• jeu. Sep 29th, 2022

Monde25

le monde des informations alternatives

Déclaration des Etats baltes sur la sécurité de la centrale de Zaporijia


Les trois États baltes – l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie – se félicitent de la tenue de cette séance du Conseil de sécurité consacrée à l’examen du risque nucléaire sans précédent qu’engendrent la présence militaire russe dans la centrale nucléaire de Zaporijia et les actes irresponsables que la Russie y commet.

Alors que l’agression russe contre l’Ukraine entre bientôt dans son septième mois, nous condamnons de nouveau avec la plus grande fermeté la guerre délibérée et non provoquée menée par la Russie. Par cette invasion totalement injustifiée de son voisin pacifique, la Russie porte gravement atteinte au droit international, met en péril la sécurité mondiale et va jusqu’à ébranler les fondements mêmes sur lesquels l’Organisation des Nations Unies a été bâtie. Elle doit être amenée à répondre de ses actes illicites.

Les activités militaires que conduit en ce moment la Russie risquent de provoquer une nouvelle catastrophe nucléaire. L’armée russe a pris le contrôle de la centrale nucléaire de Zaporijia en mars. Depuis lors, les rapports se succèdent qui font état de sa présence dans la centrale et des opérations dangereuses qu’elle y mène, ainsi que d’actes d’intimidation et d’exactions à l’encontre du personnel de la centrale. Selon des signalements récents, les forces russes auraient même tiré des obus sur le site.

C’est peu dire que le bombardement et l’occupation d’une centrale nucléaire sont des agissements sans précédent. Le mépris de la Russie pour la sûreté nucléaire et le détournement d’infrastructures civiles à des fins militaires appellent des réponses fortes.

Comme l’a déclaré à maintes reprises Rafael Grossi, le Directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), lors de la dixième Conférence des Parties chargée d’examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires, la centrale de Zaporijia est, depuis le début de l’invasion, le théâtre de graves manquements à la quasi-totalité des sept piliers essentiels de la sûreté et de la sécurité nucléaires. L’AIEA avait déjà exprimé des préoccupations similaires concernant les opérations militaires menées par la Russie dans les alentours de Tchernobyl.

La Russie ne cesse de prétendre que les incidents à la centrale nucléaire de Zaporijia sont dus au fait que les Ukrainiens l’empêchent d’assurer correctement la maintenance de la centrale. Soyons clairs : personne n’a demandé à la Russie de s’occuper de la centrale de Zaporijia et personne ne l’y a invitée. C’est en toute illégalité que la Russie en a pris le contrôle et l’a militarisée. L’Ukraine a tout le matériel et toutes les compétences nécessaires pour assurer l’exploitation de ses propres centrales. Ce sont les forces russes qui empêchent l’Ukraine de s’acquitter pleinement des obligations en matière de sûreté nucléaire et de radioprotection qui lui incombent au titre des conventions internationales et des normes de sûreté de l’AIEA.

Nous exigeons que la Russie cesse immédiatement ses opérations militaires, retire ses troupes de l’ensemble du territoire ukrainien et laisse les autorités ukrainiennes compétentes reprendre le contrôle de leurs installations et infrastructures nucléaires. Nous encourageons par ailleurs l’Organisation des Nations Unies et l’AIEA à aider activement l’Ukraine à assurer la sécurité et la sûreté de l’exploitation de ses installations nucléaires.

Il est essentiel de souligner à nouveau la nécessité de dépêcher une mission internationale dirigée par l’AIEA à la centrale nucléaire de Zaporijia. Avant toute chose, une telle mission devra néanmoins se conformer strictement à la législation nationale de l’Ukraine et être menée dans le plein respect des obligations internationales du pays.

L’agression russe contre les infrastructures civiles ukrainiennes et la militarisation par la Russie des installations nucléaires du pays montrent combien il est urgent que la communauté internationale établisse des règles juridiquement contraignantes et fasse en sorte que jamais aucun autre pays ne puisse utiliser des installations nucléaires à des fins belliqueuses.

En conclusion, rappelons que les catastrophes nucléaires et la propagation des radiations ne connaissent pas de frontières, et qu’une catastrophe nucléaire à Zaporijia affecterait le reste de l’Europe tout autant que l’Ukraine, et ce pour plusieurs décennies.

Nous devons agir maintenant.



Source link

One thought on “Déclaration des Etats baltes sur la sécurité de la centrale de Zaporijia”
  1. Ces trois confettis n’équivalent même pas à la moitié de la population d’Île de France, que valent-ils à eux trois réunis dans l’écoute du monde, absolument rien.
    C’est comme ça que fait l’Occident depuis toujours pour faire avancer ses magouilles, prendre des moins que rien comme faire-valoir à ses intentions.
    C’est le pire qui puisse arriver et être fait par l’Occident que de prendre des choses insignifiantes et les pousser tant et si fort qu’à la fin elles sont grisées et se croient puissantes alors qu’elles sont en réalité victimes de la même cécité que ceux qui orchestrent dans leurs dos.
    Il suffit d’écouter celles et ceux qui parlent pour ces pays et d’autres comme eux, dont personne dans le monde ne se souvenait de leur existence il y a 6 mois, cet intérêt qu’on leur porte leur donne l’illusion d’être acteurs dans la pièce alors que ce sont accessoires du décor, cela ne peut que procurer chez celles et ceux pris dans cette illusion un considérable sentiment d’orgueil.
    La Russie et ses alliés n’ont absolument aucun besoin de prendre en considération ces petites choses insignifiantes, ni de s’interroger sur quelles motivations les poussent à tant s’investir à leur propre péril, puisque, ce sont des choses qui s’écrasent à distance sans risques d’effets retours dans un contexte tel que celui-ci, là, les Occidentaux semblent ne plus pouvoir faire confiance qu’aux performances de leurs technologies quand ils s’appuient sur des lilliputiens comme ceux-là, or ça n’a qu’un seul résultat cette façon de faire, ça isole du monde qui reste ouvert.
    La cécité n’est bonne ni pour le présent, ni pour l’avenir.
    Personne ne va faire sortir les Russes des positions qu’ils occupent actuellement, s’ils acceptent des inspections de cette centrale nucléaire, c’est pour autant démontrer leur bonne foi aux opinions internationales que pour asseoir leur supériorité militaire, stratégique et politique sur les parties occidentales, car dans l’après, quand l’inspection sera terminée, quels seront les moyens coercitifs occidentaux pour obtenir ce qu’eux souhaitent… he bien, y’a rien !
    Ils sont déjà pas capables ni avec les Iraniens ou les Nord Coréens, à part démontrer l’évidence de leurs faiblesses réelles une fois sortis des discours, y’a que dalle.
    Les bombardements de la centrale ne s’effectuaient pas avant la livraison des armes à longues distances occidentales, à l’époque Zelensky n’était pas aussi catégorique que maintenant à exiger le retrait total des Russes pour voir s’il y aura quelque chose à négocier, là on est dans le sacrifice de l’entièreté du peuple ukrainien, aussi, il devient vraiment urgent pour celui-ci, même dans une opération suicide de se débarrasser de ce connard.
    Donc, plus le temps passe maintenant et plus nous sommes proches de l’annonce de la nouvelle de sa mort.
    Ce que l’auteur de cet écrit imbécile ne comprend pas, c’est qu’il n’y a plus de communauté internationale, c’est fini, il y a deux camps, l’Occident et ceux qui vont lui faire la peau.
    S’il y avait jamais eu une communauté internationale, cette merde d’Israël ne serait pas ce qu’elle est telle qu’elle est.
    Encore une fois, partout où on regarde, c’est l’existence même de ce furoncle qui est la cause des risques qui pèsent sur la paix mondiale, on ne peut pas imposer aux autres ce qu’on a toujours refusé de lui imposer en dépit de l’existence d’une charte des droits et règles internationales, c’est plus possible sauf à le démanteler, mai vu comme on fait plier Abbas l’illégitime alors qu’il dit vrai, sans guerre ce ne sera pas faisable.
    Faut dire à l’auteur que peu importent les conséquences futures, le monde actuel est en rejet par une majorité des humains de cette planète, ce sont eux qui ont accepté que les choses soient parvenues au stade où elles sont, ils y ont même activement contribué, donc, les choses sont entre leurs mains s’ils ont du courage, parce que la peur n’évitera pas l’inévitable.
    Cette fois-ci, personne viendra les sauver, faudra faire ça comme des grands, seuls !

Comments are closed.