• ven. Sep 30th, 2022

Monde25

le monde des informations alternatives

Quels pays survivront à une guerre nucléaire ? — Enfant de la Société — Sott.net

ByVeritatis

Août 23, 2022


Une étude affirme qu’une guerre nucléaire d’envergure entre la Russie et les États-Unis entraînerait la mort de plus de cinq milliards de personnes. Cette guerre émettrait plus de 150 téragrammes (plus de 165 millions de tonnes) de suie, provoquant un hiver nucléaire sur toute la planète, précise l’étude. Les chercheurs estiment que les conséquences d’une apocalypse nucléaire auraient un impact catastrophique sur la production de la nourriture, anéantissant des populations entières de famine.

fgghj

Les analystes ont conclu que même si les gens survivaient aux explosions initiales, l’hiver nucléaire et la destruction de l’agriculture qui s’ensuivrait anéantiraient 90 % des Britanniques, écrit The Times.

Qui remportera la guerre nucléaire entre les États-Unis et la Russie ? Personne, évidemment. Mais, selon la nouvelle étude, l’Argentine et l’Australie ont les meilleures chances de survivre une décennie plus tard.

Les perspectives du Royaume-Uni ne sont pas non plus radieuses : la même étude a conclu que 90 % des Britanniques mourraient de faim.

Les scientifiques ont analysé les conséquences d’un hiver nucléaire pour s’imaginer ce qui arriverait quand des tempêtes de feu, d’un échange de frappes nucléaires émettrait dans l’atmosphère suffisamment de suie pour éclipser le soleil.

Ils ont conclu que même les survivants aux frappes en soi auraient peu de chances de survivre : jusqu’à cinq milliards de personnes mourront à travers le monde au cours des premières années.

« Tout le monde comprend que les effets directs d’une guerre nucléaire seraient horribles, comme nous l’avons vu à Hiroshima et Nagasaki. Notre travail montre qu’au moins dix fois plus de gens dans le reste du monde mourront à cause de l’impact sur le climat et l’agriculture », a déclaré le professeur Alan Robock de l’université Rutgers de New Jersey.

Même un conflit relativement réduit, par exemple entre le Pakistan et l’Inde, pourrait provoquer de mauvaises récoltes et la famine pour plus d’un milliard de personnes, et ce, principalement dans les pays éloignés du conflit en soi. Le nombre de victimes indirectes éclipserait les 50-100 millions de morts des explosions nucléaires.

Les chiffres publiés par le magazine Nature Food ont été obtenus par les chercheurs selon la formule suivante : ils n’ont pas pris en compte les morts initiales de l’arme nucléaire, simulant au lieu de cela les conséquences pour l’agriculture suite à la baisse de l’insolation et de la température.

« Nous avons utilisé pour la première fois des simulations modernes de climat et d’agriculture pour donner une appréciation quantitative aux conséquences pour chaque pays en fonction de leur alimentation, du niveau des importations et des exportations ainsi que des changements climatiques et de leur impact sur chaque culture agricole à part. Combien y aura-t-il de nourriture ? La réponse pour la plupart des pays est la suivante : pas suffisamment », a déclaré Alan Robock.

Selon l’étude, dans la plupart des pays, la consommation de calories diminuera d’au moins 90 %. Plusieurs pays tels que l’Australie et l’Argentine et une partie de l’Afrique centrale réussiront à maintenir la production de calories seulement parce qu’avec une population relativement réduite, ils cultivent des vivres en grande quantité, notamment du blé. Mais même ces pays seront certainement confrontés à d’autres problèmes qui n’ont pas été soulevés dans cet article.

« La production intérieure leur suffira, mais imaginez où iront les flottilles de réfugiés affamés d’Asie. Donc une période difficile attend même l’Australie », a ajouté l’expert.

D’après les conclusions, les anciennes méthodes de gestion seront conservées, mais avec une perspective de tuer tout le bétail pour consommer leur fourrage. Mais qu’en serait-il si les gens changeaient rapidement leur approche ?

Une étude à part de cette année a montré qu’une famine de masse pourrait être évitée en cas de bonne planification. Par exemple, il est possible de cultiver des champignons et des algues même avec une insolation insuffisante. Cette étude a révélé qu’en installant rapidement des serres, cela suffirait jusqu’à ce que la suie se dissipe.

Mais cela pourrait être réalisé seulement si les pays y étaient préparés. Alan Robock explique que même en présence d’investissements nécessaires, cela serait dangereux en soi, car cela inculquerait l’idée que l’usage de l’arme nucléaire est bien plus sûre. « Si vous vous préparez pour ce scénario et décidez que vous survivrez à une guerre nucléaire, je suppose que sa probabilité ne ferait que grandir », a indiqué le professeur.

Alan Robock pense que cette étude a démontré que la destruction réciproque était garantie, même plus qu’il ne pourrait sembler à première vue. « La menace d’une frappe nucléaire pour dissuader d’une attaque, c’est la menace d’un kamikaze. Parce que dans ce cas votre pays mourra de faim. Pour que la dissuasion fonctionne, les gens doivent être prêts au suicide », a-t-il conclu.


Commentaire : Quelle étrange étude. Et quelle fin ou conclusion encore plus étrange. Ça rappelle évidement le roman de Nevil Shute, Sur la Plage, ou les gens n’avaient pas d’autre solution que de se suicider. Que nous dit donc cette étude ? Même les préparations pour survivre ne serviraient à rien. Donc tout est inutile, nous dit l’étude. Et même l’étude montre l’inutilité de celle-ci, à moins qu’elle serve pour faire peur, encore une fois, nous terroriser sur ce futur apocalyptique, que nous perdions espoir de tout, même de la vie.

Ça fait longtemps que nous sommes capables de voir leurs mensonges, et leurs obsessions, dont celle de mettre à feu et à sang cette belle planète, celle aussi d’éliminer 90 % de la population, et celle à utiliser le nucléaire afin que l’hiver nucléaire s’installe sur la terre pour des millions d’années.



Source link