• ven. Sep 30th, 2022

Monde25

le monde des informations alternatives

Le second avènement du Heartland

ByVeritatis

Août 15, 2022


par Pepe Escobar.

Il est tentant de visualiser l’écrasante débâcle de l’Occident collectif comme une fusée, plus rapide que la chute libre, plongeant dans le maelström du vide noir de l’effondrement socio-politique total.

La fin de (leur) histoire s’avère être un processus historique accéléré aux ramifications stupéfiantes : bien plus profondes que celles des simples « élites » autoproclamées – via leurs messagers – qui dictent une dystopie engendrée par l’austérité et la financiarisation : ce qu’elles ont choisi d’appeler une Grande Réinitialisation puis, dans la foulée, le Grand Récit.

La financiarisation de tout signifie la marchandisation totale de la vie elle-même. Dans son dernier livre, « No-Cosas : Quiebras del Mundo de Hoy » (en espagnol, pas encore de traduction anglaise), le principal philosophe allemand contemporain (Byung-Chul Han, qui se trouve être coréen), analyse comment le capitalisme de l’information, contrairement au capitalisme industriel, transforme également l’immatériel en marchandise : « La vie elle-même acquiert la forme d’une marchandise (…) la différence entre culture et commerce disparaît. Les institutions de la culture sont présentées comme des marques rentables ».

La conséquence la plus toxique est que « la commercialisation et la mercantilisation totales de la culture ont eu pour effet de détruire la communauté (…) La communauté comme marchandise est la fin de la communauté ».

La politique étrangère de la Chine sous Xi Jinping propose l’idée d’une communauté de destin partagé pour l’humanité, essentiellement un projet géopolitique et géoéconomique. Pourtant, la Chine n’a pas encore amassé suffisamment de soft power pour traduire cette idée sur le plan culturel et séduire de vastes pans du monde : cela concerne surtout l’Occident, pour qui la culture, l’histoire et les philosophies chinoises sont pratiquement incompréhensibles.

En Asie intérieure, où je me trouve actuellement, la renaissance d’un passé glorieux peut offrir d’autres exemples de « communauté partagée ». La nécropole de Shaki Zinda à Samarcande en est un exemple éclatant.

p Shahrisabz. Les ruines de l’immense Ak Saray du XVe siècle. En arrière-plan, le méchant Tamerlan – qui d’autre ? Photo : Pepe Escobar / https://t.me/rocknrollgeopolitics

Afrasiab – l’ancienne colonie, pré-Samarcande – avait été détruite par les hordes de Gengis Khan en 1221. Le seul bâtiment qui a été préservé est le principal sanctuaire de la ville : Shaki Zinda.

Bien plus tard, au milieu du XVe siècle, l’astronome vedette Ulugh Beg, lui-même petit-fils du « Conquérant du monde » turco-mongol Tamerlan, a déclenché rien de moins qu’une Renaissance culturelle : il a convoqué des architectes et des artisans des quatre coins de l’empire timouride et du monde islamique pour travailler dans ce qui est devenu un véritable laboratoire de création artistique.

L’avenue des 44 tombes de Shaki Zinda représente les maîtres de différentes écoles créant harmonieusement une synthèse unique des styles de l’architecture islamique.

Le décor le plus remarquable de Shaki Zinda est constitué de stalactites, accrochées en grappes dans les parties supérieures des niches des portails. Un voyageur du début du XVIIIe siècle les a décrites comme « de magnifiques stalactites, suspendues comme des étoiles au-dessus du mausolée, font comprendre l’éternité du ciel et notre fragilité ». Au XVe siècle, les stalactites étaient appelées « muqarnas » : cela signifie, au sens figuré, « ciel étoilé ».

Le ciel protecteur (de la communauté)

Le complexe de Shaki Zinda est aujourd’hui au centre d’un effort délibéré du gouvernement ouzbek pour redonner à Samarcande sa gloire passée. Les concepts transhistoriques centraux sont « l’harmonie » et la « communauté » – et cela va bien au-delà de l’Islam.

En guise de contraste, l’inestimable Alastair Crooke a illustré la mort de l’eurocentrisme en faisant allusion à Lewis Carroll et à Yeats : ce n’est qu’à travers le miroir que nous pouvons voir tous les contours du spectacle sordide de l’auto-obsession narcissique et de l’auto-justification qu’offre « le pire », toujours si « plein d’intensité passionnée », tel que dépeint par Yeats.

Et pourtant, contrairement à Yeats, les meilleurs ne sont pas « dépourvus de toute conviction ». Ils sont peut-être peu nombreux, mis à l’écart par la culture de l’annulation, mais ils voient « la bête brute, son heure venue, s’avançant vers… ». Bruxelles (et non Jérusalem) « pour naître ».

Cette bande non élue de médiocrités insupportables – de von der Leyden et Borrell à ce morceau de bois norvégien qu’est Stoltenberg – peut rêver qu’elle vit à l’époque d’avant 1914, lorsque l’Europe était au centre de la politique. Pourtant, aujourd’hui, non seulement « le centre ne peut pas tenir » (Yeats), mais l’Europe infestée d’eurocrates a été définitivement engloutie par le maelström, un trou perdu politiquement qui flirte sérieusement avec un retour au statut du XIIe siècle.

Les aspects physiques de la chute – austérité, inflation, pas de douches chaudes, mort par congélation pour soutenir les néonazis de Kiev – ont été précédés, sans qu’il soit besoin de recourir à une imagerie christianisée, par les feux de soufre d’une chute spirituelle. Les maîtres transatlantiques de ces perroquets qui se font passer pour des « élites » n’ont jamais pu trouver une idée à vendre aux pays du Sud centrée sur l’harmonie et encore moins sur la « communauté ».

Ce qu’ils vendent, via leur récit unanime, en fait leur version de « We Are the World », est une variation de « vous ne posséderez rien et serez heureux ». Pire : vous devrez payer pour cela – très cher. Et vous n’avez pas le droit de rêver à une quelconque transcendance – que vous soyez un adepte de Rumi, du Tao, du chamanisme ou du prophète Mohammed.

Les troupes de choc les plus visibles de ce néo-nihilisme occidental réducteur – obscurci par le brouillard de « l’égalité », des « droits de l’homme » et de la « démocratie » – sont les voyous rapidement dénazifiés en Ukraine, arborant leurs tatouages et pentagrammes.

L’aube d’un nouveau siècle des Lumières

Le spectacle d’auto-justification de l’Occident collectif mis en scène pour effacer son suicide ritualisé n’offre aucune allusion à la transcendance du sacrifice impliqué dans un seppuku cérémoniel. Tout ce qu’ils font, c’est se vautrer dans le refus catégorique d’admettre qu’ils pourraient se tromper gravement.

Comment oserait-on tourner en dérision l’ensemble des « valeurs » issues des Lumières ? Si vous ne vous prosternez pas devant cet autel culturel étincelant, vous n’êtes qu’un barbare prêt à être calomnié, poursuivi, annulé, persécuté, sanctionné et – HIMARS à la rescousse – bombardé.

Nous n’avons toujours pas de Tintoret de l’après-Tik Tok pour dépeindre les multiples maux de l’Occident collectif dans les chambres dantesques de l’enfer pop. Ce que nous avons, et devons endurer, jour après jour, c’est la bataille cinétique entre leur « Grand récit », ou leurs récits, et la réalité pure et simple. Leur obsession de la nécessité pour la réalité virtuelle de toujours « gagner » est pathologique : après tout, la seule activité dans laquelle ils excellent est la fabrication de fausse réalité. Dommage que Baudrillard et Umberto Eco ne soient plus parmi nous pour démasquer leurs sordides manigances.

Cela fait-il une différence dans les vastes étendues d’Eurasie ? Bien sûr que non. Il suffit de suivre la succession vertigineuse de réunions bilatérales, d’accords et d’interactions progressives de la BRI, de l’OCS, de l’UEE, des BRICS+ et d’autres organisations multilatérales pour avoir un aperçu de la configuration du nouveau système mondial.

À Samarcande, entouré d’exemples fascinants d’art timuride et d’un boom du développement qui rappelle le miracle est-asiatique du début des années 1990, il est évident que le Heartland est de retour en force et qu’il va certainement envoyer l’Occident atteint de pléonexie dans les marais de l’insignifiance.

Je vous laisse avec un coucher de soleil psychédélique face au Registan, sur le fil du rasoir d’une nouvelle sorte d’illumination qui conduit le Heartland vers une version réaliste de Shangri-La, privilégiant l’harmonie, la tolérance et, surtout, le sens de la communauté.

Pepe Escobar

source : Strategic Culture Foundation

traduction Réseau International



Source link