• dim. Sep 25th, 2022

Monde25

le monde des informations alternatives

L’armée américaine continue de voler du pétrole en Syrie – Les moutons enragés

ByVeritatis

Août 23, 2022


Par Steven Sahiounie pour GlobalResearch

Le 16 août 2022, l’agence de presse arabe syrienne a rapporté que les forces d’occupation américaines avaient volé 398 pétroliers remplis de pétrole syrien en une semaine et transporté le pétrole volé vers des bases américaines en Irak en empruntant une route illégale. 

Les forces américaines qui ont envahi en 2014 contrôlent les principaux gisements de pétrole et de gaz à Hasakah et Deir Ez Zor, et elles sont assistées par les Forces démocratiques syriennes (SDF), qui étaient des partenaires américains dans la lutte pour éliminer l’EI. Auparavant, c’était ISIS qui volait le pétrole et le vendait au président Erdogan de Turquie, et maintenant les États-Unis ont pris le relais de ISIS, alors que la Turquie ne bénéficie pas de l’accord, et encore aggravé par le soutien américain des FDS, qui sont partenaires des YPJ et sont alignés sur le PKK, un groupe terroriste qui a tué des milliers de personnes en Turquie en trois décennies.

Le ministère syrien du Pétrole a déclaré dans un communiqué que les États-Unis et leurs mercenaires volaient en moyenne 66 000 barils de pétrole par jour en Syrie, soit environ 80 % de la production pétrolière syrienne. La crise prolongée a coûté à l’industrie pétrolière syrienne des pertes directes et indirectes de 105 milliards de dollars américains.

Avant 2011 production pétrolière en Syrie

En 2008, la Syrie produisait 406 000 barils par jour (bpj), selon le British Petroleum Statistical Review of World Energy for 2019. En 2011, la production est tombée à 353 000 bpj et avait plongé à seulement 24 000 bpj en 2018, soit une réduction de plus de 90 %.

L’Armée syrienne libre (ASL) a été le premier grand groupe armé à combattre l’Armée arabe syrienne (AAS) ; cependant, la FSA était inefficace même si elle était soutenue par les États-Unis. Après quelques années, c’est la branche d’Al-Qaïda en Syrie, Jibhat al-Nusra, qui est devenue la force dominante, et finalement, ISIS est apparu sur la scène. Tous ces groupes terroristes ont combattu dans la zone où se trouvent les principaux gisements de pétrole en Syrie, et parfois les puits de pétrole sont passés d’un groupe à l’autre. Aujourd’hui, ils sont en possession de l’armée américaine.

Production d’électricité, usines, exportations

Avant 2011, la Syrie disposait de l’électricité complète sur le réseau national, qui était alimentée par la combustion de pétrole et de gaz naturel pour produire de l’électricité. Les usines d’Alep étaient entièrement approvisionnées en électricité et en carburant diesel pour la production, et la Syrie exportait également certains produits pétroliers.

Fin 2019, le président Trump a déclaré :

« Nous gardons le pétrole. Je l’ai toujours dit — gardez l’huile. Nous voulons garder le pétrole, 45 millions de dollars par mois. Gardez l’huile. Nous avons sécurisé le pétrole.

Cependant, un haut responsable du département d’État a déclaré que cela constituait un crime de guerre . Le pétrole en Syrie appartient à leur gouvernement, et selon la loi américaine et les traités qu’il a ratifiés, le saisir serait un pillage, un terme technique pour le vol en temps de guerre qui est illégal en vertu du droit américain et international.

Fin 2015, le président russe Poutine a accusé la Turquie d’être un partenaire commercial de l’Etat islamique tout en volant et en vendant du pétrole syrien. Poutine a dit,

« L’EI a beaucoup d’argent, des centaines de millions voire des milliards de dollars, grâce à la vente de pétrole. De plus, ils sont protégés par l’armée de toute une nation. On peut comprendre pourquoi ils agissent avec tant d’audace et de manière flagrante. Pourquoi tuent-ils des gens de manière si atroce ? Pourquoi ils commettent des actes terroristes à travers le monde, y compris au cœur de l’Europe.

Le vice-ministre russe de la Défense, Anatoly Antonov , a également pointé du doigt la Turquie alors qu’il s’adressait à la presse à Moscou.

« Selon les informations que nous avons reçues, les hauts dirigeants politiques du pays – le président Erdoğan et sa famille – sont impliqués dans cette affaire criminelle. Je suis peut-être trop direct, mais on ne peut confier le contrôle de cette affaire de vol qu’à ses plus proches collaborateurs. En Occident, personne ne s’est posé de questions sur le fait que le fils du président turc dirige l’une des plus grandes sociétés énergétiques, ou que son gendre ait été nommé ministre de l’énergie. Quelle merveilleuse entreprise familiale !

En janvier 2013, la FSA admettait qu’elle était corrompue.

« Il y a eu beaucoup de corruption dans les bataillons de l’Armée syrienne libre – voler, opprimer le peuple – parce qu’il y a des parasites qui sont entrés dans l’Armée syrienne libre », a déclaré Abu Ahmed, un ingénieur qui dirigeait une unité de 35 hommes du Tawhid. Brigade dans la province d’Alep.

« L’Armée syrienne libre a perdu son soutien populaire », a déclaré Abu Ahmed, tout en évaluant le soutien au président Assad à 70% parmi une population urbaine d’Alep qui comprend de nombreux Kurdes et chrétiens de souche. Il a admis que le pillage des maisons et des ressources avait provoqué la haine au sein de la communauté . Les gens n’avaient pas d’électricité, mais la FSA profitait de la vente du pétrole volé à la Turquie.

Une fois la FSA disparue, l’Etat islamique a pris le contrôle des champs pétrolifères et a transporté le pétrole dans des pétroliers jusqu’en Turquie, pour y être raffiné et utilisé au niveau national, ou transporté vers des pétroliers dans les ports de Ceyhan ou de Dortyol pour l’exporter vers les marchés européens qui étaient bien conscients qu’ils achetaient du pétrole syrien volé à l’Etat islamique, mais qu’ils obtenaient un prix bas.

En septembre 2014, des responsables du renseignement américain ont révélé que le groupe État islamique gagnait des millions chaque jour grâce au commerce illicite du pétrole . L’Etat islamique a pris le contrôle des actifs pétroliers des anciens groupes terroristes de l’ASL et de la filiale d’Al-Qaïda en Syrie, Jibhat al-Nusra. Aujourd’hui, l’armée américaine occupe les champs de pétrole.

En 1998, Richard N. Haass a écrit sur l’utilisation par les États-Unis de sanctions contre des pays comme outil de politique étrangère. Il a constaté que les sanctions ont peu de chances d’atteindre les résultats souhaités si les objectifs sont importants.   Dans le cas de la Syrie, l’objectif des États-Unis est de renverser le gouvernement en place depuis 22 ans et d’instituer un chef des Frères musulmans favorable aux États-Unis, dans le seul État laïc du Moyen-Orient. Est-ce assez grand ?

Haass a déclaré que les sanctions peuvent renforcer une administration autoritaire, déclencher une émigration à grande échelle et nuire à la classe moyenne et à la société civile. En Syrie, le gouvernement a résisté à une révolution armée soutenue par les États-Unis et l’OTAN, a résisté à une migration massive à l’été 2015 qui a vu des Syriens traverser l’Europe, et en raison de l’effondrement économique, la classe moyenne est désormais la nouvelle pauvre.

Les exceptions humanitaires sont censées garantir que les médicaments et les fournitures médicales sont autorisés à entrer en Syrie, mais selon l’ancienne directrice de l’OMS à Damas, Elizabeth Hoff, les hôpitaux syriens n’ont pas été en mesure de commander des pièces de rechange pour les machines médicales auprès des fabricants occidentaux en raison de leur peur de faire face aux sanctions américaines.

Des pétroliers iraniens en Syrie ont été détournés par les États-Unis

Dans les jours les plus sombres de privation pour les résidents syriens, ils ont suivi les informations sur le détournement par les États-Unis du navire iranien apportant des produits pétroliers indispensables à la Syrie pour être utilisés pour l’électricité, le carburant diesel pour les camions et l’essence pour les voitures.

Les États-Unis doivent quitter la Syrie, lever les sanctions et permettre au peuple syrien de reconstruire ses maisons et ses entreprises. Les organisations humanitaires affirment que la plupart des Syriens vivent sous le seuil de pauvreté, mais elles omettent de mentionner les sanctions américano-européennes qui ont causé cette pauvreté.

La Syrie aujourd’hui

La vie en Syrie aujourd’hui est difficile. La plupart des maisons n’ont que quelques heures d’électricité par jour, et le gaz de cuisine coûte cher et en bref, l’approvisionnement, tout comme l’essence. Bientôt, les élèves seront de retour à l’école et les besoins en électricité augmenteront avec les études du soir, le lavage des vêtements scolaires et la préparation de repas sains pour former de jeunes esprits. L’essence étant si rare et très chère, les enfants parcourront de longues distances pour se rendre à l’école cet hiver. Le chauffage domestique n’est plus qu’un lointain souvenir, et porter des pulls et des bonnets de ski à l’intérieur est le seul moyen de rester au chaud. Les sanctions américano-européennes ont causé d’immenses difficultés au peuple syrien qui a lutté contre le terrorisme, le chaos et les bouleversements.

Steven Sahiounie est un journaliste primé à deux reprises. Il contribue régulièrement à Global Research.

Cet article a été initialement publié sur Mideast Discourse .


Commandez le livre de Mark Taliano  « Voices from Syria »  directement auprès de Global Research.

Livre en format PDF

**Voix de Syrie **

Auteur : Marc Taliano

Numéro ISBN : 978-0-9737147-9-1

Année : 2017

Type de produit : Fichier PDF

Prix ​​catalogue : 6,50 $

Offre spéciale : 5,00 $ 

Cliquez pour commander.

La source originale de cet article est Global Research

Copyright © Steven Sahiounie , Recherche mondiale, 2022

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.



Source link