• mar. Sep 27th, 2022

Monde25

le monde des informations alternatives

La Chine se prépare à entrer en guerre

ByVeritatis

Août 23, 2022


 

Le mois dernier, un entrepreneur chinois fabriquant des équipements médicaux pour les consommateurs m’a confié que les autorités locales lui avaient demandé de convertir ses lignes de production en Chine afin qu’elles puissent produire des articles pour l’armée. Selon lui, les cadres du parti communiste ont donné des ordres similaires à d’autres fabricants.

En outre, des universitaires chinois déclarent en privé que l’expulsion continue de collègues étrangers des universités chinoises semble être une préparation aux hostilités.

La République populaire de Chine se prépare à entrer en guerre, et elle n’essaie pas de cacher ses efforts. Les modifications apportées à la loi sur la défense nationale, entrées en vigueur le premier jour de l’année dernière, transfèrent des pouvoirs des fonctionnaires civils aux militaires.

En général, les amendements réduisent le rôle du Conseil d’État du gouvernement central en transférant le pouvoir à la CMC, la Commission militaire centrale du Parti communiste. Plus précisément, le Conseil d’État ne supervisera plus la mobilisation de l’Armée populaire de libération.

Comme l’a déclaré Zeng Zhiping, de l’université de Soochow, au South China Morning Post de Hong Kong,

« La CMC est désormais officiellement chargée d’élaborer la politique et les principes de défense nationale, tandis que le Conseil d’État devient une simple agence d’exécution chargée de soutenir l’armée. »

Dans un sens, ces modifications étaient de la poudre aux yeux. « Les récents changements apportés à la loi de défense nationale de la Chine, qui diminuent le pouvoir du Conseil d’État, sont en grande partie une posture politique », m’a déclaré Richard Fisher, de l’International Assessment and Strategy Center, basé en Virginie, peu après l’entrée en vigueur des amendements. « Le Parti communiste chinois et en particulier sa CMC subordonnée ont toujours détenu le pouvoir suprême sur les décisions concernant la guerre et la paix. »

Pourquoi alors s’intéresser aux amendements à la loi de défense nationale ?

Ces amendements, nous dit Fisher, « indiquent l’ambition de la Chine d’atteindre des niveaux de mobilisation militaire de « nation entière » pour combattre les guerres et donnent à la CMC le pouvoir formel de contrôler les futures capacités chinoises d’intervention militaire mondiale ».

« La loi de défense nationale révisée incarne également le concept selon lequel tout le monde devrait être impliqué dans la défense nationale », rapporte le Global Times du Parti communiste, résumant les propos d’un responsable anonyme de la CMC. « Toutes les organisations nationales, les forces armées, les partis politiques, les groupes civils, les entreprises, les organisations sociales et autres organisations doivent soutenir et participer au développement de la défense nationale, remplir les devoirs de la défense nationale et effectuer les missions de défense nationale conformément à la loi. »

Comme l’a déclaré Fisher à 19FortyFive ce mois-ci, « Au cours des 40 dernières années, le Parti communiste chinois s’est préparé à une guerre brutale, et maintenant l’organisation au pouvoir accélère ses plans. »

Le Parti, qui se prépare au combat, ne laisse rien au hasard. En mars, son département central de l’organisation a publié une directive interne interdisant aux conjoints et aux enfants des fonctionnaires de niveau ministériel de posséder des biens immobiliers étrangers ou des actions enregistrées à l’étranger. L’interdiction semble également s’appliquer à ces fonctionnaires eux-mêmes, car certains rapports indiquent qu’ils vendent des actifs étrangers. En outre, ces fonctionnaires et leur famille immédiate ne sont pas autorisés, sauf dans des circonstances limitées, à ouvrir des comptes à l’étranger auprès d’institutions financières.

La directive, publiée peu après l’imposition de sanctions à l’encontre de responsables russes pour l’ »opération militaire spéciale » en Ukraine, semble destinée à protéger les responsables chinois contre les sanctions.

Le chasseur J-10

En outre, le gouvernement central tente de se prémunir contre les sanctions. Le 22 avril, des responsables du ministère des finances et de la banque centrale ont rencontré des représentants de dizaines de banques, dont HSBC, pour discuter de ce que Pékin pourrait faire en cas d’imposition de mesures punitives à la Chine.

La tenue de cette « réunion d’urgence », rapportée par le Financial Times, est de mauvais augure.

« Les responsables et les participants n’ont pas mentionné de scénarios spécifiques, mais l’un des éléments déclencheurs possibles de ces sanctions serait une invasion chinoise de Taïwan », note le Financial Times.

Le fait que des responsables chinois aient tenu cette réunion est une indication claire que Pékin planifie des actes belliqueux.

« Soyez prêts pour la bataille ». C’est ainsi que le South China Morning Post de Hong Kong a résumé le premier ordre du dirigeant chinois Xi Jinping aux militaires en 2019. En janvier de cette année, il a prononcé un grand discours devant la CMC sur la préparation de la guerre, et l’allocution a ensuite été diffusée dans tout le pays.

Les analystes étrangers débattent de la question de savoir si la Chine va entrer en guerre de sitôt. Le système politique chinois étant devenu moins transparent au fil du temps, il n’est pas évident de savoir ce que pensent les hauts dirigeants.

Image du chasseur J-20. Crédit image : Internet chinois

Pourtant, ce que les hauts dirigeants font en réalité est clair. Ils préparent leurs troupes pour une nouvelle avancée en deçà de la ligne de contrôle effective au Ladakh, afin de s’emparer de davantage de territoire indien dans l’Himalaya. Ils ont renouvelé, en novembre de l’année dernière et en juin de cette année, leurs tentatives de bloquer le réapprovisionnement d’un avant-poste philippin au Second Thomas Shoal, dans la mer de Chine méridionale. Fin juillet, ils ont ordonné à quatre navires de pénétrer dans les eaux souveraines du Japon autour des îles Senkaku, contestées mais contrôlées par le Japon, dans la mer de Chine orientale. Ils dirigent des provocations continuelles autour de Taïwan, y compris une violation de l’espace aérien souverain de l’île début février.

Et il y a autre chose qui est indubitable : Xi et les hauts dirigeants préparent les citoyens chinois à la guerre.

Traduction de 19fortyfive.com par Aube Digitale



Source link