• ven. Sep 30th, 2022

Monde25

le monde des informations alternatives

Les sabotages, les attentats terroristes et autres attaques de diversion constituent un vrai risque pour la Russie

ByVeritatis

Août 21, 2022


par The Saker.

Deux jours de suite il y a eu d’intéressantes nouvelles. Tout d’abord, le ministère russe de la Défense a conclu que les explosions survenues sur l’aérodrome russe en Crimée étaient le résultat d’une opération de diversion (j’utilise le terme « diversion » dans le sens russe de « diversiia », qui signifie sabotage/naufrage). Et aujourd’hui, les Russes ont annoncé qu’ils avaient arrêté deux employés de la centrale nucléaire de Zaporijia (un garde et un ingénieur !) qui fournissaient aux Ukrainiens les coordonnées de leur cible et la correction des frappes. La Russie prévient maintenant qu’une frappe majeure sur cette centrale nucléaire aurait des conséquences catastrophiques.

Mon objectif aujourd’hui n’est pas de discuter de la situation autour de la ZNP, mais de considérer cette situation comme la partie émergée d’un iceberg beaucoup plus grand.

Jusqu’à présent, seul mon ami Andrei Martyanov a mentionné les risques très réels de sabotage et/ou d’attaques terroristes par des groupes ukrainiens, notamment le sabotage éventuel du croiseur Moskva et l’attaque de l’aérodrome en Crimée. Comme d’habitude, Andrei Martyanov a raison. Je vais maintenant m’étendre un peu sur ce sujet, dans mon habituel format argumenté.

• Tout d’abord, il est tout simplement indéniable que le SBU/GUR ukronazi a prouvé qu’il pouvait mener, et a mené, des attaques de diversion très efficaces, y compris le meurtre de nombreux dirigeants de la LDNR. Parfois, les Ukronazis ont utilisé des unités spéciales du SBU/GUR, d’autres fois ils ont recruté avec succès des locaux (que ce soit en LDNR ou en Crimée) pour mener des actes de sabotage et de terrorisme.

• Deuxièmement, il est important de comprendre que si l’OMS n’est pas une véritable guerre civile, elle présente néanmoins des ASPECTS de guerre civile, à commencer par la réalité indéniable qu’il existe des segments pro-russes dans la population de l’Ukraine occupée par les nazis, mais aussi des segments pro-ukronazes dans la population de la LDNR/Russie. Les deux camps disposent donc de personnes capables et désireuses d’aider l’autre camp, y compris des éléments anti-russes et pro-ukrainiens dans les zones contrôlées par la LDNR/Russie (y compris la Crimée).

• Troisièmement, outre les motifs idéologiques et la simple corruption, vous devez comprendre que le SBU/GUR ukrainien et le SVR/G(R)U russe ont tous deux accès à des bases de données qui leur permettent de faire chanter une personne de l’autre camp pour qu’elle collabore. Ils peuvent utiliser des informations compromettantes sur n’importe quelle activité (passée ou présente) qui, si elles sont rendues publiques, peuvent causer beaucoup d’ennuis à une personne, mais ils peuvent également faire pression sur les membres de la famille, ils peuvent même menacer ou cajoler directement quelqu’un pour qu’il collabore. Enfin, il y a beaucoup de personnes pauvres et démunies des deux côtés, et elles ont un grand besoin d’argent, peut-être pas pour acheter un yacht de plusieurs millions de dollars, mais, par exemple, pour obtenir un traitement médical pour un membre de la famille. Les services spéciaux occidentaux sont très doués pour repérer et utiliser ces personnes.

• Quatrièmement, comme pour tout autre conflit, lorsqu’une guerre éclate, il y aura toujours des gens qui en profiteront, mais il y aura toujours ceux qui perdront beaucoup et qui pourraient en être très mécontents. Les personnes rancunières font d’excellentes recrues pour les services spéciaux (la plupart des transfuges soviétiques ont trahi leur pays non pas pour l’argent, bien que certains l’aient fait, mais parce qu’ils ont été injustement traités par leurs supérieurs ou l’État soviétique).

• Cinq, les services spéciaux sont très compétents pour 1) repérer les vulnérabilités et 2) les utiliser. Puisque, par définition, les humains étant des humains, il y aura de telles personnes vulnérables des deux côtés du conflit.

• Jusqu’à présent, les Ukrainiens ont déjà fait un usage intensif de ces tactiques de sabotage, tandis que les Russes ne l’ont pas fait (du moins pour autant que nous le sachions, et il y a beaucoup de choses que nous ne savons pas). Il ne s’agit pas de qualifier un camp de « bon » et l’autre de « mauvais », mais de réaliser que les deux camps peuvent utiliser, et utiliseront, de telles opérations spéciales pour perturber les opérations et le moral de l’autre camp.

La décision russe de distribuer des passeports russes à tous les Ukrainiens qui le souhaitent aura un impact considérable sur cette situation. Non, je ne critique PAS cette décision, qui a été prise pour des raisons à la fois morales et pragmatiques, mais je tiens à souligner que cette décision aura un coût très réel : une forte augmentation du nombre de citoyens russes dont la véritable loyauté ne va pas à la Russie, mais à l’Euromaïdan ou même à l’idéologie ukrainienne. Il y a aussi de telles personnes en Russie même !

Le fait que ces personnes ne représentent qu’une infime partie de la population russe est sans importance : tout ce dont le SBU/GUR a besoin, c’est de quelques personnes, peut-être quelques dizaines.

Et oui, bien sûr, il s’agit d’un défi direct pour les agences de renseignement et de sécurité russes (SVR, FSB, GUSB/MVD, FSO, G(R)U et autres). Mais la réalité est la suivante : quelle que soit la qualité des services de renseignement et de sécurité russes, vous ne pouvez pas attraper absolument tout le monde, ni placer toutes les personnes potentiellement suspectes sous surveillance 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 (même si vous savez qui sont ces personnes). La vérité est qu’il y aura toujours des « faiseurs de fuites » qui réussiront à échapper à la détection et à l’interception. Vous pouvez attraper plusieurs centaines de ces personnes, mais quelques-unes passeront toujours à travers les mailles du filet et seront utilisées par l’autre camp.

À propos, il est parfaitement logique que l’Occident et les nazis de Kiev déclarent que toutes les explosions en LDNR/Russie (y compris en Crimée) sont le résultat d’attaques de missiles ! Non seulement cela remonte le moral des Ukrainiens (Wunderwaffe et tout ça), mais cela montre aux soutiens occidentaux du régime nazi de Kiev à quel point l’armée ukrainienne est encore « efficace » et « apte au combat ». Enfin, et surtout, le fait d’attribuer le mérite aux missiles est une façon très logique d’essayer de détourner l’attention du fait que ce sont des saboteurs et des terroristes qui font cela. Les Russes le comprennent parfaitement, mais pas les Occidentaux, apparemment, d’où le rejet systématique de l’option sabotage par tant de commentateurs qui préfèrent rêver de missiles extraordinaires et autres Wunderwaffen du genre et rejeter les actes moins « sexy » de simple sabotage.

La conclusion est la suivante : si le SBU/GUR a réussi à recruter deux employés de la ZNP, qui d’autre pensez-vous qu’ils pourraient recruter à l’avenir (ou ont déjà recruté) ? Pensez aux personnes impliquées dans la maintenance technique, le transport, la logistique, les prisons et les installations pour prisonniers de guerre, etc. etc. etc. Les Ukrainiens ont même essayé de corrompre un pilote de Su-34 et de lui faire piloter son Su-34 du côté ukrainien en échange d’un passeport européen et d’argent. Ce complot du SBU/GUR a lamentablement échoué, et les Russes ont même réussi à obtenir des informations classifiées sur les défenses aériennes ukrainiennes, qui ont été rapidement mises hors d’état. Cependant, les principales raisons de cet échec sont probablement doubles : tout d’abord, les pilotes de Su-34 sont certainement une élite très motivée, et ils sont également surveillés de très près par les services de contre-espionnage russes. Ainsi, la prochaine fois, le SBU/GUR devra peut-être « viser » une cible plus modeste et moins protégée.

Et qui peut dire que la prochaine fois, le SBU/GUR échouera ?

Certains se demandent pourquoi les Russes ne peuvent pas faire en Ukraine ce qu’ils ont fait en Tchétchénie. Il existe ici de nombreuses différences essentielles, notamment :

  • La Tchétchénie est un petit morceau de terre par rapport à l’Ukraine et il est relativement facile de la « verrouiller ».
  • La population de la Tchétchénie est minuscule par rapport à la population ukrainienne (même après le départ de millions de personnes).
  • Il n’y a pas d’équivalent d’Ahmad Hadji Kadyrov ou de son fils Ramzan en Ukraine.
  • Les Tchétchènes et les Takfiris n’ont jamais eu la puissance de feu ou les armes dont disposent les Ukronazis.

Donc non, le précédent de la Tchétchénie n’implique en aucun cas que les nazis en Ukraine seront aussi rapidement vaincus que l’ont été les Takfiris.

C’est un problème majeur pour la Russie et, pire encore, c’est un problème qui ne disparaîtra pas de sitôt.

La seule chose que les Russes peuvent faire est 1) de se préparer à de très longues opérations de contre-espionnage et de contre-sabotage qui dureront plusieurs années et 2) d’accepter la réalité de la guerre pour ce qu’elle est et de ne pas paniquer la prochaine fois que les Ukronazis feront exploser quelque chose, que ce soit un navire, un train, un avion, un pont ou toute autre cible en LDNR ou en Russie.

La bonne nouvelle que les Russes doivent garder à l’esprit, c’est que la plupart de ces attaques de sabotage/terroristes font toujours fondamentalement partie des PSYOP et sont principalement conçues pour avoir un effet de relations publiques. Quant à leur impact réel sur les capacités militaires russes, il est proche de zéro, tout comme les frappes israéliennes en Syrie font exactement *zéro* différence sur le terrain en Syrie. Pour avoir un réel impact sur les opérations militaires, il faut disposer d’une force de partisans/« stay behind » importante, viable et sophistiquée, ce qui n’est pas le cas des Ukrainiens, loin s’en faut. De plus, pour affecter réellement les opérations militaires, ces tactiques de diversion doivent être soigneusement coordonnées avec les forces militaires amies « régulières » (comme les partisans soviétiques pendant la Seconde Guerre mondiale, qui travaillaient en étroite collaboration avec les forces armées soviétiques).

Donc oui, c’est un problème, un problème très désagréable, qui sera difficile à gérer, mais qui n’affectera pas les opérations militaires russes. Même si les Ukrainiens font sauter les centrales nucléaires de Tchernobyl et de Zaporijia, cela n’affectera pas de manière significative l’OMS ou même la guerre entre la Russie et l’Occident uni. L’ensemble de l’armée russe est entraînée, et bien entraînée, à opérer dans un environnement hostile nucléaire, chimique ou bactériologique. Quant à la logistique russe, elle est extrêmement sophistiquée et hautement redondante, donc même si les Ukronazis font sauter un nœud du réseau de réapprovisionnement, il sera rapidement réparé et/ou facilement remplacé ou contourné.

Cela étant dit, je recommanderais personnellement que nous nous préparions tous mentalement à ce qui est presque certainement sur le point de se produire dans un avenir pas trop lointain. Si nous comprenons ce que de telles opérations peuvent et ne peuvent pas accomplir, nous les verrons de manière sobre et pragmatique, et nous ne céderons pas à l’hystérie (comme de nombreuses parties, y compris la 6ème colonne russe) qui suivra inévitablement une telle attaque.

Addendum : alors que tant de commentateurs s’affolent d’une fusion potentielle de tous les réacteurs nucléaires de la ZNP, je dirais ceci : les réacteurs eux-mêmes sont beaucoup plus difficiles à attaquer que les installations de stockage du combustible nucléaire usé, qui sont loin d’être aussi bien protégées. Encore une fois, le véritable danger n’est pas celui auquel nous pensons instinctivement en premier.

source : The Saker

traduction Wayan, relu par Hervé, pour Le Saker Francophone



Source link

3 thoughts on “Les sabotages, les attentats terroristes et autres attaques de diversion constituent un vrai risque pour la Russie”
  1. Il faut rester mesurer, les États-Unis et leur valétaille, ont une immense confiance, en l’occurrence mal placée dans leurs technologies pour garantir la sécurité de leurs pays, or même les meilleures technologies peuvent être leurrées, a fortiori contournées quand l’adversaire est aussi puissant que des mastodontes comme la Russie, la Chine et d’autres, ce sont des États.
    Les mailles des réseaux de défense et d’espionnage électroniques de nos pays se sont révélées dernièrement beaucoup trop larges, le temps pour remédier à ce genre de perte d’efficacité n’est pas disponible à l’heure actuelle pour les pays occidentaux.
    On ne recrute pas et forme encore moins du personnel compétent dans de tels domaines dans des laps de temps si courts.
    Les écoutes et les images satellites sont des informations précieuses pour les Occidentaux, certes, mais ça ne donne pas une visibilité réelle du terrain, dans des sociétés multi-culturelles où un grand nombre d’argents dormants existent et sont près sans se faire repérer à passer à l’action.
    De plus, comme par extraordinaire, les attentats qui à une époque se succédaient sur nos territoires, alors qu’une partie des opinions publiques les voyaient avec force critique comme des évènements sous faux drapeaux plus opportuns pour leurs propres pouvoirs que pour des groupes terroristes, les fameux complotistes et autres fachos-sphère… ont cessé d’exister alors qu’ils seraient aux effets les plus bénéfiques pour ces soi-disant groupes terroristes qui décidément, n’existent que pour frapper continuellement les gens comme eux-mêmes, leurs familles même, qu’ils prétendent vouloir sauver de prétendues tyrannies.
    Là, le jeu est en train de se fermer pour ne pas dire s’écrouler, sur tout un pan narratif qui coûte aux populations occidentales bons nombres d’abandons de leurs libertés.
    Le narratif de la propagande intra-meurtrière occidentale est en train de se confronter à l’épaisseur de l’histoire, à quelles parties ont été plus bénéfiques nos morts lors des attentats sur nos sols ?
    La partie occidentale est absolument obligée de faire perdurer au sein de ses opinions publiques les illusions auxquelles elle succombait elle-même hier quant à l’exceptionnalité des bénéfices qu’elle tirait de sa technologie, elle est donc sous l’effet de plusieurs contraintes alors que ses adversaires ne sont pas englués dans de tels phénomènes.
    Ils ont les mains les mains libres et face à toute cette soi-disant puissance technique, ils disposent encore de l’arme du pauvre, parce que c’est celle qu’ils entretenaient avant de parvenir au niveau d’évolution où ils sont parvenus actuellement, l’arme ultime, l’humain.
    Il est évident que ce serait d’une stupidité sans borne d’activer inutilement une telle arme tant que nécessité ne fera pas loi.
    Donc, c’est un peu naïf de croire que les services occidentaux auront la moindre efficacité susceptible de changer la donne, en ayant recours à des bras cassés des endroits où ils combattent en les retournant pour quelques sous, c’est un vrai métier et, pas l’un des plus faciles que celui de l’espionnage et du sabotage.

  2. En vérité, on va se retrouver dans une merde noire sans pareille, quand les activistes des réseaux dormants russes, chinois, musulmans et autres vont être activés simultanément pour faire entrer sur nos territoires les quantités folles d’armes que nos pays, si généreusement, gaspillent en Ukraine.
    Avant d’imaginer les bombes nucléaires qui nous foudroient, prenons conscience de quelle nature pourrait être nos prochaines révoltes populaires s’il y a des flingues de guerre dedans à disposition du public.
    Le Saker, comme beaucoup d’autres regarde le monde par une lorgnette, nous Occidentaux, ne disposons pas des forces nécessaires intérieures, ni en quantité, ni fiables, pour faire front à l’extérieur contre le potentiel extraordinaire des menaces auxquelles nous sommes confrontés, et en même temps se garantir la sécurité intérieure entre-nous mêmes, ce descriptif est valable pour tous les pays occidentaux.
    Si aucun d’eux n’est parvenu à exclure les drogues de son territoire, aucun ne le pourra contre le trafic d’armes… donc, notre bel entêtement occidental à persister à résider dans la croyance aux vertus extraordinaires des technologies pour se défendre, c’est la garantie la plus certaine qui soit, que cette guerre, nous l’avons déjà perdue.
    La culture américaine et son élite dirigeante fortement enracinée dans cette croyance utopique sur la technologie fait que ces va-t-en-guerre restent crispés dans l’irrationnel, cela leur évite d’avoir un regard lucide sur les réalités historiques qui veulent qu’ils ne sont des vainqueurs et des forts, que dans le narratif.
    Pour le moment, les États-Unis n’ont encore été victimes d’aucune des causes dont ils sont les conséquences, comme récemment dit par le porte-parole des affaires étrangères chinoises, le 11 septembre, c’est leur crime et celui de personne d’autre.
    C’est pas pour rien que l’élite actuelle dedans se déchire, car si une partie d’elle est dorénavant consciente qu’il est urgent pour ce pays d’avoir une approche globale du règlement des conflits qu’il a générés, l’autre partie, au pouvoir, sait qu’elle ne dispose que d’une latitude pour agir au cas par cas, autrement tout s’effondre dans l’instant, le bouchon est poussé trop loin, un peu plus l’espace va s’élargir et, il va relâcher toute la pression qu’il contient.
    Là, à l’heure où nous sommes, quand on écoute ce que dit cet imbécile de Macron à notre intention sur les temps à venir, il n’y a qu’une seule conclusion à en tirer, c’est que la guerre occidentale menée contre la Russie qui n’est pas encore affublée de la force de ses alliés, est militairement et politiquement perdue.
    Donc, la troisième guerre mondiale, la question n’est pas de savoir si, elle est cours ou aura lieu, elle est déjà dramatiquement terminée pour notre camp !

  3. Autrement, nous devrions tous croire que les États-Unis et leurs alliés, vont dans les jours qui viennent, semaines, mois ou l’année, rassembler tous les poussins éparpillés dans leur soi-disant basse-cour qu’est la planète et refermer le poulailler dessus.
    Honnêtement, je préfère croire en l’existence d’extras-terrestre vivants déjà parmi nous qu’en ça.
    L’Armageddon nucléaire je n’y crois plus depuis longtemps, mais, n’assurerai pas non plus que l’utilisation d’une ou d’armes nucléaires prochainement est un scénario impossible, ce sera ciblé et à effet sidérant et dissuasif.
    Quant aux possibilités de faire exploser des réacteurs nucléaires ou autres bassins en les bombardant, c’est proprement ridicule dorénavant, on sait que la Russie n’est pas dans un tel schéma fou, autrement les Ukrainiens seraient dans une situation encore plus dramatique qu’actuellement quant aux bombardements qu’ils subissent, c’est absolument ridicule de croire que les dirigeants nos pays n’ont pas déjà pris conscience que les évènements climatiques actuels obèrent encore plus les récoltes de l’année prochaine que ne le fait la guerre, donc, nous n’aurons plus de réserves alimentaires sur lesquelles compter, je vois mal comment nos dirigeants seraient susceptibles de gérer une telle situation auprès de leurs opinions publiques, de plus, comme en 2003, l’été a été brûlant cette année, alors il faut s’attendre à un hiver mordant, on sait tous à quoi nous attendre même dans la meilleure perspective de ce que ce sera à assumer énergétiquement, le bois augmente déjà comme pas possible, l’acier et tellement d’autres choses dont dispose la Russie et qui font défauts à nos économies si bien que bien des activités dans différents secteurs dépendants de ces matières premières sont à la ramasse, considérons le chômage massif qui préfigure déjà, c’est la politique des sanctions elle-même auprès de nos opinions qui va générer les pires crispations à venir pour ces dirigeants.
    La Russie a de quoi alimenter son peuple pour les trois années à venir, au moins, pas nous.
    Les technologies ne nous nourriront pas.
    Cette guerre est définitivement perdue pour le camp occidental, le désengagement occidental en Ukraine va vite arriver et, il faut dorénavant admettre, que Zelensky s’est fait piéger comme Saddam Hussein quand il était allé demander à Bush père l’autorisation d’attaquer le Koweït, accepté… on a vu la suite.
    Là, pareil, on lui demande d’être le plus intransigeant possible pour mieux faire de lui le bouc-émissaire à venir.
    Nous avions focalisé notre attention comme les médias et politiques faiseurs d’opinions consensuelles nous y incitaient, sur le secteur énergétique, or la Russie comme je l’indiquais dès le début est plus indispensable qu’uniquement là dans nos consommations.
    On va pas bouffer des denrées irradiées l’an prochain, même avec son sens de la communication (absolument nul) et sa belle tronche, Macron et toute la clique de chapons qui jouent aux faucons n’ont pas les moyens pour nous en convaincre.
    Il ne sert à rien d’être doctrinaire et de se laisser happer par le pessimisme ou l’optimisme sur lesquels nos leaders d’opinion nous font vaciller d’un pied sur l’autre, quand on se laisse aller à cela, on demeure en permanence en contradiction avec soi-même, ce qui les arrange bien, on doit rester réalistes, même si nous ne sommes que des Hommes, donc la définition même de l’imperfection.
    Les faits, juste les faits, ils sont là sous nos yeux, les discoureurs qui jusqu’ici nous charmaient, n’ont plus un mot de vérité en bouche pour le faire, ils n’ont pas les moyens de leurs ambitions, donc, la main passe !

Comments are closed.