• ven. Sep 30th, 2022

Monde25

le monde des informations alternatives

Les Marines donnent leur avis

ByVeritatis

Août 25, 2022


La propagande qui a déferlé sur l’Occident après l’invasion russe a été marquée par l’ignorance et la bêtise. Malheureusement, les médias-système français se sont signalés par la multiplication de narratifs les plus ineptes les uns que les autres et par le relais servile du récit produit par Volodymir zelensky. Le monde anglo-saxon, quoique fer de lance de la guerre qui oppose désormais l’Occident et le reste du monde a été moins ridicule. Mais chez nous, de soi-disant experts, souvent militaires retraités se sont déconsidérés puis déshonorés en multipliant les calembredaines, en général volontaires, histoire de servir les intérêts de l’OTAN avant ceux de leur pays.

Chez les Américains, on avait déjà deux intervenants qui savaient de quoi il parlait avec Scott Ritter et Robert MacGregor. Nous vous proposons aujourd’hui la traduction d’un article paru dans une revue officielle du corps des Marines américains et probablement rédigé sous pseudonyme par un haut gradé.

C’est autrement intéressant.

***

L’invasion russe de l’Ukraine

Maneuverist Paper n° 22 :

Partie II : Le domaine mental et moral

par Marinus.

Considérées comme des phénomènes purement physiques, les opérations menées par les forces terrestres russes en Ukraine en 2022 présentent une image déroutante. Dans le nord de l’Ukraine, les groupes tactiques des bataillons russes ont envahi une grande partie du territoire, mais n’ont pas tenté de transformer l’occupation temporaire en possession permanente. En effet, après avoir passé cinq semaines dans cette région, ils sont partis aussi rapidement qu’ils étaient arrivés. Dans le sud, l’entrée tout aussi rapide des forces terrestres russes a conduit à l’établissement de garnisons russes et à l’implantation d’institutions politiques, économiques et culturelles russes. Sur le troisième théâtre de la guerre, les mouvements rapides du type de ceux qui ont caractérisé les opérations russes sur les fronts nord et sud se sont rarement produits. Au lieu de cela, les formations russes dans l’est de l’Ukraine ont mené des assauts à l’artillerie intensive pour capturer des morceaux de terrain relativement petits. Une façon de faire la lumière sur cette énigme est de traiter les opérations russes sur chacun des trois fronts majeurs de la guerre comme une campagne distincte. Le fait de réaliser que chacune de ces campagnes suivait un modèle qui faisait partie du répertoire opérationnel russe depuis très longtemps apporte un éclairage supplémentaire. Toutefois, ce schéma n’explique pas pourquoi les dirigeants russes ont appliqué des modèles particuliers à des séries d’opérations particulières. Pour répondre à cette question, il faut examiner les objectifs mentaux et moraux de chacune de ces trois campagnes.

Raids dans le Nord

Les Marines américains utilisent depuis longtemps le terme « raid » pour décrire une entreprise dans laquelle une petite force se déplace rapidement vers un endroit particulier, accomplit une mission discrète et se retire aussi vite que possible. [Pour les soldats russes, cependant, le cousin linguistique de ce mot (reyd) a une signification quelque peu différente. Alors que le déplacement de l’équipe chargée d’un raid n’est rien de plus qu’un moyen d’atteindre des points particuliers sur la carte, le mouvement des forces, souvent plus importantes, chargées d’un reyd crée des effets opérationnels significatifs. En effet, en se déplaçant le long de diverses routes et chemins, elles déroutent les commandants ennemis, perturbent la logistique ennemie et privent les gouvernements ennemis de la légitimité qui découle du contrôle incontesté de leur propre territoire. De même, alors que chaque phase d’un raid américain actuel suit nécessairement un scénario détaillé, un reyd est une entreprise plus ouverte qui peut être ajustée pour exploiter de nouvelles opportunités, éviter de nouveaux dangers ou servir de nouveaux objectifs. Le terme reyd a fait son entrée dans le lexique militaire russe à la fin du XIXe siècle par des théoriciens qui ont noté les similitudes entre les opérations de cavalerie indépendante de la guerre de Sécession américaine et la pratique russe déjà bien établie consistant à envoyer des colonnes mobiles, souvent composées de cosaques, pour de longues excursions en territoire ennemi. Un exemple précoce de ces excursions est fourni par les exploits de la colonne dirigée par Alexander Chernyshev pendant les guerres napoléoniennes. En septembre 1813, cette force de quelque 2300 cavaliers et de deux canons légers de campagne a effectué un circuit de 400 miles à travers le territoire ennemi. Au point médian de cette audacieuse entreprise, cette colonne a occupé, pendant deux jours, la ville de Cassel, qui était alors la capitale d’un des États satellites de l’Empire français. La crainte d’une répétition de cet embarras convainc Napoléon de détacher deux corps d’armée pour tenir garnison à Dresde, alors siège du gouvernement d’une autre de ses dépendances. Par conséquent, lorsque Napoléon rencontra les forces combinées de ses ennemis à la bataille de Leipzig, sa Grande Armée, déjà en infériorité numérique, était beaucoup plus petite qu’elle ne l’aurait été autrement. En 2022, les nombreux bataillons et groupes tactiques qui ont pénétré profondément dans le nord de l’Ukraine au cours des premiers jours de l’invasion russe n’ont pas tenté de reconstituer l’occupation de Leipzig. Au contraire, ils ont contourné toutes les grandes villes sur leur chemin et, les rares fois où ils se sont retrouvés dans une petite ville, l’occupation a rarement duré plus de quelques heures. Néanmoins, les colonnes russes se déplaçant rapidement ont créé, à une échelle beaucoup plus grande, un effet similaire à celui qui a résulté du raid de Chernyshev en 1813. En effet, elles ont convaincu les Ukrainiens d’affaiblir leur principale armée de campagne, qui combattait alors dans la région du Donbass, pour renforcer les défenses de villes éloignées.

Occupation rapide dans le Sud

En termes de vitesse et de distance parcourue, les opérations russes dans la zone située entre la côte sud de l’Ukraine et le fleuve Dnipro ressemblaient aux raids menés dans le nord. Elles différaient, cependant, dans le traitement des villes. Alors que les colonnes russes de part et d’autre de Kiev évitaient les grandes zones urbaines chaque fois qu’elles le pouvaient, leurs homologues du sud prenaient possession en permanence de villes comparables. Dans certains cas, comme la manœuvre navire[1]objectif qui a commencé dans la mer d’Azov et s’est terminée à Melitopol, la conquête des villes a eu lieu au cours des premiers jours de l’invasion russe. Dans d’autres, comme la ville de Skadovsk, les Russes ont attendu plusieurs semaines avant de s’emparer de zones et d’engager les forces de défense locales qu’ils avaient ignorées lors de leur avancée initiale. Au lendemain de leur arrivée, les commandants russes qui ont pris en charge les zones urbaines du sud ont suivi la même politique que leurs homologues du nord. Ils ont permis aux représentants locaux de l’État ukrainien d’exercer leurs fonctions et, dans de nombreux cas, de continuer à arborer le drapeau de leur pays sur les bâtiments publics. Il n’a cependant pas fallu longtemps pour que des fonctionnaires russes prennent le contrôle du gouvernement local, remplacent les drapeaux sur les bâtiments et mettent en place le remplacement des institutions ukrainiennes, qu’il s’agisse de banques ou de compagnies de téléphonie mobile, par des institutions russes. Comme le modèle du reyd, le paradigme des campagnes combinant une occupation militaire rapide et une transformation politique en profondeur, faisait partie de la culture militaire russe depuis un certain temps. Ainsi, lorsqu’ils expliquaient le concept des opérations sur le front sud, les commandants russes étaient en mesure d’évoquer n’importe laquelle des nombreuses entreprises similaires menées par l’État soviétique au cours des quatre décennies qui ont suivi l’occupation soviétique de la Pologne orientale en 1939. (Il s’agit notamment de la conquête des pays d’Estonie, de Lettonie et de Lituanie en 1940, de la suppression des gouvernements réformistes en Hongrie et en Tchécoslovaquie pendant la guerre froide, et de l’invasion de l’Afghanistan en 1979). Alors que certaines formations russes au sud consolidaient le contrôle du territoire conquis, d’autres menaient des raids dans les environs de la ville de Mykolaiv. Comme leurs homologues plus importants sur le front nord, ceux-ci ont encouragé les dirigeants ukrainiens à consacrer à la défense des villes des forces qui auraient pu autrement être utilisées dans la lutte pour la région du Donbass. (Dans ce cas, les villes en question comprenaient les ports de Mykolaiv et d’Odessa). Dans le même temps, les raids dans la partie nord du front sud ont créé un vaste « no man’s land » entre les zones qui avaient été occupées par les forces russes et celles entièrement sous le contrôle du gouvernement ukrainien.

Stalingrad à l’Est

Les opérations russes dans le nord et le sud de l’Ukraine ont très peu utilisé l’artillerie de campagne. C’était en partie une question de logistique. (Qu’il s’agisse de raids dans le nord ou d’occupations rapides dans le sud, les colonnes russes n’avaient pas les moyens d’acheminer un grand nombre d’obus et de roquettes). L’absence de canonnades dans ces campagnes avait toutefois plus à voir avec les fins qu’avec les moyens. Dans le nord, la réticence des Russes à effectuer des bombardements découlait du désir d’éviter de se mettre à dos la population locale, dont la quasi-totalité, pour des raisons linguistiques et ethniques, avait tendance à soutenir l’État ukrainien. Dans le sud, la politique russe consistant à éviter l’utilisation de l’artillerie de campagne répondait à un objectif politique similaire, à savoir préserver la vie et les biens des communautés dans lesquelles de nombreuses personnes s’identifiaient comme « russes » et beaucoup d’autres avaient le russe comme langue maternelle. À l’est, cependant, les Russes ont mené des bombardements qui, en termes de durée et d’intensité, ont rivalisé avec les grands concours d’artillerie des guerres mondiales du vingtième siècle. Rendus possibles par des lignes d’approvisionnement courtes, sûres et extraordinairement redondantes, ces bombardements ont servi trois objectifs. Premièrement, ils ont confiné les troupes ukrainiennes dans leurs fortifications, les privant de la possibilité de faire autre chose que de rester sur place. Deuxièmement, ils ont infligé un grand nombre de pertes, qu’elles soient physiques ou dues aux effets psychologiques de l’emprisonnement, de l’impuissance et de la proximité d’un grand nombre d’explosions telluriques. Troisièmement, lorsqu’il était mené pendant une période suffisante, qui se mesurait souvent en semaines, le bombardement d’une fortification donnée entraînait invariablement le retrait de ses défenseurs ou leur reddition. On peut se faire une idée de l’ampleur des bombardements russes dans l’est de l’Ukraine en comparant la lutte pour la ville de Popasna (18 mars – 7 mai 2022) à la bataille d’Iwo Jima (19 février – 26 mars 1945.) À Iwo Jima, les Marines américains ont combattu pendant cinq semaines pour anéantir les défenseurs de huit miles carrés de terrain habilement fortifié. À Popasna, les artilleurs russes ont bombardé des systèmes de tranchées construits dans les crêtes et les ravins d’une zone comparable pendant huit semaines avant que les dirigeants ukrainiens ne décident de retirer leurs forces de la ville. La capture de biens immobiliers par l’artillerie a, à son tour, contribué à la création des encerclements que les Russes appellent « chaudrons » (kotly). Comme beaucoup d’éléments de la théorie militaire russe, ce concept repose sur une idée empruntée à la tradition allemande de la guerre de manœuvre : le « chaudron de bataille » (Schlachtkessel). Cependant, alors que les Allemands cherchaient à créer et à exploiter leurs chaudrons aussi rapidement que possible, les chaudrons russes pouvaient être soit rapides et surprenants, soit lents et apparemment inévitables. En effet, les offensives soviétiques réussies de la Seconde Guerre mondiale, comme celle qui a abouti à la destruction de la sixième armée allemande à Stalingrad, ont fait un usage intensif des deux types de chaudrons. L’absence de volonté de créer des marmites aussi rapidement que possible a libéré les Russes combattant dans l’est de l’Ukraine de la nécessité de tenir un terrain particulier. Ainsi, face à une attaque ukrainienne déterminée, les Russes ont souvent retiré leurs unités de chars et d’infanterie du terrain contesté. De cette manière, ils ont à la fois réduit le danger pour leurs propres troupes et créé des situations, même brèves, dans lesquelles les attaquants ukrainiens ont dû faire face aux obus et aux roquettes russes sans pouvoir s’abriter. En d’autres termes, les Russes considéraient ces « bombardements bis » non seulement comme une utilisation acceptable des munitions, mais aussi comme des occasions d’infliger des pertes supplémentaires tout en s’engageant dans une « consommation ostensible » de munitions d’artillerie. Au printemps 1917, les forces allemandes sur le front occidental ont utilisé des tactiques comparables pour créer des situations dans lesquelles les troupes françaises avançant sur les pentes arrière des crêtes récemment capturées étaient prises à découvert par le feu de l’artillerie de campagne et des mitrailleuses. L’effet de cette expérience sur le moral des Français était tel que les fantassins de cinquante divisions françaises se sont livrés à des actes d’ »indiscipline collective », dont la devise était « nous tiendrons, mais nous refusons d’attaquer ». (En mai 2022, plusieurs vidéos sont apparues sur Internet dans lesquelles des personnes prétendant être des soldats ukrainiens combattant dans la région du Donbass expliquaient que, tout en étant prêts à défendre leurs positions, ils avaient résolu de désobéir à tout ordre leur demandant d’avancer).

Résoudre le paradoxe

Aux premiers jours du débat sur la guerre de manœuvre, les manœuvriers ont souvent présenté leur philosophie préférée comme l’opposé logique de la « guerre de puissance de feu/attrition ». En effet, en 2013 encore, les auteurs anonymes des « Lettres attritionnistes » utilisaient cette dichotomie comme cadre pour leur critique des pratiques en désaccord avec l’esprit de la guerre de manœuvre. Dans les campagnes russes en Ukraine, cependant, un ensemble d’opérations faites principalement de mouvements complétait un ensemble composé principalement de canonnades. Une façon de résoudre ce paradoxe apparent est de caractériser les raids des cinq premières semaines de la guerre comme une grande tromperie qui, tout en n’entraînant que peu de destructions directes, a rendu possible l’attrition ultérieure des forces armées ukrainiennes. En particulier, la menace posée par les raids a retardé le mouvement des forces ukrainiennes sur le théâtre principal de la guerre jusqu’à ce que les Russes aient déployé les unités d’artillerie, sécurisé le réseau de transport et accumulé les stocks de munitions nécessaires pour mener une longue série de grands bombardements. Ce retard a également permis de s’assurer que, lorsque les Ukrainiens ont déployé des formations supplémentaires dans la région du Donbass, le mouvement de ces forces, et les fournitures nécessaires pour les soutenir, ont été rendus beaucoup plus difficiles par la destruction du réseau ferroviaire ukrainien par des missiles guidés à longue portée. En d’autres termes, les Russes ont mené une brève campagne de manœuvre dans le nord afin de préparer le terrain pour une campagne d’attrition plus longue et, en fin de compte, plus importante dans l’est. Le contraste frappant entre les types de guerre menés par les forces russes dans différentes parties de l’Ukraine a renforcé le message au cœur des opérations d’information russes. Dès le début, la propagande russe a insisté sur le fait que l’« opération militaire spéciale » en Ukraine avait trois objectifs : la protection des deux proto-États pro-russes, la « démilitarisation » et la « dénazification ». Ces trois objectifs nécessitaient tous d’infliger de lourdes pertes aux formations ukrainiennes combattant dans le Donbass. Aucun, cependant, ne dépendait de l’occupation de parties de l’Ukraine où la grande majorité de la population parlait la langue ukrainienne, embrassait une identité ethnique ukrainienne et soutenait l’État ukrainien. En effet, l’occupation durable de ces endroits par les forces russes aurait appuyé la proposition selon laquelle la Russie tentait de conquérir toute l’Ukraine. La campagne russe dans le sud a servi des objectifs politiques directs. C’est-à-dire qu’elle a servi à incorporer des territoires habités par un grand nombre de Russes ethniques dans le « monde russe ». Dans le même temps, l’occupation rapide de villes comme Kherson et Melitopol a renforcé le pouvoir de tromperie des opérations menées dans le nord en suggérant la possibilité que les colonnes situées de part et d’autre de Kiev tentent de faire de même avec des villes comme Tchernihiv et Zhytomyr. De même, les raids menés au nord de Kherson laissaient entrevoir la possibilité que les Russes tentent d’occuper d’autres villes, dont la plus importante était Odessa.

Missiles guidés

Le programme russe de frappes par missiles guidés, mené parallèlement aux trois campagnes terrestres, a créé un certain nombre d’effets moraux favorables à l’effort de guerre russe. Le plus important d’entre eux résultait de l’évitement des dommages collatéraux qui résultaient, non seulement de l’extraordinaire précision des armes utilisées, mais aussi du choix judicieux des cibles. Ainsi, les ennemis de la Russie ont eu du mal à qualifier les frappes contre les dépôts de carburant et de munitions, qui étaient nécessairement situés à une certaine distance des lieux de vie et de travail des civils, comme autre chose que des attaques contre des installations militaires. De même, l’effort russe pour perturber le trafic sur le réseau ferroviaire ukrainien aurait pu inclure des attaques contre les centrales électriques qui fournissent de l’électricité aux communautés civiles et aux trains. De telles attaques auraient toutefois entraîné de nombreuses pertes en vies humaines parmi les personnes travaillant dans ces centrales, ainsi qu’une grande souffrance dans les endroits privés d’électricité. Au lieu de cela, les Russes ont choisi de diriger leurs missiles vers les sous-stations de traction, les transformateurs situés à distance qui convertissent l’électricité du réseau général en formes utilisées pour faire avancer les trains. Il est cependant arrivé que des frappes de missiles contre des installations « à double usage » donnent l’impression que les Russes avaient en fait visé des installations purement civiles. L’exemple le plus flagrant d’une telle erreur est l’attaque, menée le 1er mars 2022, contre la principale tour de télévision de Kiev. Qu’il y ait eu ou non une part de vérité dans l’affirmation russe selon laquelle la tour avait été utilisée à des fins militaires, l’attaque d’une structure emblématique qui avait longtemps été associée à un objectif purement civil a fortement réduit les avantages obtenus par la politique russe globale consistant à limiter les frappes de missiles à des cibles militaires évidentes.

Le défi

Les trois campagnes terrestres menées par les Russes en Ukraine en 2022 devaient beaucoup aux modèles traditionnels. Dans le même temps, le programme de frappes de missiles a exploité une capacité qui n’était rien moins que révolutionnaire. Qu’ils soient nouveaux ou anciens, ces efforts ont été menés d’une manière qui démontre une profonde appréciation des trois domaines dans lesquels les guerres sont menées. En d’autres termes, les Russes ont rarement oublié qu’en plus d’être une lutte physique, la guerre est à la fois un concours mental et un argument moral. L’invasion russe de l’Ukraine pourrait marquer le début d’une nouvelle guerre froide, une « longue lutte crépusculaire » comparable à celle qui s’est achevée avec l’effondrement de l’Empire soviétique il y a plus de trois décennies. Si tel est le cas, nous serons confrontés à un adversaire qui, tout en tirant beaucoup de valeur de la tradition militaire soviétique, s’est libéré à la fois de la brutalité inhérente à l’héritage de Lénine et des œillères imposées par le marxisme. Ce qui serait encore pire, c’est que nous pourrions nous retrouver à combattre des disciples de John R. Boyd

source : Vu du Droit



Source link