• ven. Sep 30th, 2022

Monde25

le monde des informations alternatives

La troisième guerre mondiale a-t-elle commencé ? — Les Maîtres du Monde — Sott.net

ByVeritatis

Août 22, 2022


troisieme guerre

© Photo: REUTERS/Alexander Ermochenko

Le fait que l’OTAN intensifie son soutien au combat pour les militaires ukrainiens en Grande-Bretagne et sur les territoires d’autres États membres est la preuve évidente que l’axe dirigé par les États-Unis est en guerre contre la Russie. Il ne s’agit plus d’une guerre par procuration, mais d’une guerre à plusieurs niveaux à grande échelle.

« Nous ne mènerons pas une guerre contre la Russie en Ukraine ». C’est ce qu’a déclaré le président américain Joe Biden en mars de cette année, tout en se vantant au même moment d’avoir procuré des armes létales en Ukraine pour s’assurer que le régime de Kiev soutenu par l’OTAN ne serait pas vaincu.

Le discours national de Biden a ajouté avec une intonation de mauvais augure : « Une confrontation directe entre l’OTAN et la Russie, c’est la troisième guerre mondiale, une situation que nous devons nous efforcer d’éviter. »

Nous aurions dû nous attendre à ce que cette contradiction effroyable et fatale devienne tôt ou tard manifestement insoutenable. En effet, le peuple américain et le monde entier ont été dupés par une marionnette belliciste à la Maison Blanche.

En réalité, il semble que l’administration Biden et ses partenaires de l’OTAN aient tout fait pour que la guerre contre la Russie se produise. Les paroles de ce président américain (comme celles de ses prédécesseurs) n’ont aucune crédibilité. En dépit de son avertissement apparemment grave concernant la prévention d’une troisième guerre mondiale, le mannequin de la Maison Blanche a facilité ce résultat précis au service abject des intérêts impérialistes américains. Biden a été un fidèle serviteur du bellicisme américain pendant plus de 50 ans, soutenant chaque guerre criminelle menée par l’impérialisme américain. Cependant, c’est une erreur de blâmer personnellement Biden, un soi-disant démocrate. Il n’est que la figure de proue d’un système qui a besoin de la guerre pour fonctionner. Si, pour l’amour du ciel, Donald Trump ou un autre politicien républicain se trouvait à la Maison Blanche, nous assisterions sans aucun doute au même dilemme méprisable.

De plus en plus de rapports font état d’attaques militaires contre la Crimée et d’autres parties de la Fédération de Russie. La région de Belgorod, voisine de l’Ukraine, a été bombardée à plusieurs reprises et des villages ont été évacués. Un drone ukrainien aurait également tenté d’attaquer le pont de Kerch, qui relie la Russie continentale à l’Ukraine. Ce pont de 19 km a été inauguré en mai 2018 par le président russe Vladimir Poutine pour un coût de 3,7 milliards de dollars.

On ne sait pas encore quelles sont les causes exactes de ces explosions. Dans un premier temps, les autorités russes ont affirmé qu’il s’agissait d’incendies accidentels, mais elles admettent désormais que des actes de sabotage ont été commis. Les médias occidentaux affirment que des missiles ou des drones des États-Unis et de l’OTAN sont impliqués. Les États-Unis augmentent leurs stocks d’armes offensives à longue portée ainsi que d’explosifs C-4 pour les opérations de sabotage. Jusqu’à 40 milliards de dollars de munitions ont été promis par les États-Unis, la Grande-Bretagne, la Pologne, l’Allemagne et d’autres puissances de l’OTAN pour soutenir le régime nazi de Kiev dans sa guerre contre la Russie. L’Ukraine a sombré dans une orgie de militarisme occidental.

La conduite militaire du régime de Kiev est supervisée par les services de renseignement américains et britanniques. Les attaques contre la Crimée et vraisemblablement d’autres parties de la Fédération de Russie sont approuvées par Washington et Londres.

En plus d’un afflux sans précédent d’armes de l’OTAN en Ukraine, il est de plus en plus évident que l’axe dirigé par les États-Unis entraîne les forces ukrainiennes.

Cette semaine, il a été rapporté que des soldats ukrainiens sont formés en Grande-Bretagne pour aller combattre. Lors d’une conférence à Copenhague la semaine dernière, les programmes britanniques de recrutement et de formation pour l’Ukraine ont été soutenus par d’autres membres de l’OTAN, dont le Danemark, le Canada, la Pologne et les États baltes. Les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN organisent depuis des années des entraînements au combat en Ukraine. C’est en partie la raison pour laquelle les forces russes sont entrées en Ukraine en février de cette année pour neutraliser une menace croissante pour la sécurité nationale.

Le fait que l’OTAN renforce son soutien au combat pour les militaires ukrainiens en Grande-Bretagne et sur les territoires d’autres États membres est la preuve évidente que l’axe dirigé par les États-Unis est en guerre contre la Russie. Il ne s’agit plus d’une guerre par procuration, mais d’une véritable guerre à plusieurs niveaux.

Un autre développement de mauvais augure a été le déploiement de bombardiers américains à longue portée B-52 en Suède cette semaine. Le pays nordique est un nouveau membre de l’OTAN avec la Finlande. Ce mouvement combiné est conçu comme une menace calculée pour la région arctique de la Russie. L’Arctique est depuis longtemps le théâtre d’une augmentation des forces de l’OTAN menaçant la Russie, mais le tout premier déploiement de bombardiers B-52 à capacité nucléaire en Suède est un « signal important », comme l’a déclaré le ministre suédois de la Défense, Peter Hultqvist.

Tout cela montre une logique haineuse et implacable pour la guerre. Les appréhensions publiques de Biden concernant la troisième guerre mondiale n’étaient que des balivernes méprisables. Les États-Unis se préparent aux hostilités contre la Russie depuis au moins le coup d’État de la CIA à Kiev en 2014. Peu importe qui est assis à la Maison Blanche. Obama, Trump, Biden, comme d’autres avant eux, ne sont tous que des messagers de l’impérialisme américain. Le régime dominant américain est désespérément accro à la guerre pour relancer sa puissance mondiale décroissante et son économie capitaliste défaillante. C’est la raison pour laquelle Washington s’acharne à alimenter imprudemment de dangereuses tensions avec la Russie et la Chine, comme l’a souligné cette semaine le président russe Poutine.

L’ampleur de l’engagement militaire en Ukraine et la nouvelle phase dangereuse de frappe du territoire russe signifient que l’axe OTAN dirigé par les États-Unis est de facto en guerre contre la Russie. L’axe est composé de 30 nations (sans compter la Suède et la Finlande) plus d’autres alliés non membres de l’OTAN comme l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Des armes de plus en plus offensives à longue portée, ainsi que la formation de forces militaires, affluent vers l’Ukraine en provenance de tous ces pays dirigés par les États-Unis.

En décembre dernier, la Russie a lancé un appel en faveur d’une résolution diplomatique des préoccupations de sécurité stratégique de longue date concernant l’OTAN et l’Ukraine. Ces appels ont été repoussés avec arrogance par Washington et ses vassaux. Les réserves apparentes des membres de l’OTAN concernant l’envoi d’armes létales en Ukraine ont également été abandonnées. De toute évidence, les anciennes réserves concernant le déclenchement d’un conflit international ont également été abandonnées.

Les États-Unis, la Grande-Bretagne et d’autres puissances impérialistes ouvrent impitoyablement le robinet pour provoquer un bain de sang en Ukraine. Le régime fasciste qu’ils soutiennent à Kiev a délibérément recours au terrorisme nucléaire en attaquant la plus grande centrale nucléaire d’Europe à Zaporozhye. Et pourtant, les parrains occidentaux continuent de redoubler de provocations à l’égard de la Russie, provocations qui semblent maintenant inclure des frappes militaires sur le territoire souverain russe.

Moscou a averti à plusieurs reprises que les « centres de décision » seront visés si son territoire est attaqué. Cet avertissement implique que les capitales occidentales sont vulnérables. La Russie a également averti que si sa sécurité nationale était menacée, elle se réservait le droit d’utiliser des armes nucléaires pour se défendre. L’impensable devient pensable. Les États occidentaux sont sous l’emprise d’un programme belliciste et d’un système médiatique qui agit comme un ministère de la propagande pour la guerre. Il est honteux de constater qu’il n’y a pratiquement aucune voix politique en Occident qui appelle à des négociations diplomatiques pour la paix.

Les folles puissances occidentales dirigées par les États-Unis ne semblent reconnaître aucune limite. Tout le conflit autour de l’Ukraine démontre la logique implacable de la belligérance envers la Russie à laquelle les régimes dirigeants occidentaux sont accros, de la même manière qu’ils le sont envers toute autre nation perçue comme un obstacle aux ambitions de puissance mondiale. Les régimes occidentaux sont impuissants, désespérément voués à la guerre, quels que soient les intérêts et les souhaits démocratiques de leurs populations ou les contraintes du droit international. Voilà pour l’ordre fondé sur des règles ! Les dirigeants occidentaux et leurs marionnettes au pouvoir mènent leur peuple et le reste du monde au fond du gouffre.

Incroyablement, il semble que les mêmes forces politiques et économiques infâmes qui ont créé les deux précédentes guerres mondiales salivent à nouveau. Et elles libèrent leurs désirs apocalyptiques avec les mêmes mensonges et les mêmes tromperies bien-pensantes.

Source: https://www.strategic-culture.org/news/2022/08/19/has-wwiii-started/



Source link