• ven. Sep 30th, 2022

Monde25

le monde des informations alternatives

La marine britannique révèle accidentellement des données sur ses forces nucléaires


https://fr.sputniknews.africa/20220830/la-marine-britannique-revele-accidentellement-des-donnees-sur-ses-forces-nucleaires-1056016281.html

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

2022

Sputnik Afrique

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

Actus

fr_FR

Sputnik Afrique

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

https://cdnnfr1.img.sputniknews.com/img/103002/32/1030023219_240:0:4016:2832_1920x0_80_0_0_10b9cadd5bdd1651c3cdfd3bee62669a.jpg

Sputnik Afrique

[email protected]

+74956456601

MIA „Rosiya Segodnya“

international, royaume-uni, royal navy (royaume-uni), secret-défense, sous-marin nucléaire, fitness

international, royaume-uni, royal navy (royaume-uni), secret-défense, sous-marin nucléaire, fitness

La Royal Navy britannique a gaffé en révélant des informations sur ses forces nucléaires via une application sportive. Ce n’est pas la première que cette application livre d’importants secrets.

Des officiers de la Royal Navy britannique ont accidentellement divulgué des informations sur des sous-marins de la base de Faslane, relate le Times. Les officiers ont ainsi révélé leur nom, leur adresse et l’heure à laquelle ils servaient à bord de leur bâtiment, via la célèbre application de sport Strava.
Des informations sensibles, puisque Faslane est connu pour abriter une partie de la force nucléaire britannique, en particulier les fameux missiles mer-sol Trident. Des officiers semblent même avoir publié sur les réseaux sociaux des traces GPS de leur course à bord des navires.

Une application à risques?

Ce n’est pas la première fois que l’application Strava fait parler d’elle. En 2018, une carte globale des utilisateurs avaient ainsi été révélée au grand public, recensant toutes les données GPS téléchargées sur l’application, lors de courses à pied par exemple. On avait alors découvert que des militaires américains avaient activé le GPS sur des sites sensibles en Afghanistan, en Syrie ou à Djibouti.

Le Pentagone avait fini par sévir, interdisant aux militaires les accessoires sportifs équipés d’un GPS, comme les montres connectées ou les bracelets de suivi de fitness. Les restrictions ne s’appliquent néanmoins qu’au cours des missions ou sur des zones d’opérations confidentielles.





Source link