• ven. Sep 30th, 2022

Monde25

le monde des informations alternatives

Les guerres américaines prennent une tournure de division — Enfant de la Société — Sott.net

ByVeritatis

Sep 2, 2022


soldats allemands

Avant que Poutine ne relâche la pression sur les nations de l’UE, il est encore probable qu’il insiste pour que l’influence américaine se retire de l’Europe occidentale.

C’est le mois d’août, jour de l’indépendance de l’Ukraine, et l’anniversaire, aussi, du désastreux retrait de Biden de Kaboul. Washington ne sait que trop bien que ces images douloureuses (des Afghans s’accrochant au train d’atterrissage d’avions Hercules) sont sur le point d’être rejouées, à l’approche des élections de novembre.

Car les événements en Ukraine se déroulent mal pour Washington – alors que le rouleau compresseur lent et calibré des tirs d’artillerie russes déchiquette l’armée ukrainienne. L’Ukraine a été notablement incapable de renforcer les positions assiégées, ou de contre-attaquer et de tenir les territoires reconquis. L’Ukraine a utilisé des HIMARS, de l’artillerie et des drones pour frapper certains dépôts de munitions russes, mais il s’agit pour l’instant d’incidents isolés, qui sont davantage des « jeux » médiatiques que des changements dans l’équilibre stratégique de la guerre.

Alors, changeons le « récit » : Au cours de la semaine dernière, le Washington Post s’est employé à élaborer un nouveau récit. En gros, le changement est assez simple : Les services de renseignement américains se sont peut-être trompés de façon désastreuse par le passé, mais ils ont « visé juste » cette fois-ci. Ils ont averti du projet d’invasion de Poutine. Ils connaissaient les plans détaillés des militaires russes.

Premier changement : L’équipe Biden a averti Zelensky plusieurs fois, mais l’homme a obstinément refusé d’écouter. Par conséquent, lorsque l’invasion a surpris Zelensky, les Ukrainiens dans leur ensemble étaient désespérément mal préparés. Message : « C’est la faute de Zelensky ».

Ne parlons pas de l’omission flagrante, dans ce récit, de huit années de préparation par l’OTAN d’une méga-attaque sur le Donbass qui ne pouvait qu’entraîner une riposte russe. Pas besoin d’une boule de cristal pour le savoir. Les structures militaires russes se trouvaient depuis des mois à quelque 70 km de la frontière ukrainienne.

Deuxième mouvement : l’armée ukrainienne « prend le virage », grâce aux armes occidentales. Vraiment ? Message : Aucune répétition de la débâcle de Kaboul, d’un effondrement à Kiev ne peut être tolérée avant les élections de mi-mandat. Donc, répétez après moi : « L’Ukraine est en train de prendre le virage » ; tenez bon, gardez le cap.

Troisième mouvement (d’après un éditorial du Financial Times) : L’économie de la Russie s’est avérée plus résistante que prévu, mais les sanctions économiques « n’ont jamais été susceptibles de faire s’effondrer son économie ». En fait, les responsables américains et les services de renseignement américains et britanniques avaient précisément prédit qu’un effondrement financier et institutionnel de la Russie, à la suite des sanctions, déclencherait des troubles économiques et politiques à Moscou d’une telle ampleur que l’emprise de Poutine sur le pouvoir pourrait se relâcher, et qu’un Moscou déchiré par la crise politique et financière serait incapable de poursuivre efficacement une guerre dans le Donbass – Kiev l’emporterait donc.

C’est cette « ligne » qui a persuadé la classe politique européenne de tout miser sur les sanctions. Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a déclaré « une guerre économique et financière totale » contre la Russie, afin de provoquer son effondrement.

Quatrième mouvement (encore le Financial Times) : Les Européens ne se sont pas suffisamment préparés à la hausse conséquente des prix de l’énergie. Ils doivent donc persévérer davantage dans la réduction des revenus de la Russie, en « tordant le cou » à l’embargo pétrolier à venir. Message : L’UE a dû mal comprendre. Les sanctions n’ont « jamais été susceptibles » de faire s’effondrer l’économie russe. Ils n’ont pas non plus préparé les gens à la hausse des prix de l’énergie à long terme ; c’est leur faute.

Si ce changement de discours peut être compréhensible du point de vue des intérêts américains, il constitue une « douche froide » pour l’Europe.

Helen Thompson, professeur d’économie politique à l’université de Cambridge, écrit dans le Financial Times :

« En Europe, les gouvernements veulent alléger la pression qui pèse sur les ménages… [tout en laissant] la peur de l’hiver à venir faire baisser la demande. Fiscalement, cela signifie un financement public pour réduire la hausse des factures d’énergie … Ce qui n’est disponible nulle part, c’est un moyen rapide d’augmenter l’offre physique d’énergie. …

Cette crise n’est pas une conséquence involontaire de la pandémie ou de la guerre brutale de la Russie contre l’Ukraine. Elle a des racines beaucoup plus profondes dans deux problèmes structurels. Premièrement, aussi désagréable que soit cette réalité pour des raisons climatiques et écologiques, la croissance économique mondiale nécessite toujours la production de combustibles fossiles. Sans davantage d’investissements et d’exploration, il est peu probable que l’offre soit suffisante à moyen terme pour répondre à la demande probable. La crise actuelle du gaz trouve son origine dans l’explosion de la consommation de gaz provoquée par la Chine en 2021. La demande a augmenté si rapidement que le gaz n’a pu être acheté qu’à des prix très élevés en Europe et en Asie. …

Entre-temps, le répit dans la hausse des prix du pétrole cette année ne s’est matérialisé que lorsque les données économiques de la Chine n’étaient pas favorables. Selon l’Agence internationale de l’énergie, il est tout à fait possible que la production mondiale de pétrole soit insuffisante pour répondre à la demande dès l’année prochaine. Pendant une grande partie des années 2010, l’économie mondiale s’en est sortie grâce au boom du pétrole de schiste… Mais le schiste américain ne peut plus se développer au même rythme : La production américaine globale est toujours inférieure de plus d’un million de barils par jour à ce qu’elle était en 2019. Même dans le Permien, la production quotidienne par puits est en baisse. Un plus grand nombre de forages offshore, du type de ceux ouverts dans le Golfe du Mexique et en Alaska par la loi sur la réduction de l’inflation, nécessitera des prix plus élevés, ou des investisseurs prêts à déverser des capitaux quelles que soient les perspectives de profit. Les meilleures perspectives géologiques pour un changement de jeu semblable à ce qui s’est passé dans les années 2010 résident dans l’énorme formation de pétrole de schiste de Bazhenov en Sibérie. Mais les sanctions occidentales signifient que la perspective que les majors pétrolières occidentales aident la Russie sur le plan technologique est une impasse géopolitique. Deuxièmement, il n’y a pas grand-chose à faire pour accélérer immédiatement la transition vers l’abandon des combustibles fossiles… Pour faire fonctionner les réseaux électriques sur la base de charges solaires et éoliennes, il faudra réaliser des percées technologiques en matière de stockage. Il est impossible de prévoir avec certitude quels progrès auront été réalisés dans 10 ans, et encore moins l’année prochaine. »

Le message géostratégique qui en découle est clair comme de l’eau de roche : Il s’agit d’un avertissement brutal selon lequel les intérêts de l’UE ne correspondent pas à ceux des États-Unis, déterminés à traverser les prochains mois jusqu’aux élections de mi-mandat, avec des sanctions renforcées imposées à la Russie par l’Europe (les « sanctions technologiques finiront par avoir raison de l’économie russe »), et avec l’Europe qui continue à « tenir bon » avec son soutien militaire et financier à Kiev.

Comme le fait remarquer le professeur Thomson, « il est également essentiel de comprendre les réalités géopolitiques… Les gouvernements occidentaux doivent soit provoquer une misère économique d’une ampleur telle qu’elle mettrait à l’épreuve le tissu politique démocratique de n’importe quel pays, soit admettre que l’approvisionnement énergétique limite les moyens de défense de l’Ukraine ». En d’autres termes, soit la classe politique européenne sauve sa peau en se rabattant sur le gaz russe bon marché, soit elle reste alignée sur Washington et expose ses électeurs à la misère – et ses dirigeants à une condamnation politique qui se dessine déjà.

La Russie est donc en mesure de jouer ses « grandes cartes » : Ainsi, tout comme les États-Unis ont joué à fond de leur domination militaire et du dollar dans les années qui ont suivi l’implosion de l’Union soviétique, afin d’attirer une grande partie du monde dans leur sphère fondée sur des règles, la Russie et la Chine offrent aujourd’hui au Sud, à l’Afrique et à l’Asie une libération de ces « règles » occidentales. Elles encouragent le « reste du monde » à affirmer son autonomie et son indépendance par le biais des BRICS et de la Communauté économique eurasiatique.

La Russie, en partenariat avec la Chine, est en train d’établir des relations politiques étendues à travers l’Asie, l’Afrique et le Sud, sur la base de son rôle dominant de fournisseur de combustibles fossiles et d’une grande partie de la nourriture et des matières premières du monde. Pour accroître encore son influence sur les sources d’énergie dont dépendent les belligérants occidentaux, la Russie est en train de mettre en place une « OPEP » du gaz avec l’Iran et le Qatar, et a également fait des ouvertures accueillantes à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis pour qu’ils s’associent afin de prendre un plus grand contrôle de tous les produits énergétiques clés.

En outre, ces grands producteurs s’associent aux grands consommateurs d’énergie pour arracher les marchés des métaux précieux et des matières premières aux mains de Londres et des États-Unis, afin de mettre un terme à la manipulation occidentale des prix des matières premières, par le biais des marchés dérivés.

L’argument avancé par les responsables russes aux autres États est à la fois extrêmement séduisant et simple : L’Occident a tourné le dos aux combustibles fossiles et prévoit de les éliminer complètement – d’ici une dizaine d’années. Le message est le suivant : vous n’êtes pas obligés de vous joindre à cette « politique du sacrifice » masochiste. Vous pouvez avoir du pétrole et du gaz naturel – et à un prix inférieur à celui que l’Europe doit payer, ce qui contribue à l’avantage concurrentiel de vos industries.

Le « milliard d’or » a profité des avantages de la modernité, et maintenant il veut que vous renonciez à tout cela, et que vous exposiez vos électeurs aux difficultés extrêmes d’un programme vert radical. On peut cependant soutenir que le monde des non-alignés a besoin au moins des bases de la modernité. Les rigueurs de l’idéologie verte occidentale ne peuvent cependant pas être imposées au reste du monde – contre sa volonté.

Cet argument convaincant représente la voie à suivre par la Russie et la Chine pour faire basculer une grande partie du globe dans leur camp.

Certains États, tout en reconnaissant la nécessité de lutter contre le changement climatique, verront dans le régime ESG (Environnement, Social et Gouvernance) les prémices d’un nouveau colonialisme financier occidental, avec des financements et des crédits réservés à ceux qui se conforment pleinement au projet vert géré par l’Occident. En bref, ils soupçonnent une nouvelle gabegie, enrichissant principalement les intérêts financiers occidentaux.

La Russie dit simplement : « Il n’est pas nécessaire que cela se passe ainsi ». Oui, le climat doit être pris en considération, mais les combustibles fossiles font l’objet d’un manque aigu d’investissements, en partie pour des raisons d’idéologie verte, plutôt que parce que ces ressources s’épuisent, en soi. Et, aussi désagréable que cela puisse être pour certains, le fait est que la croissance économique mondiale nécessite toujours la production de combustibles fossiles. Sans davantage d’investissements et d’exploration, il est peu probable que l’offre soit suffisante à moyen terme pour répondre à la demande probable. Ce qui n’est disponible nulle part, c’est un moyen rapide d’augmenter l’offre d’énergie physique alternative.

Où en sommes-nous aujourd’hui ? La Russie a lancé une grande offensive en Ukraine. Et l’Europe espère peut-être pouvoir s’éclipser de son imbroglio ukrainien presque sans être remarquée, sans avoir l’air de rompre ouvertement avec Biden, alors que Kiev implose progressivement. Vous le voyez déjà. Combien de gros titres sur l’Ukraine en Europe ? Combien de nouvelles sur les réseaux ? L’Europe peut se contenter de se taire et de s’éloigner de la débâcle », suggère-t-on.

Mais c’est là que le bât blesse : avant que Poutine ne relâche la pression sur les nations de l’UE, il est encore probable qu’il insiste pour que l’influence américaine sur l’Europe occidentale soit retirée ou, du moins, que l’Europe commence à agir de manière totalement autonome dans son propre intérêt.

Il ne fait aucun doute que c’est ce que Poutine avait à l’esprit lorsqu’il a lancé « l’opération militaire spéciale » en Ukraine. Il a dû anticiper la réaction de l’OTAN en imposant ses sanctions à la Russie, dont cette dernière a largement profité (de manière très inattendue pour l’Occident). C’est l’UE qui a été durement écrasée, avec une pression que Poutine peut intensifier à volonté.

Le drame se joue encore. Poutine a besoin de maintenir une certaine pression sur l’Ukraine pour que la pression continue. Il n’est probablement pas prêt à faire des compromis. L’hiver dans l’UE sera encore plus difficile, les pénuries d’énergie et de nourriture risquant de provoquer des troubles sociaux. Poutine ne s’arrêtera que lorsque les Européens auront ressenti suffisamment de douleur pour tracer une autre voie stratégique – et rompre avec les États-Unis et l’OTAN.

Source : Strategic Culture Foundation

Traduction Réseau International



Source link