• mar. Oct 4th, 2022

Monde25

le monde des informations alternatives

Les sabotages, les attentats terroristes et autres attaques de diversion constituent un vrai risque pour la Russie

ByVeritatis

Août 19, 2022


sabotage et attentats terroristes

Deux jours de suite il y a eu d’intéressantes nouvelles. Tout d’abord, le ministère russe de la Défense a conclu que les explosions survenues sur l’aérodrome russe en Crimée étaient le résultat d’une opération de diversion (j’utilise le terme « diversion » dans le sens russe de « diversiia » , qui signifie sabotage/naufrage). Et aujourd’hui, les Russes ont annoncé qu’ils avaient arrêté deux employés de la centrale nucléaire de Zaporozhiie (un garde et un ingénieur !) qui fournissaient aux Ukrainiens les coordonnées de leur cible et la correction des frappes. La Russie prévient maintenant qu’une frappe majeure sur cette centrale nucléaire aurait des conséquences catastrophiques.

Mon objectif aujourd’hui n’est pas de discuter de la situation autour de la ZNP, mais de considérer cette situation comme la partie émergée d’un iceberg beaucoup plus grand.

Jusqu’à présent, seul mon ami Andrei Martyanov a mentionné les risques très réels de sabotage et/ou d’attaques terroristes par des groupes ukrainiens, notamment le sabotage éventuel du croiseur Moskva et l’attaque de l’aérodrome en Crimée. Comme d’habitude, Andrei Martyanov a raison. Je vais maintenant m’étendre un peu sur ce sujet, dans mon habituel format argumenté.

  • Tout d’abord, il est tout simplement indéniable que le SBU/GUR ukronazi a prouvé qu’il pouvait mener, et a mené, des attaques de diversion très efficaces, y compris le meurtre de nombreux dirigeants de la LDNR. Parfois, les Ukronazis ont utilisé des unités spéciales du SBU/GUR, d’autres fois ils ont recruté avec succès des locaux (que ce soit en LDNR ou en Crimée) pour mener des actes de sabotage et de terrorisme.
  • Deuxièmement, il est important de comprendre que si le SMO n’est pas une véritable guerre civile, elle présente néanmoins des ASPECTS de guerre civile, à commencer par la réalité indéniable qu’il existe des segments pro-russes dans la population de l’Ukraine occupée par les nazis, mais aussi des segments pro-ukronazes dans la population de la LDNR/Russie. Les deux camps disposent donc de personnes capables et désireuses d’aider l’autre camp, y compris des éléments anti-russes et pro-ukrainiens dans les zones contrôlées par la LDNR/Russie (y compris la Crimée).
  • Troisièmement, outre les motifs idéologiques et la simple corruption, vous devez comprendre que le SBU/GUR ukrainien et le SVR/G(R)U russe ont tous deux accès à des bases de données qui leur permettent de faire chanter une personne de l’autre camp pour qu’elle collabore. Ils peuvent utiliser des informations compromettantes sur n’importe quelle activité (passée ou présente) qui, si elles sont rendues publiques, peuvent causer beaucoup d’ennuis à une personne, mais ils peuvent également faire pression sur les membres de la famille, ils peuvent même menacer ou cajoler directement quelqu’un pour qu’il collabore. Enfin, il y a beaucoup de personnes pauvres et démunies des deux côtés, et elles ont un grand besoin d’argent, peut-être pas pour acheter un yacht de plusieurs millions de dollars, mais, par exemple, pour obtenir un traitement médical pour un membre de la famille. Les services spéciaux occidentaux sont très doués pour repérer et utiliser ces personnes.
  • Quatrièmement, comme pour tout autre conflit, lorsqu’une guerre éclate, il y aura toujours des gens qui en profiteront, mais il y aura toujours ceux qui perdront beaucoup et qui pourraient en être très mécontents. Les personnes rancunières font d’excellentes recrues pour les services spéciaux (la plupart des transfuges soviétiques ont trahi leur pays non pas pour l’argent, bien que certains l’aient fait, mais parce qu’ils ont été injustement traités par leurs supérieurs ou l’État soviétique).
  • Cinq, les services spéciaux sont très compétents pour 1) repérer les vulnérabilités et 2) les utiliser. Puisque, par définition, les humains étant des humains, il y aura de telles personnes vulnérables des deux côtés du conflit.
  • Jusqu’à présent, les Ukrainiens ont déjà fait un usage intensif de ces tactiques de sabotage, tandis que les Russes ne l’ont pas fait (du moins pour autant que nous le sachions, et il y a beaucoup de choses que nous ne savons pas). Il ne s’agit pas de qualifier un camp de « bon » et l’autre de « mauvais« , mais de réaliser que les deux camps peuvent utiliser, et utiliseront, de telles opérations spéciales pour perturber les opérations et le moral de l’autre camp.

La décision russe de distribuer des passeports russes à tous les Ukrainiens qui le souhaitent aura un impact considérable sur cette situation. Non, je ne critique PAS cette décision, qui a été prise pour des raisons à la fois morales et pragmatiques, mais je tiens à souligner que cette décision aura un coût très réel : une forte augmentation du nombre de citoyens russes dont la véritable loyauté ne va pas à la Russie, mais à l’Euromaïdan ou même à l’idéologie ukrainienne. Il y a aussi de telles personnes en Russie même !

Le fait que ces personnes ne représentent qu’une infime partie de la population russe est sans importance : tout ce dont le SBU/GUR a besoin, c’est de quelques personnes, peut-être quelques dizaines.

Et oui, bien sûr, il s’agit d’un défi direct pour les agences de renseignement et de sécurité russes (SVR, FSB, GUSB/MVD, FSO, G(R)U et autres). Mais la réalité est la suivante : quelle que soit la qualité des services de renseignement et de sécurité russes, vous ne pouvez pas attraper absolument tout le monde, ni placer toutes les personnes potentiellement suspectes sous surveillance 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 (même si vous savez qui sont ces personnes). La vérité est qu’il y aura toujours des « faiseurs de fuites » qui réussiront à échapper à la détection et à l’interception. Vous pouvez attraper plusieurs centaines de ces personnes, mais quelques-unes passeront toujours à travers les mailles du filet et seront utilisées par l’autre camp.

À propos, il est parfaitement logique que l’Occident et les nazis de Kiev déclarent que toutes les explosions en LDNR/Russie (y compris en Crimée) sont le résultat d’attaques de missiles ! Non seulement cela remonte le moral des Ukrainiens (Wunderwaffe et tout ça), mais cela montre aux soutiens occidentaux du régime nazi de Kiev à quel point l’armée ukrainienne est encore « efficace » et « apte au combat« . Enfin, et surtout, le fait d’attribuer le mérite aux missiles est une façon très logique d’essayer de détourner l’attention du fait que ce sont des saboteurs et des terroristes qui font cela. Les Russes le comprennent parfaitement, mais pas les Occidentaux, apparemment, d’où le rejet systématique de l’option sabotage par tant de commentateurs qui préfèrent rêver de missiles extraordinaires et autres Wunderwaffen du genre et rejeter les actes moins « sexy » de simple sabotage.

La conclusion est la suivante : si le SBU/GUR a réussi à recruter deux employés de la ZNP, qui d’autre pensez-vous qu’ils pourraient recruter à l’avenir (ou ont déjà recruté) ? Pensez aux personnes impliquées dans la maintenance technique, le transport, la logistique, les prisons et les installations pour prisonniers de guerre, etc. etc. etc. Les Ukrainiens ont même essayé de corrompre un pilote de Su-34 et de lui faire piloter son Su-34 du côté ukrainien en échange d’un passeport européen et d’argent. Ce complot du SBU/GUR a lamentablement échoué, et les Russes ont même réussi à obtenir des informations classifiées sur les défenses aériennes ukrainiennes, qui ont été rapidement mises hors d’état. Cependant, les principales raisons de cet échec sont probablement doubles : tout d’abord, les pilotes de Su-34 sont certainement une élite très motivée, et ils sont également surveillés de très près par les services de contre-espionnage russes. Ainsi, la prochaine fois, le SBU/GUR devra peut-être « viser » une cible plus modeste et moins protégée.

Et qui peut dire que la prochaine fois, le SBU/GUR échouera ?

Certains se demandent pourquoi les Russes ne peuvent pas faire en Ukraine ce qu’ils ont fait en Tchétchénie. Il existe ici de nombreuses différences essentielles, notamment :

  • La Tchétchénie est un petit morceau de terre par rapport à l’Ukraine et il est relativement facile de la « verrouiller« .
  • La population de la Tchétchénie est minuscule par rapport à la population ukrainienne (même après le départ de millions de personnes).
  • Il n’y a pas d’équivalent d’Ahmad Hadji Kadyrov ou de son fils Ramzan en Ukraine.
  • Les Tchétchènes et les Takfiris n’ont jamais eu la puissance de feu ou les armes dont disposent les Ukronazis.

Donc non, le précédent de la Tchétchénie n’implique en aucun cas que les nazis en Ukraine seront aussi rapidement vaincus que l’ont été les Takfiris.

C’est un problème majeur pour la Russie et, pire encore, c’est un problème qui ne disparaîtra pas de sitôt.

La seule chose que les Russes peuvent faire est 1) de se préparer à de très longues opérations de contre-espionnage et de contre-sabotage qui dureront plusieurs années et 2) d’accepter la réalité de la guerre pour ce qu’elle est et de ne pas paniquer la prochaine fois que les Ukronazis feront exploser quelque chose, que ce soit un navire, un train, un avion, un pont ou toute autre cible en LDNR ou en Russie.

La bonne nouvelle que les Russes doivent garder à l’esprit, c’est que la plupart de ces attaques de sabotage/terroristes font toujours fondamentalement partie des PSYOP et sont principalement conçues pour avoir un effet de relations publiques. Quant à leur impact réel sur les capacités militaires russes, il est proche de zéro, tout comme les frappes israéliennes en Syrie font exactement *zéro* différence sur le terrain en Syrie. Pour avoir un réel impact sur les opérations militaires, il faut disposer d’une force de partisans/ »stay behind » importante, viable et sophistiquée, ce qui n’est pas le cas des Ukrainiens, loin s’en faut. De plus, pour affecter réellement les opérations militaires, ces tactiques de diversion doivent être soigneusement coordonnées avec les forces militaires amies « régulières » (comme les partisans soviétiques pendant la Seconde Guerre mondiale, qui travaillaient en étroite collaboration avec les forces armées soviétiques).

Donc oui, c’est un problème, un problème très désagréable, qui sera difficile à gérer, mais qui n’affectera pas les opérations militaires russes. Même si les Ukrainiens font sauter les centrales nucléaires de Tchernobyl et de Zaporozhiie, cela n’affectera pas de manière significative le SMO ou même la guerre entre la Russie et l’Occident uni. L’ensemble de l’armée russe est entraînée, et bien entraînée, à opérer dans un environnement hostile nucléaire, chimique ou bactériologique. Quant à la logistique russe, elle est extrêmement sophistiquée et hautement redondante, donc même si les Ukronazis font sauter un nœud du réseau de réapprovisionnement, il sera rapidement réparé et/ou facilement remplacé ou contourné.

Cela étant dit, je recommanderais personnellement que nous nous préparions tous mentalement à ce qui est presque certainement sur le point de se produire dans un avenir pas trop lointain. Si nous comprenons ce que de telles opérations peuvent et ne peuvent pas accomplir, nous les verrons de manière sobre et pragmatique, et nous ne céderons pas à l’hystérie (comme de nombreuses parties, y compris la 6e colonne russe) qui suivra inévitablement une telle attaque.

Addendum : alors que tant de commentateurs s’affolent d’une fusion potentielle de tous les réacteurs nucléaires de la ZNP, je dirais ceci : les réacteurs eux-mêmes sont beaucoup plus difficiles à attaquer que les installations de stockage du combustible nucléaire usé, qui sont loin d’être aussi bien protégées. Encore une fois, le véritable danger n’est pas celui auquel nous pensons instinctivement en premier.

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone



Source link