Le Cameroun vient de signer un accord militaire avec la Russie, dans un contexte tendu marqué par une guerre d’influence sans précédent entre l’Occident, d’une part, et la Russie et la Chine, de l’autre, pour le contrôle du continent noir

Une très mauvaise nouvelle pour l’Occident. Alors que la France et l’Union Européenne ont encore du mal à digérer l’humiliation infligée à l’Occident au Mali par la junte militaire, il a été révélé dans la presse qu’un autre pays africain, en l’occurrence le Cameroun, a étoffé ses relations avec la Russie, pays avec lequel il vient de signer un accord militaire.

C’est du moins l’information que Lecourrier-du-soir.com a obtenue ce 20 avril de plusieurs sources fiables. Ainsi, à en croire le média Actu Cameroun, le Cameroun et la Russie ont signé ledit accord (militaire) le 12 avril dernier à Moscou. La délégation camerounaise a été dirigée par Joseph Beti Assomo, ministre délégué auprès du ministère de la Défense.

Les deux pays devront coopérer en matière de renseignement et de formation à l’entraînement des troupes. Lecourrier-du-soir.com en sait un peu plus. En effet, d’après le média The Informant, l’accord militaire a bien été signé entre Joseph Beti Assomo et le général russe, Sergei Chogo. La même source parle d’un document de 13 pages.

Ce rapprochement entre Yaoundé et Moscou intervient dans un contexte très tendu marqué par une guerre sans merci entre l’Occident et la Russie pour le contrôle du continent africain. Par cet accord militaire, le Cameroun risque-t-il l’ostracisation? Difficile pour le moment de répondre à cette question.

Cependant, ce qui est sûr, c’est que le gouvernement de Paul Biya n’a pas voté en faveur du retrait des forces russes en Ukraine lors de la dernière Assemblée Générale au Conseil de l’ONU. Il convient de préciser que ce n’est la première que les deux pays signent un accord militaire. En 2015, afin de combattre les insurgés du Boko Haram, Yaoundé avait tendu la main à Moscou.





Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.