• mer. Sep 28th, 2022

Monde25

le monde des informations alternatives

Poutine mobilise 300 000 hommes et dit la Russie prête à riposter au “chantage nucléaire” de l’Otan

ByVeritatis

Sep 21, 2022


Le président russe Vladimir Poutine a annoncé mercredi dans une allocution télévisée une “mobilisation partielle” des Russes en âge de combattre, soit 300 000 réservistes, afin de “protéger notre Patrie” face à “la machine de guerre de l’Occident” alliée à des “formations néonazies” en Ukraine. Il a également annoncé être prêt à riposter face au “chantage nucléaire” des élites occidentales.

Face au “chantage nucléaire” qui, selon le président russe, se traduit par des bombardements de la centrale nucléaire de Zaporizjia encouragé par l’Occident et par des menaces de plusieurs représentants de haut rang des Etats de l’Otan “sur la possibilité et l’admissibilité d’utiliser des armes de destruction massive contre la Russie — des armes nucléaires”, Vladimir Poutine a voule “rappeler que notre pays dispose également de divers moyens de destruction, et pour certaines composantes — encore plus modernes que ceux des pays de l’Otan”. Et d’ajouter : “Et lorsque l’intégrité territoriale de notre pays sera menacée, nous utiliserons certainement tous les moyens à notre disposition pour protéger la Russie et notre peuple. Ce n’est pas du bluff.”

Dénonçant “la politique agressive d’une partie des élites occidentales, qui luttent de toutes leurs forces pour maintenir leur domination” dans le but “de détruire notre pays”, le chef du Kremlin a martelé qu’une campagne de “haine de la Russie” a été cultivée en Ukraine pour faire de ce pays “une base anti-russe”. Ainsi, “le peuple ukrainien lui-même a été transformé en chair à canon et poussé à la guerre avec notre pays“, a-t-il souligné.

Vladimir Poutine a également expliqué que l’Occident cherchait à étendre le conflit sur le territoire russe, évoquant des “frappes terroristes, y compris avec l’utilisation d’armes occidentales, [qui]sont déjà menées sur les colonies frontalières des régions de Belgorod et de Koursk.” Et d’ajouter : “En temps réel, à l’aide de systèmes modernes, avions, navires, satellites, drones stratégiques, l’Otan effectue des reconnaissances dans tout le sud de la Russie.”

“À Washington, Londres, Bruxelles, ils poussent directement Kiev à transférer les opérations militaires sur notre territoire. Ne se cachant plus, ils disent que la Russie doit être vaincue par tous les moyens sur le champ de bataille, suivis de la privation de toute souveraineté politique, économique, culturelle, en général, avec le pillage complet de notre pays”, a rapporté le président russe.

Dans son allocution télévisée, le chef d’État a annoncé une mobilisation partielle des citoyens en réserve : “J’estime nécessaire de soutenir la proposition (du ministère de la Défense) de mobilisation partielle des citoyens en réserve, ceux qui ont déjà servi (…) et qui ont une expérience pertinente”, ajoutant que “le décret sur la mobilisation partielle est signé” et entrera en vigueur “aujourd’hui” mercredi..

“Nous ne parlons que de mobilisation partielle”, a-t-il affirmé, alors que des rumeurs sur une mobilisation générale couraient ces dernières heures.

Selon le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, cela représente 300 000 réservistes, soit “un peu plus de 1%” du nombre de personnes mobilisables dans le pays, estimé à quelque 25 millions de personnes.

Ces renforts seront déployés pour “consolider” et “contrôler” les lignes arrières, le long d’“une ligne de front qui fait plus de 1 000 kilomètres” dans le sud et l’est de l’Ukraine.

Face à “la menace” représentée selon Vladimir Poutine par “le régime nazi de Kiev” et “la machine de guerre de l’Occident”, “nous utiliserons certainement tous les moyens à notre disposition pour protéger la Russie et notre peuple”, a averti le président russe mercredi, faisant clairement allusion aux armes nucléaires : “Ceux qui essaient de nous faire chanter avec des armes nucléaires doivent savoir que la rose des vents peut aussi tourner dans leur direction”. “Les citoyens de la Russie peuvent être sûrs que l’intégrité territoriale de notre patrie, notre indépendance et notre liberté seront assurées.”

“Chers amis !

Aujourd’hui, je fais appel à vous, à tous les citoyens de notre pays, aux personnes de générations, d’âges et de nationalités différentes, au peuple de notre grande patrie, à tous ceux qui sont unis par la grande Russie historique, aux soldats et aux officiers, aux volontaires qui combattent aujourd’hui sur les lignes de front, sont sur les postes de combat, à nos frères et sœurs — les résidents des Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, des régions de Kherson et de Zaporojie et d’autres régions libérées du régime néonazi.

Il s’agira des mesures nécessaires et urgentes pour protéger la souveraineté, la sécurité et l’intégrité territoriale de la Russie, soutenir le désir et la volonté de nos compatriotes de déterminer leur propre avenir et de la politique agressive d’une partie des élites occidentales, qui luttent de toutes leurs forces pour maintenir leur domination. Pour cela ils essaient de bloquer, de supprimer tous les centres de développement indépendants souverains, afin de continuer à imposer grossièrement leur volonté aux autres pays et peuples, à implanter leurs pseudo-valeurs.

Le but de cet Occident est d’affaiblir, de diviser et finalement de détruire notre pays. Ils disent déjà directement qu’en 1991, ils ont pu diviser l’Union soviétique, et maintenant le moment est venu pour la Russie elle-même, qui devrait se désintégrer en de nombreuses régions et régions mortellement hostiles.

Ils planifient de tels plans depuis longtemps. Ils ont encouragé des gangs de terroristes internationaux dans le Caucase, promu l’infrastructure offensive de l’Otan près de nos frontières. Ils ont fait de la russophobie totale leur arme. Pendant des décennies, ils ont délibérément cultivé la haine de la Russie, principalement en Ukraine, pour laquelle ils préparaient le sort d’une base anti-russe. Le peuple ukrainien lui-même a été transformé en chair à canon et poussé à la guerre avec notre pays, la déchaînant, cette guerre, en 2014, utilisant les forces armées contre la population civile, organisant un génocide, un blocus, la terreur contre des personnes qui ont refusé de reconnaître le pouvoir qui a surgi en Ukraine à la suite d’un coup d’État.

Et après que le régime actuel de Kiev a en fait publiquement refusé une solution pacifique au problème du Donbass et, en outre, annoncé ses prétentions à l’arme nucléaire, il est devenu absolument clair qu’une nouvelle attaque à grande échelle, comme cela s’était produit deux fois auparavant, contre le Donbass était inévitable. . Et puis, tout aussi inévitablement, il y aurait eu une attaque contre la Crimée russe — contre la Russie.

A cet égard, la décision d’une opération militaire préventive était absolument nécessaire et la seule possible. Ses principaux objectifs — la libération de tout le territoire du Donbass — ont été et restent inchangés.

La République populaire de Lougansk a déjà été presque complètement débarrassée des néonazis. Les combats dans la République populaire de Donetsk se poursuivent. Ici, pendant huit ans, le régime d’occupation de Kiev a créé une ligne profondément échelonnée de fortifications à long terme. Leur assaut frontal aurait entraîné de lourdes pertes, de sorte que nos unités, ainsi que les unités militaires des républiques du Donbass, agissent systématiquement, avec compétence, utilisent l’équipement, protègent le personnel et libèrent progressivement les terres de Donetsk, débarrassent les villes et villages de néonazis, viennent en aide aux personnes que le régime de Kiev a transformées en otages, en boucliers humains.

Comme vous le savez, des militaires professionnels sous contrat participent à l’opération militaire spéciale. Des formations volontaires se battent également à leurs côtés : des personnes de nationalités, de professions, d’âges différents sont de vrais patriotes. A l’appel de leur cœur, ils sont venus à la défense de la Russie et du Donbass.

À cet égard, j’ai déjà donné des instructions complètes et dans les plus brefs délais au gouvernement et au ministère de la Défense pour déterminer le statut juridique des volontaires, ainsi que des combattants des unités des républiques populaires de Donetsk et de Lougansk. Il devrait être le même que celui des militaires réguliers de l’armée russe, y compris le soutien matériel, médical et les garanties sociales. Une attention particulière devrait être accordée à l’organisation de l’approvisionnement des formations de volontaires et des détachements de la milice populaire du Donbass en matériel et équipement.

Au cours de la mise en place des principales tâches de protection du Donbass, nos troupes, sur la base des plans et des décisions du ministère de la Défense et de l’état-major général sur la stratégie générale d’action, ont également libéré des néonazis  des territoires importants des régions de Kherson et de Zaporojie et un certain nombre d’autres régions. En conséquence, une ligne étendue de contact de combat a été formée, qui s’étend sur plus de mille kilomètres.

Ce que je veux dire publiquement aujourd’hui pour la première fois : déjà après le début de l’opération militaire spéciale, y compris les pourparlers d’Istanbul, les représentants de Kiev ont réagi très positivement à nos propositions, et ces propositions concernaient principalement la garantie de la sécurité de la Russie et de nos intérêts. Mais il est évident que la solution pacifique ne convenait pas à l’Occident, c’est pourquoi, après la conclusion de certains compromis, Kiev a en fait reçu l’ordre direct de perturber tous les accords.

L’Ukraine a commencé à être encore plus gorgée d’armes. Le régime de Kiev a lancé de nouveaux gangs de mercenaires étrangers et de nationalistes, des unités militaires entraînées selon les normes de l’Otan et sous le commandement de facto de conseillers occidentaux.

Dans le même temps, le régime de répression dans toute l’Ukraine de ses propres citoyens, établi immédiatement après le coup d’État armé de 2014, a été renforcé de la manière la plus sévère. La politique d’intimidation, de terreur et de violence prend des formes de plus en plus massives, terribles et barbares.

Je tiens à souligner que nous savons que la majorité des personnes vivant dans les territoires libérés des néonazis, et ce sont avant tout les terres historiques de Novorossia, ne veulent pas être sous le joug du régime néonazi. A Zaporozjie, dans la région de Kherson, à Lougansk et à Donetsk, ils ont vu et voient les atrocités commises par les néonazis dans les zones occupées de la région de Kharkov. Les héritiers de Bandera et les punisseurs nazis tuent les gens, les torturent, les jettent en prison, règlent leurs comptes, sévissent, tourmentent les civils.

Plus de sept millions et demi de personnes vivaient dans les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, dans les régions de Zaporojie et de Kherson avant le déclenchement des hostilités. Beaucoup d’entre elles ont été contraintes de devenir des réfugiés, de quitter leur foyer. Et ceux qui sont restés — environ cinq millions de personnes — sont aujourd’hui soumises aux tirs constants d’artillerie et de roquettes des militants néonazis. Ils frappent des hôpitaux et des écoles, organisent des attaques terroristes contre des civils.

Nous ne pouvons pas, nous n’avons aucun droit moral de livrer des personnes proches de nous pour être déchirées par des bourreaux. Nous ne pouvons que répondre à leur désir sincère de déterminer leur propre sort. Les parlements des républiques populaires du Donbass, ainsi que les administrations militaro-civiles des régions de Kherson et de Zaporojie, ont décidé d’organiser des référendums sur l’avenir de ces territoires et se sont tournés vers nous, la Russie, pour nous demander de soutenir une telle démarche.

Permettez-moi de souligner que nous ferons tout pour assurer des conditions sûres pour la tenue de référendums, afin que les gens puissent exprimer leur volonté. Et nous soutiendrons la décision concernant leur avenir, qui sera prise par la majorité des habitants des républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, des régions de Zaporojie et de Kherson.

Chers amis!

Aujourd’hui, nos forces armées, comme je l’ai déjà dit, opèrent sur la ligne de contact, qui dépasse les mille kilomètres. Elles affrontent non seulement des formations néonazies, mais en fait toute la machine militaire de l’Occident collectif.

Dans cette situation, j’estime nécessaire de prendre la décision suivante — elle est tout à fait adéquate aux menaces auxquelles nous sommes confrontés — à savoir : protéger notre Patrie, sa souveraineté et son intégrité territoriale, assurer la sécurité de notre peuple et des peuples dans les territoires libérés. J’estime nécessaire de soutenir la proposition du ministère de la Défense et de l’état-major général de procéder à une mobilisation partielle dans la Fédération de Russie.

Je le répète, nous parlons spécifiquement de mobilisation partielle, c’est-à-dire que seuls les citoyens qui sont actuellement dans la réserve seront soumis à la conscription, et surtout ceux qui ont servi dans les forces armées, ont certaines spécialités militaires et une expérience pertinente .

Les appelés au service militaire suivront systématiquement une formation militaire complémentaire, tenant compte de l’expérience d’une opération militaire spéciale, avant d’être envoyés dans les unités.

Le décret sur la mobilisation partielle a été signé.

Conformément à la loi, les chambres de l’Assemblée fédérale — le Conseil de la Fédération et la Douma d’État — en seront officiellement informées aujourd’hui par courrier.

Les activités de mobilisation débuteront aujourd’hui, à partir du 21 septembre. Je donne l’instruction aux chefs de régions d’apporter toute l’assistance nécessaire au travail des commissariats militaires.

Je tiens à souligner que les citoyens russes appelés au service militaire par mobilisation recevront le statut, les paiements et toutes les garanties sociales du personnel militaire servant sous contrat.

J’ajouterai que le décret sur la mobilisation partielle prévoit également des mesures supplémentaires pour remplir l’ordre de défense de l’État. Les chefs d’entreprises de l’industrie de la défense sont directement chargés de résoudre les problèmes d’augmentation de la production d’armes et d’équipements militaires et de déployer des capacités de production supplémentaires. À leur tour, toutes les questions de matériel, de ressources et de soutien financier aux entreprises de défense doivent être résolues immédiatement par le gouvernement.

Chers amis!

Dans sa politique anti-russe agressive, l’Occident a franchi toutes les limites. Nous entendons constamment des menaces contre notre pays, notre peuple. Certains politiciens irresponsables en Occident ne parlent pas seulement de plans visant à organiser la fourniture d’armes offensives à longue portée à l’Ukraine — des systèmes qui permettront des frappes contre la Crimée et d’autres régions de Russie.

De telles frappes terroristes, y compris avec l’utilisation d’armes occidentales, sont déjà menées sur les colonies frontalières des régions de Belgorod et de Koursk. En temps réel, à l’aide de systèmes modernes, avions, navires, satellites, drones stratégiques, l’Otan effectue des reconnaissances dans tout le sud de la Russie.

A Washington, Londres, Bruxelles, ils poussent directement Kiev à transférer les opérations militaires sur notre territoire. Ne se cachant plus, ils disent que la Russie doit être vaincue par tous les moyens sur le champ de bataille, suivis de la privation de toute souveraineté politique, économique, culturelle, en général, avec le pillage complet de notre pays.

Le chantage nucléaire a également été lancé. Nous parlons non seulement du bombardement de la centrale nucléaire de Zaporizjia, qui est encouragé par l’Occident, qui menace d’une catastrophe nucléaire, mais aussi des déclarations de certains représentants de haut rang des principaux États de l’Otan sur la possibilité et l’admissibilité de utiliser des armes de destruction massive contre la Russie — des armes nucléaires.

A ceux qui se permettent de faire de telles déclarations sur la Russie, je voudrais rappeler que notre pays dispose également de divers moyens de destruction, et pour certaines composantes — encore plus modernes que ceux des pays de l’Otan. Et lorsque l’intégrité territoriale de notre pays sera menacée, nous utiliserons certainement tous les moyens à notre disposition pour protéger la Russie et notre peuple. Ce n’est pas du bluff.

Les citoyens de la Russie peuvent être sûrs que l’intégrité territoriale de notre patrie, notre indépendance et notre liberté seront assurées — je le souligne à nouveau — avec tous les moyens dont nous disposons. Et ceux qui essaient de nous faire chanter avec des armes nucléaires doivent savoir que la rose des vents peut aussi tourner dans leur direction.

C’est dans notre tradition historique, dans le destin de notre peuple, d’arrêter ceux qui luttent pour la domination du monde, menaçant de démembrement et d’asservissement notre Patrie. Nous le ferons maintenant — et il en sera ainsi.

Je crois en votre soutien.”





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.