• ven. Sep 30th, 2022

Monde25

le monde des informations alternatives

l’histoire nous montre que la Terre a connu des situations bien pires — Changements Terrestres — Sott.net

ByVeritatis

Août 20, 2022


changement climatique

La science du climat a été tellement étouffée par le fanatisme idéologique qu’il devient difficile de trouver une analyse objective normale de nos jours. Toute donnée qui contredit le récit du changement climatique provoqué par l’homme est entourée d’une machine à spinner qui soit rejette l’information, soit l’occulte dans un déluge de propagande sur le réchauffement climatique, inoculant au lecteur, bien avant qu’il n’ait la chance de digérer la nouvelle, que le changement climatique n’est peut-être pas si évident que cela.

Chaque fois qu’une température élevée est signalée aux États-Unis ou en Europe, la nouvelle est hyperinflatée par les médias qui en font des théories délirantes d’apocalypse climatique, mais l’histoire météorologique suggère que la panique est fabriquée plutôt que justifiée. En fait, tout événement météorologique chaud que vous pouvez relever ces dernières années est probablement éclipsé par un événement bien pire survenu des décennies ou des siècles avant que la « pollution au carbone causée par l’homme » n’existe.

Par exemple, les médias s’affolent de la sécheresse actuelle et des « températures record » en Europe cet été, avertissant que cela pourrait devenir la « pire sécheresse » depuis 500 ans. Bien entendu, cette affirmation ouvre la porte à une question à laquelle les climatologues et les propagandistes ne veulent pas répondre : Que s’est-il passé il y a 500 ans ?

Un niveau similaire d’hystérie liée au réchauffement climatique était présent lors d’une vague de chaleur en Europe en 2003, ainsi qu’en 2018. Les quelques climatologues qui ne sont toujours pas achetés et payés par les gouvernements et l’ONU ont dû souligner que ces sécheresses ne sont rien comparées à l’enfer vivant qu’a été la sécheresse de 1540. Cet événement est souvent qualifié de « méga-sécheresse » car la région a souffert de températures historiquement élevées tout en ne recevant pratiquement aucune pluie pendant un an.

Cette année-là, les températures étaient en moyenne de 5°C à 7°C supérieures aux températures moyennes enregistrées en Europe au XXe siècle. Des centaines de récits historiques rédigés à l’époque font état d’environ un demi-million de morts, de vastes incendies de forêt et d’un hiver en Italie qui ressemblait à celui de juillet. N’oubliez pas que les niveaux de carbone en Europe en 1540 étaient inférieurs de 30 % à ceux d’aujourd’hui, et pourtant, la région a peut-être subi le pire réchauffement de son histoire.

Les données climatiques actuelles sont basées sur les enregistrements de la NOAA et d’autres institutions, et ces enregistrements ne remontent qu’à 1880. Ainsi, chaque fois que vous entendez les médias grand public parler de températures record, ils utilisent une infime partie de l’histoire météorologique mondiale qui remonte à un peu plus d’un siècle. Tout scientifique honnête dans ce domaine vous dira que les archives climatiques de la Terre sont vastes par rapport aux données limitées utilisées par les idéologues du réchauffement climatique, et que la majorité des crises météorologiques destructrices se sont produites bien avant les émissions de carbone d’origine humaine.

Ce n’est certainement pas la pollution au carbone due aux voitures, à l’agriculture et à l’industrie qui a provoqué la crise de 1540.

crise de 1540

Essayez de faire des recherches sur l’événement de 1540 et vous serez enseveli sous une pile d’articles grand public qui reconnaissent le désastre, mais qui tentent ensuite de l’utiliser comme exemple pour expliquer pourquoi nous devons nous conformer aux restrictions sur le carbone et à l’autoritarisme climatique en 2022. Ils disent « Regardez ce qui est arrivé à l’Europe en 1540. Vous ne voulez pas que cela se reproduise, n’est-ce pas ? »

Bien sûr, l’humanité n’avait aucun droit de regard ou de contrôle sur la météo en 1540, tout comme nous n’avons aucun droit de regard ou de contrôle sur la météo aujourd’hui. Il n’y avait pas de réchauffement climatique basé sur le carbone à l’époque, et il n’y a pas de réchauffement climatique basé sur le carbone aujourd’hui.

Les scientifiques n’ont toujours aucune idée de la cause de nombreux épisodes de réchauffement du passé, y compris la crise de 1540, alors pourquoi devrions-nous avoir une confiance aveugle dans leurs affirmations selon lesquelles le carbone est la cause du réchauffement de ces dernières années ? En fait, la NOAA et d’autres institutions de recherche sur le climat n’offrent toujours aucune preuve concrète d’une relation entre les émissions de carbone et la hausse des températures. Leur argument est qu’ils ont exclu toutes les autres causes possibles, ne laissant subsister que le carbone. Ce n’est pas de la science, c’est de la conjecture hasardeuse.

S’il existe un domaine qui défie la logique, la raison et l’analyse généralement associées à la méthode scientifique, c’est bien la science du climat.

Mettons de côté le fait que des milliards de dollars de financement sont versés chaque année aux climatologues, mais uniquement aux scientifiques qui partent du principe que le changement climatique est causé par les êtres humains. En d’autres termes, il existe de nombreuses incitations pour les scientifiques à écarter les autres causes du réchauffement climatique. Ce ne sont pas des scientifiques, ce sont des activistes politiques payés. Heureusement, les températures ne sont pas si élevées. Les propres données de la NOAA montrent que la température moyenne de la Terre a augmenté de moins de 1°C au cours du siècle dernier. Ce n’est rien, alors pourquoi cette panique ?

Disons simplement que le contrôle du carbone est un outil puissant pour microgérer la population et justifier l’autoritarisme au nom du « plus grand bien ». Si le public est convaincu d’accepter les faux récits sur le changement climatique, alors le gouvernement aurait la capacité de contrôler chaque aspect de la vie quotidienne, de la quantité d’électricité que nous utilisons, à la nourriture que nous mangeons, aux entreprises que nous pouvons diriger, au niveau de production et à la taille de la population. Ce n’est pas de la fiction, c’est la réalité, et cela arrive beaucoup plus vite que ce que beaucoup de gens pensent, tout cela au nom de la sauvegarde de la planète d’une menace qui n’existe pas.

Source : zerohedge.com

Traduction : exoconscience.com



Source link

3 thoughts on “l’histoire nous montre que la Terre a connu des situations bien pires — Changements Terrestres — Sott.net”
  1. C’est le propre de l’ingérence d’être justifiée par des considérations humaines soulignées à grands renforts médiatiques.
    Les populations humaines où qu’elles se trouvent sur la planète ont accès à trop de connaissances pour ne pas faire des « initiés » qui jusqu’alors faisaient ce qu’ils voulaient et cooptaient qui ils voulaient, de simples individus aux savoirs limités.
    Nous constituons, nous, simples hommes et femmes aussi doués ou peu soyons-nous, avec l’usage des nouvelles technologies, une somme de connaissances interconnectées tellement puissantes, sans même que la plupart d’entre-nous en aient conscience, qu’il faut aux prétendus gens initiés, s’ingérer dans nos vies quotidiennes à tous, afin d’espérer illusoirement conserver leur pouvoir sur nous.
    Mais, on sait déjà tous, que tout ce que font ou ont fait ces imbéciles dans n’importe quel domaine que ce soit, à un moment ou un autre ils perdent le contrôle dessus, à notre profit à nous, simples gens, puisque nous ne cessons de progresser, évoluer et nous adapter, malgré leurs efforts assidus et incessants pour que ce ne soit pas le cas.
    Inutile de se démontrer qu’à chaque changement de ministre de l’éducation c’est une nouvelle réforme, c’est un phénomène occidental, abrutir les masses par une inculcation de savoirs, surannés, avant même la fin du cours.
    Prendre le climat comme instrument pour instiller des peurs qui feraient aboutir à leurs objectifs nos conspirateurs étatiques et financiers qui ne veulent surtout pas qu’on les qualifie comme tels, c’est une aberration qu’ils regrettent déjà, parce que des phénomènes climatiques élevés au rang de catastrophe nationale ayants donnés lieu à des taxations de solidarité envers les corporations les plus touchées par le passé, sont faciles à tracer, donc, à brève échéance, cette urgence climatique pour la planète qui n’empêche pas nos soi-disant décideurs d’agir contre les intérêts de celle-ci et par conséquent les nôtres quand ils sont confrontés à une remise en cause de leur suprémacisme comme le fait si excellemment la Russie, inutile de s’étaler sur toutes les stupidités auxquelles nous faisons face actuellement… ne fait que renforcer le discrédit sur leur aptitude à conserver les places privilégiées qu’ils occupent dans ce monde, c’est réellement un clou enfoncé dans le cercueil de l’hypothétique gouvernance mondiale à terme.

  2. Il n’y a aucune norme fondamentale souveraine dans le domaine climatique, chaque région et peuple du monde a ses anecdotes propres à faire valoir pour des périodes données, ce qui fait que la partie occidentale en train de se noyer, commence simplement à prendre conscience maintenant, qu’elle s’était élevée uniquement autour de principes absolument illusoires pour les autres, ça ne pardonnera pas pour la suite.
    L’illusion de la crise climatique est un phénomène interétatique limité, faiblement et mal encadré, de sorte que le pire ne pouvait qu’arriver et, il est arrivé, ils se sont dédits sur tout ce qu’ils prétendaient depuis plusieurs années, donc après le covid qui a ridiculisé leur science médicale, voilà un autre pan de leur prétendue domination sur le Savoir qui se retrouve à la rue.
    L’avenir fera que chaque État sera maître chez-lui et les idées débiles tout comme les arrogantes impositions pseudo-philosophiques et autres qui se sont imposées dernièrement, ne vont plus prospérer, même en Occident.
    Partout où nos yeux vont se poser pour analyser le monde occidental où nous vivons, c’est son effondrement inéluctable et proche qui s’observera.
    Il y a 20 ans, très peu d’humains auraient été capables d’affirmer qu’ils vivraient ce qui est en cours aujourd’hui, et pourtant, c’est la réalité.

  3. La suite est modérée, souhaitons qu’elle ne mette pas une journée à suivre.

Comments are closed.