Le domaine de la maroquinerie est caractérisé par l’utilisation de cuir, issu de l’exploitation animale comme le veau, la vachette, le cheval, le crocodile… Une matière de plus en plus rejetée par les défenseurs des animaux et de la protection de l’environnement. Du cuir synthétique existe bien, mais en plus de s’user plus rapidement, il est fait de plastique, donc issu de la polluante pétrochimie. Pour concilier cet univers avec l’absence de souffrance animale et le respect de la nature, la marque “Frénéthik” propose une alternative durable avec des sacs réalisés en liège. On fait les présentations.

Derrière la jeune marque Frénéthik se cache Leslie, une femme âgée de 34 ans. Ancienne salariée déçue par ses expériences professionnelles, elle s’est lancée dans l’entreprenariat en juillet 2018 avant de devenir artisane autodidacte deux ans plus tard, en juillet 2020. Elle crée Frénéthik dans la foulée en août 2020, animée par l’envie de proposer une alternative élégante et originale au cuir animal. Créatrice dans l’âme, Leslie s’est principalement formée seule grâce à des vidéos sur internet puis quelques cours de perfectionnement.

Toutes ses créations sortent de son atelier où elle travaille seule et qu’elle a installé près de la forêt de Fontainebleau, au plus près de la nature. Frénéthik lui permet de donner vie à ses idées tout en étant en accord avec ses convictions. Si elle ne manie la machine à coudre que depuis 2017, cette jeune expérience n’a d’égale que sa volonté d’agir à son niveau pour préserver l’environnement et lutter contre la souffrance animale.

En 2015, la découverte du livre “Plaidoyer pour les animaux” du moine bouddhiste Matthieu Ricard a été un déclencheur qui l’a conduit à adopter un mode de vie végan. Tout produit alimentaire ou non qui est issu de l’exploitation est banni de son quotidien. Voulant défendre ses convictions, Leslie militera également contre la corrida, les animaux dans les cirques, la vivisection.

Puis, au-delà de sa vie privée, elle a souhaité partager son idéal de société via sa vie professionnelle. C’est désormais chose faite avec sa marque Frénéthik qui propose une alternative à la maroquinerie en cuir et promeut une consommation durable et responsable.

Pour ses créations, elle a choisi de remplacer le cuir animal par le liège. Une matière “coup de cœur” et “magnifique” qui la ramène à la forêt et son amour de la Nature. La souplesse et la légèreté du liège en font une matière facile à travailler. Elle est de plus naturellement imperméable. Et autre point essentiel : le prélèvement d’écorce sur un chêne-liège ne génère pas une augmentation de l’empreinte carbone.

@Frenethik

L’arbre n’a pas besoin d’être abattu durant l’opération qui est effectuée manuellement par des travailleurs qualifiés, selon un savoir-faire portugais ancestral. A l’absence d’exploitation animale vient donc s’ajouter le soutien de métiers qualifiés, contre l’exploitation (in)humaine. Ensuite, l’écorce du chêne se renouvelle en une dizaine d’années. Cerise sur le gâteau de la lutte contre le dérèglement climatique, il a été remarqué que plus le chêne est prélevé, plus il va absorber de CO2. On ne pourrait souhaiter meilleure matière première.

Gros plan sur un morceau d’écorce de chêne liège.

Pour doubler l’intérieur de ses sacs, Leslie a porté son choix sur du lin cultivé et filé en France, ce qui évite une importation lointaine émettrice de CO2. A la fois solide et peu gourmande en eau, c’est une fibre textile qui a la faveur de fabricants engagés écologiquement (et que nous avons déjà mis en avant). Autre avantage du lin : la plante est utilisée entièrement “de la graine à la racine”. Aucun déchet n’est donc produit par sa culture qui ne requiert pas l’usage de produits chimiques type pesticides de synthèses.

Pour boucler la boucle de la production responsable, Leslie utilise des teintures certifiées Oeko-Tek, un label garantissant l’absence de produits toxiques. Et parce que son engagement en faveur de l’environnement ne s’arrête pas à la production, Leslie envoie chaque commande dans un emballage écoresponsable : papier ensemencé/kraft/de soie lié avec une cordelette en fibre d’ortie. Sans surprise, l’usage de plastique est banni !

A partir de ces matériaux, il ne reste plus qu’à créer ! Leslie conçoit seule toutes les étapes de développement et de fabrication d’une pièce (croquis, prototype, gabarit…) en prenant soin de ne pas gaspiller le précieux liège. Quant à l’inspiration, elle lui vient quand elle ne “la cherche pas” : en se promenant, en conduisant ou même en rêvant !

La pochette “scarabée” @Frénéthik

Ses premières créations ont été pensées à destination des femmes, soit le public traditionnellement plus gros consommateur de sacs et autres objets de maroquinerie, mais rapidement, devant une demande masculine, Leslie a décidé de concevoir des articles unisexes. Ainsi tout le monde peut trouver son bonheur chez Frénéthik ayant le choix entre sacs, portefeuilles, pochettes aux tailles, couleurs et motifs variés.

Dans le prolongement de son engagement pour la cause animale, elle nomme ses collections selon une espèce qu’elle apprécie (“Bourdon”, “Chat”), qui est menacée par l’activité humaine (“Freedom Loup”, “Freedom Taureau”) ou selon un animal en particulier comme pour sa collection “Kiska” du nom d’une orque âgée de plus de 40 ans captive d’un Marineland au Canada. Un moyen de leur rendre hommage et de ne pas oublier des histoires souvent tragiques qu’elle souhaite ne pas se voir se répéter.

Le sac “Freedom Loups” @Frénéthik

Et, tant est qu’il soit nécessaire de le préciser, il n’est nul besoin d’être vegan pour s’intéresser aux produits créés par Leslie. Elle-même confie que ses client(e)s la choisissent en raison de la beauté du liège, pour son côté innovant, pour l’aspect éthique & artisanal, parce que c’est français, par coup de cœur… soit de nombreuses raisons et “pas forcément dans cet ordre de priorité” précise-t-elle !

“J’aimerais vraiment voir évoluer notre consommation vers des achats plus responsables et engagés pour la planète et tous les êtres vivants qui la peuplent.” Leslie

 

Leslie communique autour de Frénéthik sur facebook et instagram. Posez lui vos questions !

S. Barret

Donation





Source:

One thought on “Des sacs de liège contre le cuir et la souffrance animale”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.