• mar. Sep 27th, 2022

Monde25

le monde des informations alternatives

La chasse aux oligarques russes est ouverte, par Ibrahim Warde (Le Monde diplomatique, septembre 2022)

ByVeritatis

Sep 2, 2022


Des fortunes construites sur les décombres de l’Union soviétique

Premiers bénéficiaires de la libéralisation économique entreprise par la Russie au tournant des années 1990, les oligarques connaissent des fortunes diverses à l’heure des sanctions. Accusée par les puissances occidentales de proximité avec M. Vladimir Poutine ou par Moscou de verser dans la traîtrise, cette caste de nantis ne jouit plus de la tolérance dont elle a longtemps profité à l’Ouest.

JPEG - 354.5 ko

Kirill Cheluchkin. – « La Première Neige. Tempête », 2012

Si l’on en croit la liste publiée chaque année par le magazine américain Forbes, la Russie compte à elle seule 83 milliardaires en dollars américains en 2022, en baisse par rapport à l’année précédente, lorsque leur nombre s’élevait à 117. En un an, les oligarques auraient ainsi perdu en moyenne 27 % de leur fortune. Les sanctions draconiennes imposées par les Occidentaux le 24 février, à la suite de l’invasion russe en Ukraine, commencent à produire leurs effets, qui viennent s’ajouter aux difficultés liées à la guerre elle-même. Mais, toujours selon les estimations de Forbes, si vingt-cinq milliardaires russes ont été sanctionnés par les États-Unis, le Royaume-Uni ou l’Union européenne, pas moins de cinquante autres n’ont pas, ou pas encore, été inquiétés.

Le 1er mars, lors de son discours sur l’état de l’Union, le président Joseph Biden avait annoncé la création par le département de la justice de son pays d’un « groupe de travail spécialement chargé des poursuites à l’encontre des crimes des oligarques russes ». Sous les applaudissements des élus américains, il lançait cet avertissement à l’adresse des milliardaires qui soutiennent M. Vladimir Poutine : « Nous nous associons à nos alliés européens pour trouver et saisir vos yachts, vos appartements de luxe, vos jets privés. Nous allons cibler vos biens mal acquis. » Or la mise en place des sanctions est semée d’embûches, comme le montre le cas de M. Roman Abramovitch, propriétaire jusqu’en juin dernier du club de football de Chelsea, et à ce titre l’oligarque le plus célèbre du monde. Ce dernier a été placé sous sanctions dans l’Union européenne et au Royaume-Uni, mais pas aux États-Unis. C’est en effet le président ukrainien Volodymyr Zelensky lui-même qui a demandé qu’il soit pour le moment épargné compte tenu de son rôle de médiateur entre la Russie et l’Ukraine.

Des inégalités aux dimensions grotesques

Monsieur Abramovitch, qui possède les nationalités russe, israélienne et portugaise, est bien conscient (…)

Taille de l’article complet : 3 750 mots.

Cet article est réservé aux abonnés

Lycées, bibliothèques, administrations, entreprises,
accédez à la base de données en ligne de tous les articles du Monde diplomatique de 1954 à nos jours.
Retrouvez cette offre spécifique.



Source link