• jeu. Sep 29th, 2022

Monde25

le monde des informations alternatives

Vole comme un aigle, Daria Douguine

ByVeritatis

Août 23, 2022


par Pepe Escobar.

Daria Douguine va voler comme un aigle dans un ciel d’un autre monde.

Daria Douguine, 30 ans, fille d’Alexandre Douguine, une jeune femme intelligente, forte, pleine d’entrain et entreprenante, que j’ai rencontrée à Moscou et que j’ai eu l’honneur de chérir comme amie, a été brutalement assassinée.

En tant que jeune journaliste et analyste, on pouvait voir qu’elle se taillerait un chemin brillant vers une large reconnaissance et le respect (la voici sur le féminisme).

Il n’y a pas si longtemps, le FSB était directement engagé dans le démantèlement de tentatives d’assassinat, organisées par le SBU, contre des journalistes russes, comme dans le cas Olga Skabeïeva et de Vladimir Soloviev. Il est ahurissant que Douguine et sa famille n’aient pas été protégés par l’appareil de renseignement/sécurité russe.

Les faits essentiels de la tragédie ont déjà été établis. Un 4×4 Land Cruiser Prado, appartenant à Douguine et avec Daria au volant, a explosé sur une autoroute près du village de Bolshie Vyazyomy, à un peu plus de 20 km de Moscou.

Ils revenaient tous deux d’un festival familial, où Douguine avait prononcé un discours. À la dernière minute, Daria a pris le SUV et Douguine l’a suivie dans une autre voiture. Selon des témoins oculaires, il y a eu une explosion sous le SUV, qui a immédiatement été la proie des flammes et a heurté un bâtiment en bordure de route. Le corps de Daria a été brûlé au point d’être méconnaissable.

Le Comité d’enquête russe a rapidement établi que la bombe artisanale – environ 400 g de TNT, non encapsulée – avait été placée sous le plancher du 4×4, du côté du conducteur.

Les enquêteurs considèrent qu’il s’agit d’un attentat à la voiture piégée prémédité.

Ce que l’on ne sait pas encore, c’est si l’engin explosif était muni d’une minuterie ou si un individu à proximité a appuyé sur le bouton.

Ce que l’on sait déjà, c’est qu’Alexandre Douguine était une cible sur la liste de Myrotvorets. Myrotvorets est l’acronyme de Centre de recherche des signes de crimes contre la sécurité nationale de l’Ukraine. Il travaille aux côtés de l’OTAN pour recueillir des informations sur les « terroristes et séparatistes pro-russes ».

Denis Pouchiline, le chef de la RPD, n’a pas tardé à accuser « les terroristes du régime ukrainien » de l’assassinat de Daria. L’inestimable Maria Zakharova s’est montrée plus diplomate : elle a déclaré que si la piste ukrainienne est confirmée, cela configurera une politique de terrorisme d’État déployée par Kiev.

Une guerre existentielle

Dans plusieurs essais – celui-ci étant sans doute le plus essentiel – Douguine avait largement fait comprendre l’énormité des enjeux. Il s’agit d’une guerre des idées. Et une guerre existentielle : La Russie contre l’Occident collectif dirigé par les États-Unis.

Le SBU, l’OTAN, ou très probablement le combo – étant donné que le SBU est commandé par la CIA et le MI6 – n’ont pas choisi d’attaquer Poutine, Lavrov, Patrouchev ou Choïgu. Ils ont ciblé un philosophe et ont fini par assassiner sa fille – ce qui rend la chose encore plus douloureuse. Ils ont attaqué un intellectuel qui formule des idées. Ce qui prouve une fois de plus que la culture de l’annulation occidentale se métastase en annulation de personne.

C’est bien beau que le ministère russe de la Défense soit sur le point de lancer la production de l’hypersonique M. Zircon, alors qu’il continue à produire de nombreux M. Kinjal. Ou que trois intercepteurs supersoniques Mig-31 aient été déployés à Kaliningrad, équipés de Kinjals et placés en service de combat 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Le problème, c’est que les règles ont changé et que le combo SBU/OTAN, confronté à une débâcle indescriptible dans le Donbass, fait monter en puissance le sabotage, le contre-espionnage et la contre-diversion.

Ils ont commencé par bombarder le territoire russe, se sont étendus autour du Donbass – comme dans la tentative de meurtre du maire de Marioupol, Konstantin Ivachtchenko ; ils ont même lancé des drones contre le QG de la flotte de la mer Noire à Sébastopol ; et maintenant – avec la tragédie de Daria Douguine – ils sont aux portes de Moscou.

La question n’est pas que tout ce qui précède ne soit pas pertinent pour modifier les faits sur le terrain imposés par l’opération militaire spéciale. Le fait est qu’une prochaine série d’opérations psychologiques sanglantes conçues pour un pur effet de relations publiques peut devenir extrêmement douloureuse pour l’opinion publique russe – qui exigera une punition dévastatrice.

Il est clair que Moscou et Saint-Pétersbourg sont désormais des cibles privilégiées. L’ISIS ukrainien est en marche. Bien entendu, leurs manipulateurs ont une vaste expérience en la matière, dans l’ensemble du monde Nord/Sud. Toutes les lignes rouges ont disparu.

L’arrivée de l’ISIS ukrainien

Le comédien cocaïnomane a dûment anticipé toute réaction russe, conformément au scénario de l’OTAN dont il est nourri quotidiennement : La Russie pourrait essayer de faire quelque chose de « particulièrement dégoûtant » la semaine prochaine.

Cela n’a rien à voir. La vraie question – brûlante – est de savoir dans quelle mesure le Kremlin et les services de renseignement russes réagiront lorsqu’il sera pleinement établi que le SBU et l’OTAN ont concocté le complot de Douguine. C’est le terrorisme de Kiev aux portes de Moscou. Cela signifie « ligne rouge » en rouge sang, et une réponse liée à la promesse réitérée, par Poutine lui-même, de frapper les « centres de décision ».

Ce sera une décision fatidique. Moscou n’est pas en guerre contre les marionnettes de Kiev, essentiellement – mais contre l’OTAN. Et vice-versa. Tous les paris sont ouverts sur la façon dont la tragédie de Daria Douguine pourrait finalement accélérer le calendrier russe, en termes de révision radicale de leur stratégie à long terme jusqu’à présent.

Moscou peut décapiter le racket de Kiev avec quelques cartes de visite hypersoniques. Mais c’est trop facile ; après, avec qui négocier l’avenir de l’Ukraine croupion ?

En revanche, ne rien faire, c’est accepter une invasion terroriste imminente et de facto de la Fédération de Russie : la tragédie de Daria Douguine sous stéroïdes.

Dans son avant-dernier message sur Telegram, Douguine a une fois de plus défini les enjeux. Voici les points essentiels à retenir.

Il appelle les dirigeants russes à des transformations « structurelles, idéologiques, personnelles, institutionnelles et stratégiques ».

S’appuyant sur les preuves – de la multiplication des attaques contre la Crimée aux tentatives de provoquer une catastrophe nucléaire à Zaporijia – il conclut à juste titre que la sphère de l’OTAN a « décidé de se tenir à l’autre bout jusqu’au bout ». On peut les comprendre : La Russie a réellement (et ce n’est pas de la propagande) défié l’Occident en tant que civilisation ».

La conclusion est sans appel : « Nous devons donc aller jusqu’au bout ». Cela rejoint ce que Poutine lui-même a affirmé : « Nous n’avons pas encore vraiment commencé ». Douguine : « Maintenant, nous devons commencer ».

Douguine propose que le statu quo actuel autour de l’opération Z ne puisse pas durer plus de six mois. Il ne fait aucun doute que « les plaques tectoniques ont bougé ». Daria Douguine va voler comme un aigle dans un ciel d’un autre monde. La question est de savoir si sa tragédie deviendra le catalyseur qui propulsera l’ambiguïté stratégique de Poutine à un tout autre niveau.

Pepe Escobar

source : Strategic Culture Foundation

traduction Réseau International



Source link

One thought on “Vole comme un aigle, Daria Douguine”
  1. C’est justement parce qu’ils n’étaient pas des influenceurs directs de Vladimir Poutine qu’ils ne représentaient pas un caractère particulier de sensibilité aux yeux des services, mais, ce sont des gens entrainés et qui ont un entourage suffisamment instinctivement sur ses gardes pour qu’il soit absolument impossible qu’une personne seule ait pu accomplir cette mission, même flanquée d’une ado et en procédant une filature par portion, le temps et la logistique ne plaident pas en faveur d’un tel scénario.
    “On” a dû lâcher plusieurs araignées sur ces deux-là, celle et sa fille dont on parle, c’est un point de fixation, déjà l’espace terrestre pour ces deux personnes est devenu aussi vaste qu’une tête d’épingle, un jour ou l’autre, à un moment ou un autre…
    Cette personne était connue du FSB, donc, c’est pas possible qu’elle ait pu disposer de toute la latitude nécessaire pour mettre au point une telle opération d’autant qu’elle débarquait, c’était un leurre, ce qui veut dire que cette information concernant la responsable présumée est à destination des services qui ont coopéré pour agir, les Russes savent qui c’est mais pour le moment seuls les préposés au ménage ont une idée des soins qu’ils devront porter au nettoyage, c’est normal, ça veut aussi dire que plus personne dans ces milieux-là est en sécurité…
    Les Russes sont des professionnels, ils marchent pas à l’émotion même dans des cas comme ceux-là, encore moins d’ailleurs, ils ne vont pas changer leur calendrier, ceux qui l’affirment actuellement sont ceux qui vivent dans la peur de leur réaction.
    L’automne avant l’hiver va donner toutes les opportunités nécessaires aux Russes, le terrain est vaste, mondial, et les turbulences nombreuses dessus, donc, no panic!
    Ça va s’mitonner entre pros, d’abord, les prochaines gueules cassées n’auront pas démérité leurs sorts.
    Par contre, toutes nos nos faiblesses occidentales vont être exploitées à leur paroxysme, sans que quiconque soit en mesure d’impliquer nommément la Russie.
    Quant à l’Ukraine, c’est sûr qu’elle va recevoir de quoi se sustenter en chaleur en attendant l’hiver, mais ça, c’est pas du tout une nouvelle orientation du processus de l’opération militaire spéciale, ni une nouvelle phase, c’est juste l’application du plan prévu.
    À savoir, détruire et anéantir le moral des Ukrainiens qui n’auront plus en tête la préparation difficile de l’hiver à venir, ps plus que nous Occidentaux d’ailleurs, dans des conditions qu’ils n’ont jamais vécus, mais bien celle de ne pas se trouver au mauvais endroit au mauvais moment.
    les Russes n’ont cessé de le dire auparavant, d’autres cibles que celles actuelles seront frappées si la livraison d’armes et l’engagement otanesque se poursuivaient tels qu’actuellement, ce sera chose faite.
    Quant à la civilisation occidentale, je ne vois pas du tout ce que c’est, sinon, une folie idéologique en exercice qui s’est emparée par ruse et manipulations des pouvoirs dans certains pays occidentaux et, qui pour faire diversion fait exister au sein de ceux-ci des idéologies encore plus folles qu’elle, pour lesquelles les citoyens dits occidentaux sont interdits d’opinions car celles-ci ont été criminalisées, de sorte qu’ils ne peuvent que dire oui à ces folies, ou se réfugier dans le stoïcisme intellectuel et verbal qui les rend complètement fous.
    Il faut arrêter de faire “sa” guerre à la place des Russes, ils sont à l’œuvre, savent ce qu’ils font et le font comme prévu.
    Je ne comprends pas qu’on écrive des articles comme celui-là, sans tenir compte du fait que les Ukrainiens revendiquent seulement 9000 morts au combat alors qu’ils ne s’embarrassent pas de dire qu’ils ont déjà tué plus de vingt mille Russes, que Zelensky a avoué benoitement à son peuple lui avoir menti délibérément… qu’une petite salope soi-disant première ministre d’un pays qui prend des décisions qui engagent la sécurité du monde entier soit prise bourrée et probablement droguée à se comporter comme une roulure tik-tokeuse, alors que si un évènement grave dans une situation contextuelle comme maintenant, c’est pas impossible, avait nécessité de sa part une décision immédiate, la morue était au fraise, aussi, quelque soit la solidarité féminine qu’elle reçoit, son test urinaire négatif (Ceux de Lance Armstrong aussi l’étaient au départ…) on voit pas pourquoi c’est pas un test capillaire qu’elle a subi, ça vaut que dalle, elle doit démissionner comme Bojo!
    Et, c’est pas ce petit pays de merde qu’est la Finlande qui est seul à décider sur le coup, le Monde est concerné.
    Les Russes ne lâcheront rien, ça c’est sûr et certain, mais encore une fois, désolé, mais Daria Douguine et même son père, ne représentent pas un intérêt si considérable pour que des analystes émotionnels s’autorisent à faire croire que sa disparition tragiquement ignoble et la souffrance immense de son père, soient de nature à influer sur l’avenir du Monde, restons mesurés, c’est le moins qu’on puisse faire quand on lit bons nombres de commentaires qui appellent la guerre nucléaire généralisé de leurs vœux, c’est la preuve que la folie des Français est un sujet sur lequel il faut focaliser car autant de suicidaires en ligne… c’est moche!

Comments are closed.