• mar. Sep 27th, 2022

Monde25

le monde des informations alternatives

avec l’aide du WEF, le Canada va lancer un programme fédéral d’identification numérique — Science et Technologie — Sott.net

ByVeritatis

Août 21, 2022


Les représentants du gouvernement ont déclaré que le programme était “l’équivalent électronique d’un document de preuve d’identité reconnu”, tel qu’un permis de conduire ou un passeport, qui “confirme que “vous êtes qui vous prétendez être” dans un contexte numérique”.

dfgh

Le gouvernement canadien, s’appuyant sur un partenariat avec le Forum économique mondial (WEF), élabore un nouveau “programme d’identité numérique” fédéral. L’objectif de cette nouvelle initiative est de développer un document numérique de preuve d’identité, qui pourrait être utilisé dans différents systèmes et environnements allant des services gouvernementaux aux aéroports et au contrôle des frontières, selon Slay News.

Les responsables ont révélé les détails du programme dans le vaste rapport du gouvernement intitulé “Ambition numérique du Canada 2022”, publié le 4 août.

Selon le rapport, le “Programme d’identité numérique” fait partie de la priorité 2.2 de l'”Ambition numérique” du Canada, qui vise à “élaborer et utiliser des solutions communes pour la prestation de services numériques”.

“Notre prochaine étape pour permettre le gouvernement numérique est l’adoption d’un modèle de prestation de services “gouvernement en tant que plateforme””, indique le rapport. Le programme fédéral d’identité numérique est “la prochaine étape pour rendre les services plus faciles d’accès”.

Les responsables ont déclaré que le programme était “l’équivalent électronique d’un document de preuve d’identité reconnu”, tel qu’un permis de conduire ou un passeport, qui “confirme que “vous êtes bien celui que vous prétendez être” dans un contexte numérique”.

Selon le rapport, “la pandémie de COVID-19 a mis en évidence la nécessité pour les services gouvernementaux d’être accessibles et flexibles à l’ère numérique.”

Toutefois, le partenariat du Canada avec le WEF a débuté avant la pandémie. Sous le gouvernement du Premier ministre canadien Justin Trudeau, membre du programme Young Global Leaders du WEF (Jeunes leaders globalistes du WEF), le Canada participe depuis 2018 au programme “Known Traveler Digital Identity” (KTDI) (identité numérique du voyageur connu), le programme pilote du WEF visant à développer une identité numérique.

Le WEF a décrit la KTDI comme “la première collaboration mondiale en son genre” qui “réunit un consortium mondial de particuliers, de gouvernements, d’autorités et de l’industrie du voyage pour renforcer la sécurité des voyages dans le monde”.

Des fonctionnaires du gouvernement canadien, en 2018, ont déclaré que l’objectif de l’initiative KTDI était de “tester les technologies numériques émergentes et la manière dont elles peuvent améliorer la sécurité et le flux continu des voyageurs aériens légitimes”, en vue de l’augmentation prévue du nombre de voyageurs aériens dans le monde, qui passera de 1,2 à 1,8 milliard d’ici à 2030.

2030 est l’année cible de l'”Agenda 2030” des Nations unies et de ses “objectifs de développement durable“, ou ODD.

Le WEF a caractérisé le programme KTDI comme étant “l’innovation perturbatrice dont l’écosystème mondial de la sécurité des voyages a besoin” et comme “un changement de paradigme vers un système d’identité numérique interopérable qui donne la priorité au voyageur, respecte la vie privée dès la conception et permet une coopération de confiance entre les partenaires internationaux des secteurs public et privé, nécessaire pour garantir la sécurité des mouvements de personnes à travers les frontières”.

Selon le WEF, “le projet pilote KTDI offre un plus grand contrôle sur les informations personnelles, en confiant aux passagers le soin de décider quand et comment les données sont partagées grâce à une “identité numérique gérée par le voyageur”.”

L’affirmation selon laquelle les individus auront “un plus grand contrôle sur leurs informations personnelles” est un thème commun de ces initiatives d’identité numérique, y compris les passeports vaccinaux numériques, comme l’a précédemment rapporté The Defender.

Dans un communiqué de presse de 2019, le WEF a expliqué comment la KTDI est liée plus largement aux documents d’identification de toutes sortes délivrés par les gouvernements, déclarant que “la KTDI est basée sur une identité numérique interopérable, liée directement aux documents d’identité délivrés par les gouvernements”, grâce à l’utilisation de “la cryptographie, de la technologie des grands livres distribués et de la biométrie.”

Le système “garantit la portabilité et protège la confidentialité des données personnelles”, tandis que le grand livre numérique “fournit un enregistrement précis et inviolable des données d’identité de chaque voyageur et des transactions autorisées”, indique le communiqué de presse.

La technologie Blockchain figure en bonne place dans la KTDI, sa fonction principale étant décrite comme étant d'”émettre, révoquer et vérifier de manière cryptographique des identifiants de créance sans avoir besoin d’un intermédiaire centralisé (comme une autorité de certification).”

Utilisant “les données d’identité qui sont habituellement stockées sur une puce sur le passeport d’un passager”, cette application numérique serait “stockée et cryptée de manière sécurisée sur [un] appareil mobile”, et est contrôlée par les autorités “en utilisant la biométrie … sans avoir besoin d’un passeport physique.”

Le communiqué de presse du WEF et d’autres documents n’expliquent pas pourquoi l’utilisation de passeports physiques est maintenant apparemment contraignante et ne précisent pas si les “données d’identité” qui seraient stockées numériquement incluraient les certificats de vaccination, ce qui serait, en fait, une extension des passeports de vaccination.

Andrew Bud, PDG de l’entreprise d’identification biométrique iProove, sous-traitant du ministère américain de la Sécurité intérieure, a récemment décrit les certificats de vaccination comme étant à l’origine de « l’ensemble du domaine de l’identification numérique à l’avenir », ajoutant qu’ils « ne concernent pas seulement COVID [but] mais quelque chose d’encore plus grand » et que « une fois adopté pour COVID [they] ce sera rapidement utilisé pour tout le reste ».

Dans le cadre du programme KTDI, les passagers peuvent établir un “statut de voyageur connu” au fil du temps en accumulant des “attestations” de “partenaires de confiance”, tels que “les agences frontalières et les compagnies aériennes reconnues”, une fonctionnalité qui ressemble apparemment aux systèmes de “score de crédit social” actuellement testés en Chine.

Certains des partenaires du WEF dans le programme pilote KTDI sont également intéressants. Ils comprennent :

  • L’aéroport international Schiphol d’Amsterdam, qui a connu récemment d’importants retards et où le trafic aérien a été plafonné en raison de prétendues préoccupations environnementales (les Pays-Bas font également partie du programme pilote KTDI).
  • L’aéroport international de Toronto-Pearson – qui a également connu d’importants retards récemment.
  • L’aéroport international Montréal-Trudeau, qui porte le nom du père de l’actuel premier ministre canadien, l’ancien premier ministre canadien Pierre Trudeau, et qui a également été le théâtre de retards importants l’été dernier.

Ces partenaires sont “soutenus” par la société irlando-américaine de technologie de l’information Accenture, qui a aidé l’Australie à développer son système de passeport numérique pour les vaccins.

À son tour, l’idée de la KTDI a été “initialement conceptualisée par un groupe de travail multipartite lancé en 2015”, comprenant plusieurs gouvernements et entités comme Google, Visa, Marriott International, le ministère américain de la Sécurité intérieure, l’Association internationale du transport aérien et INTERPOL.

Même si le Canada a commencé à assouplir ou à éliminer certaines des restrictions liées au COVID-19, qui sont parmi les plus restrictives au monde depuis plus de deux ans, les citoyens et les fonctionnaires continuent de faire face à des sanctions s’ils enfreignent les obligations en matière de vaccination s’ils refusent d’utiliser des passeports vaccinaux numériques.

Une conseillère municipale dans l’Ontario s’est vu retirer 90 jours de salaire pour avoir prétendument enfreint le mandat de vaccination de sa municipalité, plus précisément, en assistant en mai à deux réunions du conseil dont elle est membre sans fournir de preuve de vaccination contre le COVID-19. La pénalité a été perçue alors que le mandat en question a depuis été levé.

Et comme l’a récemment rapporté The Defender, en juin, un médecin canadien s’est vu infliger une amende de 6 255 dollars à son retour dans son pays, en raison de son refus d’utiliser l’application d’information sanitaire ArriveCAN du pays.

Selon le Global Government Forum, le Canada est l’un des huit pays qui ont formé un groupe de travail pour l’identification numérique en 2020. Le groupe comprend également l’Australie, la Finlande, Israël, la Nouvelle-Zélande, le Singapour, les Pays-Bas et le Royaume-Uni.

Parmi les pays qui ont mis en place des systèmes d’identification numérique ou qui s’y emploient, citons l’Estonie, l’Allemagne, le Royaume-Uni, et l’Australie, ainsi que l’UE.

Les responsables du gouvernement canadien prévoient de lancer des consultations publiques sur un cadre d’identification numérique pour les services du gouvernement fédéral, mais n’ont pas encore annoncé quand.





Source link