• dim. Sep 25th, 2022

Monde25

le monde des informations alternatives

En Argentine, des pastilles noires pour signaler les “mauvais” aliments

ByVeritatis

Août 26, 2022


Plus que le NutriScore, les pastilles noires ! Le samedi 20 août 2022, l’Argentine a fait entrer en vigueur une loi pour mieux informer les consommateurs quant à la qualité nutritionnelle des aliments qu’ils achètent. L’idée est simple : les “mauvais” produits se verront habillés d’une imposante pastille noire en forme d’octogone, directement sur leur emballage.

Combattre l’obésité et changer les habitudes

En Argentine, 66 % des 45 millions d’habitants sont en surpoids, 32 % sont obèses et 42 % souffrent d’hypertension artérielle. La nouvelle loi vise donc à changer profondément les habitudes des consommateurs, qui mettent leur santé en danger en consommant de plus en plus d’aliments ultra-transformés, à teneur élevée en sucre, en graisse ou en sel.

Sur les produits à éviter, un ou plusieurs octogones noirs seront apposés, chacun avec une mention particulière : « excès de sucres », « excès de graisses totales », « excès de graisses saturées », « excès de calories » ou « excès de sodium ». Les fabricants sont également tenus de signaler la présence d’édulcorants et de caféine dans les aliments et les boissons visés par la loi. Dans le premier cas, une légende doit être insérée avec un tampon rectangulaire indiquant qu’il s’agit d’un produit « déconseillé aux enfants ». Et s’il contient de la caféine, il devra indiquer : « à éviter chez les enfants ».

Certains produits comme le sucre commun, les huiles végétales, les noix et le sel de table commun seront exemptés du port du label. Selon une étude ShopApp, deux consommateurs argentins sur trois déclarent qu’ils sont prêts à changer leurs habitudes en tenant compte de cette labellisation.

Un combat de longue haleine…

Selon les dispositions de la loi, elle commencera d’abord à s’appliquer aux grands industriels, puis ce sera au tour des PME du secteur agro-alimentaire, en février 2023. La marchandise non labellisée déjà fabriquée, qui se trouve dans les entrepôts des entreprises fournisseurs et dans les centres de distribution des supermarchés, continuera à être vendue jusqu’à épuisement des stocks. Les principales entreprises du secteur ont demandé, néanmoins, un délai au ministère de la Santé, pour commencer à ajouter les pastilles noires seulement à partir de l’année prochaine. L’objectif est évidemment de gagner du temps pour adapter la formule de certains aliments.

… aux résultats sont équivoques

Selon le journal argentin La Nacion, l’une des premières entreprises à vendre les produits avec les nouvelles étiquettes sera Coca-Cola. Alors que cela pourrait être vu comme une bonne nouvelle, cela indique aussi que l’entreprise, qui a déjà vécu ces mesures dans d’autres pays, n’a pas vu d’inconvénient à changer ses emballages. D’un autre côté, cela signifie que l’entreprise n’envisage pas, à court terme en tout cas, de changer les ingrédients de ses boissons.

Cela étant, selon un reportage d’IPS Noticias, le Chili, qui a été le premier pays d’Amérique latine à imposer un tel label en 2016, a observé de bons résultats trois ans plus tard : la consommation de boissons sucrées a été réduite de 25 %. Le Pérou a été le deuxième pays à suivre cette démarche, et une étude des habitudes indique que 37 % des habitants de la capitale Lima ont cessé de consommer des produits estampillés des octogones noirs.





Source link