• dim. Sep 25th, 2022

Monde25

le monde des informations alternatives

des vétérans de la Wehrmacht ont créé une armée secrète en Allemagne de l’Ouest — Histoire Secrète — Sott.net

ByVeritatis

Août 25, 2022


Non le nazisme n’a jamais été éradiqué et s’il s’est reconstitué, selon cet article, « on croit indépendamment des forces d’occupation ». Ce que nous savons, y compris sur le plan culturel, montre que très tôt les services de renseignements US ont utilisé leurs réseaux, avant même l’ouverture officielle de la guerre froide.

dfgh

Le fait est que dans sa lutte contre l’URSS, la CIA ainsi que le gouvernement américain ont sollicité ces gens-là et leurs réseaux pour préparer une « alternative » démocratique au communisme. La chute de l’URSS a activé les réseaux dormants et aujourd’hui la politique la plus belliciste de l’OTAN vient cette internationale noire, comme nous le verrons dans un prochain article.

Les vétérans nazis ont créé une armée illégale

Des documents récemment découverts montrent que dans les années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, d’anciens membres de la Wehrmacht nazie et de la Waffen-SS ont formé une armée secrète pour s’opposer au pays des Soviétiques. Le projet illégal aurait pu déclencher un scandale majeur à l’époque.

Pendant près de six décennies, le dossier de 321 pages est passé inaperçu dans les archives du BND, l’agence de renseignement étrangère allemande – mais maintenant son contenu déclassifié a révélé un nouveau chapitre de l’histoire allemande d’après-guerre qui est aussi spectaculaire que mystérieux.

Les documents auparavant secrets révèlent l’existence d’une coalition d’environ 2000 anciens officiers – vétérans de la Wehrmacht de l’époque nazie et de la Waffen-SS – qui ont décidé de constituer une armée dans l’Allemagne d’après-guerre en 1949. Ils ont fait leurs préparatifs sans mandat du gouvernement allemand, à l’insu du parlement et, selon les documents, en contournant les forces d’occupation alliées.

L’objectif des officiers à la retraite : défendre l’Allemagne de l’Ouest naissante contre l’agression de l’Est au début de la guerre froide et, sur le front intérieur, se déployer contre les communistes en cas de guerre civile. Il a recueilli des informations sur des politiciens de gauche comme le social-démocrate (SPD) Fritz Erler, un acteur clé dans la réforme du parti après la Seconde Guerre mondiale, et a espionné des étudiants comme Joachim Peckert, qui est devenu plus tard un haut fonctionnaire à l’ambassade d’Allemagne de l’Ouest à Moscou dans les années 1970.

La nouvelle découverte a été provoquée par une coïncidence. L’historien Agilolf Kesselring a trouvé les documents – qui appartenaient à l’Organisation Gehlen, le prédécesseur de l’actuelle agence de renseignement étrangère – alors qu’il travaillait pour une commission historique indépendante embauchée par le BND pour enquêter sur ses débuts. Des commissions similaires ont été embauchées par un certain nombre d’autorités allemandes ces dernières années, y compris les ministères des Finances et des Affaires étrangères, pour créer un registre précis des héritages autrefois étouffés.

Kesselring a découvert les documents, qui ont reçu le titre étrange de « Assurances », tout en essayant de déterminer le nombre de travailleurs employés par le BND.

Au lieu de documents d’assurance, Kesselring est tombé sur ce qui peut maintenant être considéré comme la découverte la plus importante de la Commission historique indépendante. L’étude qu’il a écrite sur la base de la découverte a été publiée cette semaine.

Une facilité à saper la démocratie

Le dossier est incomplet et doit donc être considéré avec une certaine retenue. Malgré cela, son contenu témoigne de la facilité avec laquelle les normes démocratiques et constitutionnelles ont pu être sapées dans les premières années de l’existence de l’Allemagne de l’Ouest.

Selon les journaux, le chancelier allemand Konrad Adenauer n’a découvert l’existence du groupe paramilitaire qu’en 1951, date à laquelle il n’a évidemment pas décidé de le dissoudre.

En cas de guerre, selon les documents, l’armée secrète comprendrait 40 000 combattants. L’implication de personnalités de premier plan dans les futures forces armées allemandes, la Bundeswehr, est une indication de la gravité de l’entreprise.

Parmi ses acteurs les plus importants se trouvait Albert Schnez. Schnez est né en 1911 et a servi comme colonel pendant la Seconde Guerre mondiale avant de gravir les échelons de la Bundeswehr, fondée en 1955. À la fin des années 1950, il faisait partie de l’entourage du ministre de la Défense de l’époque, Franz Josef Strauss (CDU), puis a servi le chef de l’armée allemande sous le chancelier Willy Brandt et le ministre de la Défense Helmut Schmidt (tous deux du SPD).

fghj

Albert Schnez

Les déclarations de Schnez citées dans les documents suggèrent que le projet de construction d’une armée clandestine a également été soutenu par Hans Speidel – qui deviendrait le commandant suprême de l’armée alliée en Europe centrale en Europe centrale en 1957 – et Adolf Heusinger, le premier inspecteur général de la Bundeswehr.

Kesselring, l’historien, a un lien particulier avec l’histoire militaire : son grand-père Albert était maréchal général et commandant suprême du Sud sous le Troisième Reich, avec Schnez comme son subordonné « général des transports » en Italie. Les deux hommes tentèrent d’empêcher la capitulation partielle de l’Allemagne en Italie.

Dans son étude, Kesselring laisse Schnez partir facilement : il ne mentionne pas ses liens avec le milieu de droite, et il décrit son espionnage de supposés gauchistes comme des « contrôles de sécurité ». Interrogé à ce sujet, l’historien explique qu’il traitera de ces aspects du dossier dans une étude approfondie au cours de l’année à venir. Mais le BND a récemment publié les fichiers « Assurances », ce qui permet de brosser un tableau indépendant.

Le projet de l’armée a commencé dans la période d’après-guerre en Souabe, la région entourant Stuttgart, où Schnez, alors âgé de 40 ans, faisait le commerce du bois, des textiles et des articles ménagers et, à côté, organisait des soirées sociales pour les vétérans de la 25e division d’infanterie, dans laquelle il avait servi. Ils s’entraidaient, soutenaient les veuves et les orphelins de collègues et parlaient des temps anciens et nouveaux.

Craintes d’une attaque de l’Est

Mais leurs débats revenaient toujours à la même question : que faire si les Russes ou leurs alliés d’Europe de l’Est envahissaient ? L’Allemagne de l’Ouest était encore sans armée à l’époque, et les Américains avaient retiré beaucoup de leurs GI d’Europe en 1945.

Au début, le groupe de Schnez a envisagé de se laisser vaincre, puis de mener une guerre partisane derrière les lignes, avant de déménager quelque part en dehors de l’Allemagne. En cas d’attaque soudaine de l’Est, écrira plus tard un employé de l’Organisation Gehlen, Schnez voulait retirer ses troupes et les mettre en sécurité en dehors de l’Allemagne. Ils mèneraient alors la bataille pour libérer l’Allemagne de l’étranger.

Pour préparer une réponse à la menace potentielle, Schnez, le fils d’un fonctionnaire du gouvernement souabe, a cherché à fonder une armée. Même s’il violait la loi alliée – les organisations militaires ou « de type militaire » étaient interdites, et ceux qui enfreignaient les règles risquaient la prison à vie – il est rapidement devenu très populaire.

L’armée a commencé à prendre forme au plus tard en 1950. Schnez a recruté des dons d’hommes d’affaires et d’anciens officiers partageant les mêmes idées, a contacté des groupes d’anciens combattants d’autres divisions, a demandé aux sociétés de transport quels véhicules elles pouvaient fournir dans le pire des cas et a travaillé sur un plan d’urgence.

Anton Grasser, un ancien général d’infanterie qui était alors employé par la compagnie de Schnez, s’occupait des armes. En 1950, il a commencé sa carrière au ministère fédéral de l’Intérieur à Bonn, où il est devenu inspecteur général et a supervisé la coordination des unités tactiques de la police allemande dans les États allemands en cas de guerre. Il voulait utiliser leurs moyens pour équiper la troupe en cas d’urgence. Rien n’indique que le ministre de l’Intérieur de l’époque, Robert Lehr, ait été informé de ces plans.

Schnez voulait fonder une organisation d’unités composées d’anciens officiers, idéalement des états-majors entiers de divisions d’élite de la Wehrmacht, qui pourraient être rapidement déployées en cas d’attaque. Selon les listes contenues dans les documents, les hommes étaient tous employés : ils comprenaient des hommes d’affaires, des représentants des ventes, un marchand de charbon, un avocat pénaliste, un avocat, un instructeur technique et même un maire. Vraisemblablement, ils étaient tous anticommunistes et, dans certains cas, motivés par un désir d’aventure. Par exemple, les documents indiquent que le lieutenant-général à la retraite Hermann Hölter « ne se sentait pas heureux de travailler dans un bureau ».

La plupart des membres de la réserve secrète vivaient dans le sud de l’Allemagne. Un aperçu des documents montre que Rudolf von Bünau, un général d’infanterie à la retraite, a dirigé un « état-major de groupe » hors de Stuttgart. Il y avait d’autres sous-unités à Ulm (dirigées par le lieutenant-général à la retraite Hans Wagner), Heilbronn (lieutenant-général à la retraite Alfred Reinhardt), Karlsruhe (général de division à la retraite Werner Kampfhenkel), Fribourg (général de division à la retraite Wilhelm Nagel) et de nombreuses autres villes.

Les dossiers ont disparu

La liste de Schnez n’a pas été transmise, mais les documents indiquent qu’il a affirmé qu’elle comprenait 10 000 noms, suffisamment pour constituer le personnel de base de trois divisions. Pour des raisons de secret, il n’a intronisé que 2000 officiers. Pourtant, Schnez n’avait aucun doute que les autres les rejoindraient. Il ne semblait pas y avoir de pénurie de candidats pour les unités : après tout, il ne manquait pas d’hommes allemands ayant une expérience de la guerre.

Il restait à déterminer où ils pourraient déménager en cas d’urgence. Schnez a négocié avec des sites suisses, mais leurs réactions ont été « très modérées », les documents indiquent qu’il a ensuite planifié un éventuel déménagement en Espagne pour l’utiliser comme base à partir de laquelle se battre aux côtés des Américains.

Les contemporains ont décrit Schnez comme un organisateur énergique, mais aussi sûr de lui et distant. Il entretint des contacts avec la Ligue de la jeunesse allemande et son organisation spécialisée, le Technischer Dienst (Service technique), qui se préparaient à une guerre de partisans contre les Soviétiques. Les deux groupes, secrètement financés par les États-Unis, comprenaient d’anciens officiers nazis en tant que membres, et ont tous deux été interdits par le gouvernement fédéral ouest-allemand en 1953 en tant qu’organisations d’extrême droite. Schnez, semble-t-il, n’avait aucun scrupule à s’associer à d’anciens nazis.

Schnez a également maintenu un appareil de renseignement auto-décrit qui évaluait les candidats pour la « compagnie d’assurance », comme il appelait le projet, et déterminait s’ils avaient des qualités suspectes. Un criminel nommé K. a été décrit comme « intelligent, jeune et à moitié juif ».

Des documents américains consultés par SPIEGEL indiquent que Schnez a négocié avec l’ancien Obersturmbannführer SS Otto Skorzeny. L’officier SS est devenu un héros nazi pendant la Seconde Guerre mondiale après avoir mené à bien une mission pour libérer le dictateur italien déchu Benito Mussolini, qui avait été arrêté par le roi italien. L’ancien SS avait poursuivi des plans similaires à ceux de Schnez. En février 1951, les deux hommes ont convenu de « coopérer immédiatement dans la région de Souabe ». On ne sait toujours pas aujourd’hui ce qu’il est advenu précisément de cet accord.

dfgh

Otto Skorzeny

Dans sa recherche de financement pour une opération à plein temps, Schnez a demandé l’aide des services secrets ouest-allemands au cours de l’été 1951. Lors d’une réunion le 24 juillet 1951, Schnez offrit les services de son armée fantôme à Gehlen, le chef des services de renseignement, pour un « usage militaire » ou « simplement comme force potentielle », que ce soit pour un gouvernement allemand en exil ou les alliés occidentaux.

Une note dans les documents de l’Organisation Gehlen indique qu’il y avait « depuis longtemps des relations de nature amicale » entre Schnez et Reinhard Gehlen. Les documents indiquent également que les services secrets ont pris connaissance de la force clandestine pour la première fois au printemps 1951. L’organisation Gehlen a classé Schnez comme un « lien spécial » avec le nom de code peu attrayant « Schnepfe », allemand pour « snipe ».

Adenauer a-t-il hésité ?

Il est probable que l’enthousiasme de Gehlen pour l’offre de Schnez aurait été plus grand si elle était venue un an plus tôt, lorsque la guerre de Corée a éclaté. À l’époque, Bonn et Washington, capitales ouest-allemandes, avaient envisagé l’idée de « rassembler des membres d’anciennes divisions d’élite allemandes en cas de catastrophe, de les armer puis de les affecter aux troupes de défense alliées ».

En moins d’un an, la situation s’était quelque peu désamorcée et Adenauer s’était retiré de cette idée. Au lieu de cela, il a poussé pour que l’Allemagne de l’Ouest s’intègre plus profondément à l’Ouest et pour la création de la Bundeswehr. Le groupe illégal de Schnez avait le potentiel de menacer cette politique – si son existence était devenue de notoriété publique, elle aurait pu dégénérer en un scandale international.

Pourtant, Adenauer a décidé de ne pas prendre de mesures contre l’organisation de Schnez – ce qui soulève plusieurs questions: craignait-il un conflit avec des vétérans de la Wehrmacht et de la Waffen-SS ?

Il y avait des doutes au sein de l’Organisation Gehlen, en particulier autour de Skorzeny. Selon un autre document du BND consulté par SPIEGEL, un chef de division a soulevé la question de savoir s’il était possible pour l’organisation d’adopter une position agressive contre Skorzeny. L’homme de l’Organisation Gehlen a suggéré de consulter « les SS », ajoutant que les SS « sont un facteur et nous devrions sonder les opinions en détail avant de prendre une décision ». Apparemment, les réseaux d’anciens et d’anciens nazis exerçaient encore une influence considérable au cours des années 1950.

Il est également devenu clair en 1951 que des années s’écouleraient avant que la Bundeswehr puisse être créée. Du point de vue d’Adenauer, cela signifiait que, pour le moment, la loyauté de Schnez et de ses camarades devait être assurée pour le pire des scénarios. C’est probablement la raison pour laquelle Gehlen a été chargé par la Chancellerie « de s’occuper et de surveiller le groupe ».

dfgh

Konrad Adenauer

Il semble que Konrad Adenauer ait informé à la fois ses alliés américains ainsi que l’opposition politique du plan à l’époque. Les documents semblent indiquer que Carlo Schmid, à l’époque membre du comité exécutif national du SPD, était « dans la boucle ».

Peu de choses connues sur le démantèlement de l’armée

À partir de ce moment, le personnel de Gehlen a eu des contacts fréquents avec Shnez. Gehlen et Schnez ont également conclu un accord pour partager des renseignements provenant d’efforts d’espionnage. Schnez se vantait d’avoir un appareil de renseignement « particulièrement bien organisé ».

À partir de ce moment, l’Organisation Gehlen est devenue le destinataire de listes d’alerte comprenant les noms d’anciens soldats allemands qui se seraient comportés de manière « indigne » en tant que prisonniers de guerre soviétiques, l’insinuation étant que les hommes avaient fait défection pour soutenir l’Union soviétique. Dans d’autres cas, ils ont signalé « des personnes soupçonnées d’être communistes dans la région de Stuttgart ».

Mais Schnez n’a jamais été inondé de l’argent qu’il avait espéré. Gehlen ne lui permit de recevoir que de petites sommes, qui se tarissent à l’automne 1953. Deux ans plus tard, la Bundeswehr a prêté serment avec ses 101 premiers volontaires. Avec le réarmement de l’Allemagne de l’Ouest, la force de Schnez est devenue redondante.

On ne sait pas exactement quand l’armée secrète a été dissoute, car aucun problème n’a été fait à l’époque. Schnez est décédé en 2007 sans jamais rien dire publiquement sur ces événements. Ses dossiers sur la « Compagnie d’assurance » ont disparu. Ce que l’on sait provient en grande partie de documents relatifs à l’Organisation Gehlen qui ont fait leur chemin dans les archives classifiées de son successeur, le BND.

Il semble qu’ils aient été délibérément déposés là-bas sous le titre trompeur « assurances » dans l’espoir que personne ne trouverait jamais de raison de s’y intéresser.



Source link