• ven. Sep 30th, 2022

Monde25

le monde des informations alternatives

Rien de tel qu’une bonne guerre pour mettre en place une vraie sobriété énergétique ! – Les moutons enragés

ByVeritatis

Août 28, 2022


Par H16

La rentrée approche à pas cadencés (certains diraient même avec des bruits de bottes) et tout l’Exécutif français s’y prépare aussi finement et intelligemment que pour les précédentes phases du nouveau quinquennat d’Emmanuel Macron : oui, bien sûr, quelques petits nuages s’amoncellent à l’horizon mais qui peut douter qu’avec une telle brochette de clowns cadors, la France surmontera les petits obstacles que l’actualité mettra sur son chemin ?

C’est donc l’esprit rafraîchi après deux semaines passées à relire les grands philosophes, à s’imprégner des plus grandes figures de l’Histoire de France, à réfléchir intensément aux tendances profondes de la société française (le karting doit-il être autorisé pour les hommes enceints en prison ?) qu’Emmanuel Macron aborde la prochaine rentrée avec détermination, bien décidé qu’il est à propulser le pays dans un nouveau fossé défi.

Et l’intense réflexion n’aura pas été inutile puisqu’elle permet d’ores et déjà pour l’Exécutif d’espérer une « rentrée sereine » comme l’explique sans rire un article d’une officine de propagande officielle.

Comme d’autres paris avant lui, celui qui consiste à imaginer une rentrée ordonnée est assez couillu et un petit tableau de la situation actuelle suffit pour s’en convaincre : l’inflation n’est pas exactement maîtrisée ; l’été aura permis une démonstration assez inquiétante des capacités d’intervention de nos services publics dans différents domaines d’urgence ; tout indique que l’hiver qui vient ne sera pas exactement placé sous le signe des économies et des prix modérés de l’énergie ; enfin, tant le climat politique intérieur qu’extérieur n’incitent guère à un optimisme débordant : les choses ne se déroulent pas exactement comme prévu.

Heureusement, le chef de l’État et son gouvernement ont une solution : « La rentrée sera très verte ». Autrement dit, tous les efforts des ministres, de l’administration française et de l’ensemble des forces vives du pays vont devoir se tourner vers une écologie totale, pervasive et inclusive. Parce que même si cela n’a jamais été le projet de personne, ni dans les programmes, ni dans les votes, il semble que cela soit devenu aussi indispensable que l’hystérie covidiste disparaissait, et d’autant plus à mesure que des problèmes énergétiques graves apparaissaient dans le pays.

Il faut dire que Macron et son gouvernement ont joué de malchance.

Après avoir distribué de l’argent comme jamais, une inflation galopante est malencontreusement apparue. Pas de bol.

Avec cette inflation et les ruptures massives de chaînes logistiques déclenchées par les intelligentes décisions de confinements partout dans le monde, les prix des énergies fossiles ont explosé à la hausse. Pas de bol.

Pour aider à lutter contre le vilain méchant dioxyde de carbone, la France a choisi, comme l’Allemagne, de se départir de ses centrales nucléaires qui marchaient pourtant fort bien. Pas de bol.

Depuis plusieurs années, l’Union européenne a choisi la dépendance énergétique quasi-complète envers l’étranger, à commencer par la Russie. Malheureusement, le conflit qui a éclaté en Ukraine rend la situation complexe. Pas de bol. Suite à ce conflit, l’Union européenne, France en tête, décide d’interdire les importations d’hydrocarbures russes. Pas de bol.

Comme le pouvoir d’achat des Français s’effondre, le gouvernement choisit de pousser au remplacement des voitures thermiques par des voitures électriques à l’autonomie inférieure et beaucoup plus coûteuses à produire, au moment où l’électricité n’a jamais été aussi chère. Pas de bol.

Pour aider notre secteur aéronautique (l’un des quelques uns à exporter et rapporter gros), le gouvernement envisage maintenant d’interdire les jets privés au motif qu’ils ne sont pas électriques polluent, ce qui devrait aboutir à de succulentes pertes d’emplois. Pas de bol.

Bref, on comprend que même doté de son très gros cerveau et d’un gouvernement d’experts affûtés dans les plus âpres combats, le pauvre Emmanuel Macron ne pouvait pas lutter contre cet enchaînement aussi fortuit que complètement imprévisible de circonstances malheureuses. Vraiment, pas de bol !

Mais rassurez-vous : moyennant une campagne de communication efficace, tout ceci passera comme une lettre à la Poste (quand elle n’est pas en grève, que le courrier n’a pas été perdu ou volé et que l’avis de passage n’a pas été oublié).

Tout juste suffira-t-il d’expliquer qu’il n’y aura aucune pénurie ni coupures : on parlera de distribution calibrée, de transition douce et de sobriété énergétique. Grâce à une habile distribution de tickets de rationnements chèques carburant et autres facilités de caisse, grâce à des idées aussi nombreuses que clairement définies, on va habituer le Français à sa nouvelle misère frugalité.

Et surtout, surtout, soyez assurés qu’Emmanuel Macron fera tout pour que vous assumiez sereinement ses erreurs politiques, ses choix débiles et ses idées stupides qu’il enfile depuis plusieurs années. D’ailleurs, il ne s’en est même pas caché : pour les Français, ce sera bel et bien la « fin de l’abondance », ce qui donne une bonne idée du grand vide qui les attend alors que l’essentiel manque déjà. En revanche, ne vous attendez pas à la fin de l’abondance pour nos gouvernants et les petits protégés de la République : ils sauront en effet faire en sorte que leurs dépenses énergétiques, leurs fastes et leur luxe soient carbono-compensés mille fois par vos impôts, vos taxes, vos restrictions, vos vexations diverses.

Ce sera facile, et l’excuse est déjà toute trouvée : on ne devra avoir « aucune faiblesse », ♫ on va devoir payer ♬ le « prix de la liberté » ♪ tsoin tsoin ♩ et s’il faut une bonne guerre, alors qu’il en soit ainsi. Rien de tel qu’une effusion de sang Gaïa-compatible, avec des explosifs carbono-compensés et des armes électriques neutres (et inclusives) pour faire oublier les errements politiques consternants de ces dernières décennies, les choix calamiteux empilés pour des raisons électoralistes et les discours démagogiques dégoulinants d’idioties écologiques.

« Du sublime au ridicule, il n’y a qu’un pas » disait Napoléon. Depuis les 30 glorieuses, la France ne s’est pas contentée d’un pas : elle a fait un véritable marathon et avec Macron, elle passe maintenant au sprint.

H16

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.





Source link