• ven. Sep 30th, 2022

Monde25

le monde des informations alternatives

L’UE amorce le début de la retraite – Les moutons enragés

ByVeritatis

Août 26, 2022


Par Alastair Crooke pour Al Mayadeen via Le Saker Francophone

L’UE a commencé à battre en retraite : elle a pris les premières mesures pour démanteler les sanctions énergétiques et alimentaires imposées à la Russie. D’autres mesures suivront-elles ? Ou l’axe pan-occidental et russophobe va-t-il riposter avec plus de bellicisme ? Rien n’est encore joué, mais si le retrait se poursuit et que l’accord séparé sur les exportations de céréales de l’Ukraine est maintenu, ce sera une bonne nouvelle pour la région.

La question la plus importante est de savoir si, même en cas de retrait plus important de l’UE, cela fera une différence dans le paradigme économique général. Malheureusement, la réponse est très probablement négative.

Le septième train de sanctions de l’UE à l’encontre de la Russie, tout en se présentant ostensiblement comme un renforcement des sanctions (ce qu’il est pour certaines importations d’or dans l’UE qui n’ont pas de réel impact sur la Russie) – et avec une petite extension de la liste des articles contrôlés (principalement technologiques) – le train de mesures représente, en réalité, un recul dissimulé.

En effet, si l’on creuse un peu plus, le paquet allège considérablement les sanctions dans des domaines clés. Tout d’abord, le paquet « clarifie » les mesures relatives à l’aviation (Commentaire : bien que formulé de manière opaque, ce passage semble autoriser discrètement l’exportation de pièces détachées d’Airbus vers les flottes aériennes russes). Le paquet indique que pour éviter toute conséquence négative sur la sécurité alimentaire et énergétique dans le monde, et par souci de clarté, l’UE étend l’exemption au transport de produits agricoles, aux exportations de produits (alimentaires) et d’engrais et au transport de pétrole de la Russie vers des pays tiers. En outre, elle exempte les achats par des tiers de produits pharmaceutiques et médicaux en provenance de Russie.

L’UE aime à affirmer que ses sanctions n’ont jamais inclus les denrées alimentaires et les engrais, et que l’idée qu’elles le fassent est de la propagande. Son argument est toutefois fallacieux. La formulation juridique des sanctions de l’UE était si ouverte, si opaque, qu’il n’était pas évident de comprendre si elles s’appliquaient ou non à ces produits. Les sociétés commerciales craignaient, à juste titre, les amendes rétroactives pour violation des sanctions. Elles ont fait l’amère expérience du refus du Trésor américain de dire explicitement ce qui était autorisé et ce qui ne l’était pas et, dans le cas de l’Iran, des amendes monstrueuses ont frappé les banques européennes.

Le caractère explicite est important : les denrées alimentaires, les produits agricoles et les engrais transportés vers des pays tiers sont exemptés de sanctions. Des États comme l’Égypte peuvent désormais importer du blé d’Ukraine, de Russie et effectivement du Belarus aussi (puisque ce pays forme désormais un marché unique avec la Russie).

De même, le transport de pétrole russe vers des pays tiers comme la Chine, l’Inde, l’Iran et l’Arabie saoudite est désormais explicitement exempté.

Voici un autre manque de sincérité, pour ne pas dire une hypocrisie, implicite dans cette exemption. Depuis le début, l’UE n’a cessé de signaler qu’elle interdirait les ventes d’énergie russe à l’UE et que la perte de revenus qui en résulterait pour la Russie affamerait et paralyserait l’effort de guerre de Moscou en Ukraine.

Tout d’abord, la Russie a insisté pour que son gaz soit payé en roubles. L’UE a dit « non », puis a cédé. Ensuite, l’UE a ciblé le pétrole russe, et le G7 a vanté les mérites d’un « plafonnement » des prix du pétrole. Mais des pays comme la Chine et l’Inde ont dit « non » . Et maintenant, l’UE a cédé sur le transport du pétrole russe par des tiers. (Les propriétaires de pétroliers grecs et chypriotes avaient déjà fait pression sur leurs gouvernements pour qu’ils insistent sur une exemption antérieure, pour eux).

Que se passe-t-il ? Le marché pétrolier a été volatil récemment, les États-Unis ayant tenté de manipuler le « marché papier » (qui est bien plus important que le marché physique), afin de provoquer une baisse des prix des indices Bent et WTI. Une fois encore, l’objectif était de nuire à la Russie et de faciliter le « plafond pétrolier » de Yellen en rapprochant les prix des 60 dollars le baril sur lesquels Yellen fonde ses espoirs de plafonnement.

Cela n’a pas fonctionné, et il semble que la Maison Blanche souhaite simplement que les prix du pétrole baissent, point final. Même le faucon Victoria Nuland a déclaré vendredi que les États-Unis et leurs alliés ont besoin que les approvisionnements en pétrole russe entrent sur les marchés mondiaux afin d’éviter que le coût de cette ressource recommence à augmenter : « Nous avons besoin de voir la présence du pétrole russe sur le marché mondial, sinon la pénurie de pétrole entraînera une nouvelle hausse des prix. »

Le réalisme s’installe ! Poutine réalise toutes ses exigences clés en ce qui concerne la crise alimentaire et aujourd’hui, il vend même un volume de pétrole légèrement supérieur.

Le prix du pétrole va en effet fluctuer. Il réagira toutefois davantage aux effets de la profondeur de la récession à venir qu’aux manipulations du marché et aux efforts de Yellen pour plafonner les prix. L’establishment occidental essaie toujours de s’adapter à la nouvelle réalité : les matières premières sont considérées comme ayant une valeur innée, alors que les monnaies fiduciaires comme le dollar n’en ont pas. La nouvelle ère des matières premières représente un changement psychologique global vers la valeur intrinsèque, à une époque d’inflation croissante.

Et où ira ce transit de pétrole russe « désormais exempté » ? En grande partie vers l’UE. C’est là que le manque de sincérité devient évident : l’Inde achète du pétrole russe, le fait transiter par ses raffineries et vend des « produits raffinés indiens » où ? Eh bien, en UE. Idem pour les autres cargaisons. Idem pour l’Arabie saoudite. Les connaissements de ces navires ne mentionneront pas la Russie lorsqu’ils arriveront à leur destination européenne.

En bref, l’UE facilite discrètement le contournement de son propre régime de sanctions, qu’elle a proclamé « écrasant » .

Ce petit pas en arrière pourrait-il toutefois faire tomber le vent de la voile gonflée de la crise économique ? Non. Il y a deux sources principales d’inflation. Il y a le côté de l’offre et le côté de la demande. L’une comme l’autre peuvent être à l’origine de l’inflation, mais elles sont très, très différentes en termes de fonctionnement.

L’offre, comme son nom l’indique, provient des intrants. L’offre n’est tout simplement pas là. Les prix agricoles augmentent parce que les prix des engrais augmentent, en partie à cause de la guerre en Ukraine. Les prix du pétrole augmentent parce qu’il y a une pénurie mondiale et que les chaînes d’approvisionnement sont perturbées.

Que peut donc faire la BCE à ce sujet ? Rien. Est-ce que la BCE fore le sol à la recherche de pétrole ? La BCE exploite-t-elle une ferme ? La BCE conduit-elle un camion ? La BCE pilote-t-elle un cargo à travers le Pacifique ou charge-t-elle des marchandises dans le port de Los Angeles ?

Non, les banquiers centraux ne font rien de tout cela, et ils ne peuvent donc pas résoudre cette partie du problème. Le relèvement des taux d’intérêt n’a aucun impact sur les pénuries d’approvisionnement que nous observons. Et c’est dans cette direction que souffle l’inflation qui est le moteur de la récession européenne.

Alastair Crooke

Traduit par Zineb, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.



Source link