• mar. Oct 4th, 2022

Monde25

le monde des informations alternatives

Courses de karting à la prison de Fresnes: Dupont-Moretti ordonne une enquête, gauche et droite s’écharpent

ByVeritatis

Août 21, 2022


Après la polémique des rodéos urbains en pleine ville, voilà maintenant la polémique autour des courses de karting en prison. La diffusion d’une vidéo sur YouTube le 19 août où les détenus du centre pénitentiaire de Fresnes se livrent à une course de karting, enflamme les réseaux sociaux ainsi que la sphère médiatique et politique. Devant les vives réactions d’indignations qui fusent de toutes parts, le Garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti dénonce des “images choquantes” et a annoncé samedi sur Twitter avoir “ordonné une enquête” administrative après l’organisation de ces épreuves inspirées du jeu télévisé “Koh Lanta”. Toutefois, selon les informations du Figaro, le ministère de la Justice avait approuvé cette initiative. “Difficile, donc, pour le ministère, de nier plus tard avoir été informé de l’événement…”, souligne le journal. Si à droite, on dénonce “une colonie de vacances” qui fait insulte aux victimes des condamnés, à gauche, on fait valoir la nécessité de ramener de l’humanité en prison.

Cet évènement, baptisé “Kohlantess”, un “Koh Lanta des cités” imaginé et organisé par Djibril Dramé, avait en réalité eu lieu le 27 juillet, soit trois semaines plus tôt, au sein de l’établissement du Val-de-Marne. C’est la diffusion d’une vidéo, notamment sur YouTube, le 19 août qui a déclenché la polémique.

Trois équipes – détenus, surveillants et habitants de Fresnes – s’affrontaient lors d’épreuves variées : questionnaire, karting, mime ou tir à la corde au-dessus d’une piscine. Comme le rapporte Libération, “l’initiative, caritative, avait aussi pour but de sensibiliser des jeunes venus d’une banlieue proche à la réalité carcérale”.

Une initiative validée au plus haut niveau de la Direction de l’Administration Pénitentiaire

Suite à la polémique, le Garde des Sceaux a tweeté : “Après les images choquantes de la prison de Fresnes, j’ai immédiatement ordonné une enquête pour que toute la lumière soit faite.” Pourtant, d’après le Figaro, le ministère de la Justice avait validé jusqu’au plus haut niveau l’initiative, qui était remontée jusqu’au cabinet du ministre et avait reçu l’aval de la Direction de l’administration pénitentiaire.

“La publication de la vidéo, initialement prévue plus tôt en août, a par ailleurs été retardée, car le contenu a fait l’objet d’une vérification minutieuse de la part de la Direction de la communication du ministère de la Justice, afin de s’assurer qu’aucune information sensible ne soit diffusée sur YouTube par les organisateurs. Difficile, donc, pour le ministère, de nier plus tard avoir été informé de l’événement…”, explique le journal, qui rappelle également que “KohLantess” avait été largement couvert par la presse : des journalistes étaient présents à l’événement, qui avait notamment fait l’objet d’un grand reportage du Parisien le 28 juillet.

Le directeur de la prison, Jimmy Delliste, s’était alors félicité d’un “moment d’engagement fraternel au bénéfice de trois associations”, en remerciant les organisateurs.

Cependant, l’organisation de ce “KohLantess” au sein du centre pénitentiaire avait été vivement contestée dans les rangs des gardiens de la prison, donnant lieu à des discussions houleuses avec la direction de l’établissement. Par ailleurs, plusieurs syndicats de surveillants de prison de Fresnes avaient jugé que la prison n’est pas “un centre de vacances”, selon les termes employés dans un tract diffusé par le Syndicat Pénitentiaire des Surveillants et brigadiers du centre pénitentiaire de Fresnes (SPS).

Le profil des organisateurs de l’événement, avait aussi constitué une source d’inquiétude chez certains surveillants, Djibril Dramé et plusieurs de ses comparses étant connus pour avoir fait de la garde à vue après des frasques dans un bureau de vote de la ville, le jour du second tour de l’élection présidentielle.

La classe politique réagit

À gauche, on dénonce une polémique agitée par l’extrême droite : “L’extrême droite siffle, la macronie rapplique”, raille ainsi le député Nupes Benjamin Lucas.

D’autres, à l’instar du député LFI Louis Boyard, estiment qu’il s’agit du genre d’activité qui remet de l’humanité dans un “bâtiment insalubre” : “Dans la prison de Fresnes, les aliments pourrissent à cause de la chaleur ; les détenus n’ont pas de glacière. L’accès aux douches n’est pas quotidien, le bâtiment de 124 ans est insalubre”, explique le jeune homme politique. 

Au RN, on réplique en prenant pour preuve une autre vidéo largement relayée, qui montrerait que les conditions de vie dans cette prison sont loin d’être inhumaines :

Ce sont en effet particulièrement des personnalités à droite et d’anciens soutiens d’Éric Zemmour qui ont répercuté les images ayant suscité la polémique autour de cette course de karting. “Vous imaginez les victimes et familles des victimes qui voient leurs bourreaux faire du kart dans la prison de Fresnes ?”, a par exemple commenté l’influenceur Damien Rieu, en partageant un extrait du film de l’événement – visualisé des centaines de milliers de fois en quelques heures.

“On comprend mieux pourquoi ces derniers avaient acclamé Éric Dupont-Moretti lors de sa visite. Avec lui, les bourreaux sont mieux traités que les victimes”, a renchéri Matthieu Louve, chargé de communication au parti Reconquête.

Samedi, plusieurs élus RN ont vivement critiqué l’organisation de ces “activités estivales pour les détenus” à Fresnes. “Pendant ce temps-là, un enfant sur trois ne part pas en vacances par manque de moyens financiers. Les contribuables seront heureux de voir où part leur argent”, a tweeté Hélène Laporte, vice-présidente RN de l’Assemblée nationale.

Le député LR Eric Ciotti s’est aussi insurgé : “Nos prisons ne sont pas des colonies de vacances dans lesquelles détenus et gardiens tissent des liens d’amitié. Où est le respect pour les victimes et leurs familles qui voient ces délinquants s’amuser alors qu’ils purgent leur peine ? Où est la peur de la sanction ?”.

“La prison doit favoriser la réinsertion mais doit-elle se transformer en centre de loisirs ?”

Plusieurs organisations de policiers ont également réagi négativement, tel le syndicat des cadres de la sécurité intérieure (SCSI-CFDT) jugeant les images “choquantes” et ironisant sur Twitter : “La prison doit favoriser la réinsertion mais doit-elle se transformer en centre de loisirs ?”.

Cédric Boyer, responsable FO Justice à la prison de Fresnes, a souligné auprès de l’AFP que “la réinsertion passe par la formation professionnelle, le travail, l’école et surtout l’indemnisation des victimes” et que “la prison est un lieu de privation des libertés”.

L’essayiste Matthieu Slama, qui s’est fait particulièrement remarqué lors de la parution de son ouvrage Adieu la liberté, a étrillé un “sidérant manque d’humanité” de la part du Garde des Sceaux :

Un discours similaire à celui tenu par Ellen Salvi, journaliste chez Mediapart qui rappelle que “la France a été condamnée en 2020 par la Cour européenne des droits de l’homme pour ses prisons indignes”, des propos taclés par l’avocat Me Di Vizio, qui lui demande : “Vous pensez que derrière le mot “dignité” la CEDH y mettait des courses de karting ou d’investir dans des conditions de détention ?”





Source link