• jeu. Sep 29th, 2022

Monde25

le monde des informations alternatives

Le Costa Rica, exemple en matière de reforestation

ByVeritatis

Août 31, 2022


Partout dans le monde, le dérèglement climatique pousse les États à centrer leurs efforts sur la sauvegarde de l’environnement. Dans cette optique, le Costa Rica montre la voie. En 2019, le pays a adopté un plan promettant de montrer au monde à quoi pourrait ressembler un avenir sans carbone, grâce à la reforestation. Un engagement qui ne date pas d’hier.

Un exemple de reforestation pour les pays tropicaux

Aujourd’hui, près de 60 % du territoire du Costa Rica est redevenu forestier. Pourtant, la tâche est particulièrement complexe pour ce pays tropical qui, dans les années 1940, était recouvert à 75 % de son territoire par des forêts tropicales. Selon un reportage de CNN datant de 1987, la moitié du couvert forestier a été détruit cette même année.

Depuis 1996, le Costa Rica a rendu illégal l’abattage de forêts sans l’approbation des autorités. Cette activité est destinée à faire pousser des cultures et élever du bétail. Et en 1997, le gouvernement a introduit un dispositif permettant de payer les agriculteurs pour protéger les bassins versants, conserver la biodiversité ou capturer le dioxyde de carbone. Ce revirement politique majeur du pays contraste fortement avec le reste des tropiques, où les taux de déforestation montent en flèche. 

Payer les agriculteurs pour la reforestation

Pour Carlos Manuel Rodríguez, ministre de l’Environnement et de l’Énergie du Costa Rica, compenser économiquement les agriculteurs pour protéger l’environnement est sans doute l’option la plus efficace. Stewart Maginnis, directeur mondial du groupe des solutions basées sur la nature à l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), a toutefois déclaré à CNN que l’exemple de ce pays est difficilement reproductible ailleurs. Rares sont les pays à être forts d’une politique environnementale ancienne, cohérente et homogène comme le Costa Rica. Là-bas, la reforestation répond à une combinaison de volonté politique, de passion environnementale et de tourisme, ce qui a permis au pays de devenir un pionnier du reboisement.





Source link