systémique pacifique. Les formes d’une telle résistance peuvent être : grèves, manifestations, piquets, actes de sabotage des ordres du centre impérial, refus de servir dans les forces armées de la Fédération de Russie, etc. Le but de ces actions devrait être un transfert pacifique du pouvoir à des organes représentatifs démocratiquement élus d’États indépendants.

7. Nous appelons tous les militaires et les représentants des forces de l’ordre qui sont des représentants des peuples autochtones et des régions colonisées à retourner immédiatement sur leur terre natale et à assurer une transition pacifique et démocratique du pouvoir. Nous appelons tous ceux qui participent aujourd’hui à l’injuste guerre de conquête contre l’Ukraine à rentrer chez eux, notamment en se rendant aux Forces armées ukrainiennes.

8. Nous initions la formation de légions nationales (Forces d’autodéfense) pour protéger la souveraineté, les droits de nos peuples et assurer la paix.

9. Nous commençons le processus de consultations sur la création de l’Administration transitoire unie en tant qu’organe représentatif temporaire (pas plus de 12 mois à compter du moment où le régime des criminels de guerre dirigé par Poutine est destitué) collégial et consultatif de tous les colonisés autochtones et des régions de la Fédération de Russie pour assurer pratiquement un processus de décolonisation harmonieux et légitime. La représentation de tous les peuples et régions autochtones dans cet organe doit être égale (selon le principe de parité, un pays / région – un représentant), la délégation des pouvoirs pour y participer est effectuée par les gouvernements nationaux / administrations transitoires.

Cet organe aura les missions suivantes :

• Coordination des activités visant à éliminer le régime colonial des criminels de guerre (création d’un plan d’action unique et clair, feuille de route pour l’élimination du contrôle impérial, conseils aux citoyens et aux régions sur la manière de contribuer personnellement au processus d’élimination du régime terroriste du Kremlin et localement).

• Assistance aux gouvernements nationaux/administrations de transition des peuples autochtones et des régions colonialisées pour la tenue d’élections démocratiques conformément aux normes internationales et avec la participation d’observateurs internationaux – au plus tard 8 mois après la chute du régime impérial de Poutine (la date des élections doit être annoncée au plus tard plus de 3 mois à partir du moment de la chute du régime du terroriste d’État de la Fédération de Russie).

• Assistance à l’organisation du transfert de pouvoir aux autorités démocratiquement élues des États autochtones et des régions colonisées (en particulier dans les régions où les gouvernements nationaux / administrations de transition ne seront pas établis) – au plus tard 12 mois après la chute du régime colonial, et pas plus tard, plus de 3 mois après l’annonce des résultats officiels des élections, reconnus par la communauté mondiale.

• Assistance maximale aux organismes internationaux compétents pour prendre le contrôle de toutes, sans exception, les armes nucléaires et autres armes de destruction massive situées sur les terres des peuples autochtones et dans les régions colonisées, afin d’assurer la dénucléarisation absolue des terres des peuples autochtones et régions colonisées.

• Fournir un mécanisme pour la résolution pacifique des conflits territoriaux, le cas échéant.

• Assurer la protection des droits et libertés des citoyens de toutes nationalités pendant la période de transition.

Nous appelons tous les citoyens de la Fédération de Russie à soutenir efficacement la réalisation des objectifs de cette Déclaration sur la décolonisation en vue d’instaurer la paix, la sécurité, la démocratie et l’harmonie entre les peuples.

Pour votre liberté et la nôtre !

Principaux orateurs du Forum

Rajana Dugar-De Ponte (Buryatia) ), Ruslan Gabbasov (Bashkortostan), Rafis Kashapov (Tatarstan), Oleksiy Manannikov (Siberia), Danny Teps (Ichkeria), Olena Mykhaylova (Velky Novgorod), Yuriy Moskalenko (Far East), Ilya Ponomaryev (Novosibirsk), Gennadiy Gudkov (Kolomna), as well as public leaders, political thinkers and international experts from Europe and North America : Janusz Bugajski (USA), Pavlo Klimkin (Ukraine), Edward Lucas (Great Britain), Wojciech Pokora (Poland), Tamila Tasheva (Ukraine), Andrius Almanis (Lithuania), Oleg Dunda (Ukraine), Paul Massaro (USA), Taras Stetskiv (Ukraine), Mariusz Pilis (Poland), Yevhen Magda (Ukraine), Vadym Prokopiev (Belarus), Pavlo Zhovnirenko (Ukraine).

Présentation du Forum



Source link