A titre exceptionnel, nous publions un article qui, d’une certaine manière, touche à l’élection présidentielle de dimanche. Jusqu’ici, nous avions réussi à ne pas rejoindre la frénésie médiatique qui  a accompagné cet évènement, certes majeur étant donné l’importance de la France dans le monde, mais que nous avons toujours considéré comme une mascarade. Le plus gros de l’arnaque a déjà eu lieu, en faisant en sorte que les deux protagonistes du second tour soient précisément ceux que nous avons aujourd’hui (il suffit de dire, entre autre, qu’une bonne partie des parrainages de Marine Le Pen provient de maires pro-Macron).

Que va-il se passer dimanche ? Soit l’oligarchie mondiale considère que Macron n’a pas fini sa mission, auquel cas il sera reconduit, et Marine Le Pen aura servi, une fois de plus, d’épouvantail pour générer un réflexe pavlovien de rejet (rejet de quoi d’ailleurs ?). La deuxième hypothèse est que l’oligarchie mondiale va considérer que Macron a épuisé tout son capital de confiance et de sympathie (de charisme ?) sans lesquelles toute manipulation devient compliquée. Dans un tel cas, il y aura un changement de régime en France avec, pour la première fois, une femme à la tête (officiellement) du pays. Changement de régime mais pas changement de cap. Elle aura une feuille de route qui, à quelques détails près, sera superposable à celle de Macron, qui était elle-même superposable à celle de Hollande, superposable elle-aussi à celle de Sarkozy. C’est le même schéma depuis Pompidou, un autre poulain des Rothschild. Si les Anglo-Américains ont besoin d’introduire de nouveaux développements douloureux pour le peuple français, il est évident qu’ils préfèreront le visage tout neuf de Marine Le Pen, capable de tenir 5 ans (ou 7 ans) avec des mesures drastiques, plutôt que Emanuel Macron, déjà usé par les Gilets Jaunes, le Covidisme, et différentes autres décisions impopulaires.

RI

*

par Jean-Claude Manifacier.

Bilan de dix ans de macronisme : complaisance médiatique, covid et mondialisme financier.

« Encore un siècle de journalisme
et tous les mots pueront »

Friedrich Nietzsche
Fragments posthumes (1882)

« Eh bien là, les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout. C’est ça, la stratégie. »

Emmanuel Macron, 4 Janvier 2022

Complaisance médiatique

Lors du duel J.M. Le Pen – J. Chirac il y a 20 ans, pendant deux semaines les médias inviteront des citoyens qui s’excusaient d’avoir voté Le Pen au 1er tour ou des maires qui regrettaient d’avoir cautionné sa candidature. Les opposants qui défilaient avaient pour slogan : « Plutôt l’Escroc que le Facho ». Il est vrai que Chirac, sympathique guignol de l’Info, avait alors quelques ennuis avec la justice.

Aujourd’hui, tout cela n’a guère changé, le slogan de foules (plus réduites) qui défilent est : « Mieux vaut un vote qui pue qu’un vote qui tue ».

En ce milieu de semaine, quelques titres sur 2 jours

Le Monde, 17 avril : « Marine Le Pen visée par un rapport de l’Office européen de lutte antifraude ». La candidate et ses proches accusés d’avoir détourné plus de 600 000 euros au cours de leur mandat d’eurodéputé. « En cas d’élection de Marine Le Pen, les juifs de France pourraient se voir interdire de continuer à manger casher ». « Le président du Consistoire central Elie Korchia explique pourquoi il a appelé à voter pour Emmanuel Macron au second tour de l’élection présidentielle ».

Le Monde, 18 avril : « Marine Le Pen : un projet dangereux pour le climat ». « Les risques et les incohérences du programme économique de Marine Le Pen ». « La candidate du RN à l’élection présidentielle 2022 présente un projet largement inapplicable, inégalitaire et en rupture avec l’Union européenne ». « Le projet de Marine Le Pen n’est pas conforme à la Constitution, dénonce Emmanuel Macron dans un entretien sur France Culture ». « Christian Delorme, prêtre du diocèse de Lyon appelle les évêques à se prononcer en faveur d’Emmanuel Macron ». Pour terminer par la tribune surprenante de Jean-Pierre Chevènement : « La réélection de Emmanuel Macron est essentielle pour que la France surmonte les fractures qui la traversent ».

Libération, on aura le même genre d’articles, comme Mélenchon qui martèlera qu’à la présidentielle On ne vote pas pour madame Le Pen, et le JDD donnant le dernier baromètre IFOP : Macron termine le quinquennat avec 41% de popularité, l’étonnante constance depuis deux ans du taux de satisfaction à son égard.

Un seul point rassurant, je n’ai pas encore vu, hormis pour Enrico Macias, ces annonces qui étaient fréquentes il y a 20 ans : « Si J. M. Pen était élu, les grandes entreprises quitteront la France ».

COVID : Déclarations gouvernementales des 4 premiers mois de 2020

Elles sont contradictoires et sans jamais aucune explication ni excuse

Agnès Buzyn qui s’était distinguée en 2018, d’après Le Canard enchaîné, par « un chantage à la démission » pour le renouvellement de son époux Yves Lévy à la tête de l’Inserm, quittera le ministère de la Santé le 16 février 2020, elle sera remplacée par Olivier Véran. Elle prendra la direction de la liste parisienne aux élections municipales à Paris, suite à la diffusion d’une vidéo intime du candidat pressenti Benjamin Griveaux, un proche de E. Macron. Son mari, Yves Lévy a été président de l’INSERM entre 2014 et 2018, puis conseiller juridique du gouvernement Philippe. Il participe à la création du Labo P4 de Wuhan dont l’une des spécialités est de travailler sur les coronavirus, probablement avec un objectif militaire.

24 janvier 2020, à sa sortie du Conseil des ministres : Agnès Buzyn, déclare : « Les risques de propagation du coronavirus sont très faibles du fait de l’isolement de la ville chinoise de Wuhan… Ils sont pratiquement nuls. »

26 janvier, LCI, le Grand Jury : « Les masques ne protègent de rien et par ailleurs nous avons des dizaines de millions de masques en stock (…) Si un jour, il fallait porter un masque, nous distribuerions les masques, il n’y a aucune raison d’aller les acheter en pharmacie. »

18 février, le nouveau ministre de la santé Olivier Véran déclare : « La France est prête, le 23 février il le confirme à 20H sur la France 2 et fait de même le 3 mars sur RMC ». Ensuite le 20 mars à l’Assemblée nationale il affirmera : « Notre pays n’était pas préparé. »

4, 17, 18 mars, il y aura de nombreuses interventions de la porte parole Sibeth Ndiaye :

« On ne doit pas acheter de masques et d’ailleurs on ne peut pas en acheter puisque nous avons donné des instructions aux pharmaciens, … Et puis c’est difficile à mettre, …En fait il n’y a pas de risques de pénurie puisqu’il y a des stocks de masques qui ont été réalisés au cours des mandatures précédentes. »

6 mars, Emmanuel Macron sortira en fanfare au théâtre Antoine à Paris pour inciter les français à ne pas modifier leurs habitudes de vie.

7 mars, Macron incite les Français à sortir : « La vie continue. Il n’y a aucune raison, mis à part pour les populations fragilisées, de modifier nos habitudes de sortie. »

11 mars, Jérôme Salomon, nommé directeur général de la Santé par depuis le 8 janvier 2018 par Agnès Buzyn, interviendra lui aussi : « Il y a un consensus très clair pour dire il ne faut surtout pas avoir de masques pour le grand public, ça n’a pas d’intérêt, c’est même faussement protecteur. »

15 mars, le 1er tour des élections municipales sera maintenu. Il annoncera 2 jours plus tard le confinement et l’annulation du 2ème tour.

16 mars, allocution TV, Macron déclarera : « Les masques seront livrés dans les pharmacies dès demain soir dans les 25 départements les plus touchés et mercredi pour les autres ». Or, fin avril, ce n’est toujours pas le cas.

19 mars, le Premier ministre : « Le masque n’est pas recommandé car inutile ». La porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, après avoir déclarée : « Le masque est inutile si on n’est pas malade » ajoutera le 20 mars : « Je ne sais pas utiliser un masque, c’est trop compliqué pour un français moyen ». Invitée le 3 avril dans l’émission « Les Quatre Vérités », elle ne répondra pas aux questions posées concernant la déclaration du 1er ministre du 19 mars, ni à celle concernant la sortie de la chloroquine de son statut de vente libre en pharmacie se contentant de répéter : « S’il y a des signes de covid, on vous invite à rester chez vous en quarantaine. »

29 mars, Daniel Cohn-Bendit s’emportera violemment contre le professeur Raoult : « Qu’il ferme sa gueule ! (…) qu’il arrête partout de dire je suis un génie. »

31 mars, Macron : « Les masques c’est une bataille essentielle, le gouvernement a fait toute la transparence et nous continuons d’avancer. »

3 avril, Véran ajoute : « Nous encourageons le grand public, si il le souhaite, à porter des masques… les masques sont en cours de production. »

3 avril, Politis : « Comment l’État a flingué l’usine qui fabriquait des masques ». « L’État a coulé l’usine bretonne de Plaintel, la première d’Europe, en n’honorant pas le contrat signé en 2005. Pour produire la réserve stratégique de masques en cas de pandémie. Faute d’activité, l’usine a été liquidée en 2018. »

6 avril, L’OMS ne recommande pas le port du masque de manière générale.

Macron et Véran culpabilisent les français : « C’est le comportement des Français qui est irresponsable (…) On doit une information claire, complète et pédagogique (sic) à l’ensemble des français. »

7 avril, O. Véran déclare : « Il n’y a aucune décision de recommandation de port du masque, ni obligation. »

13 avril : « L’État, à partir du 11 mai, en liaison avec les mairies, devra permettre à chaque français de se procurer un masque grand public. »

22 avril : « J’ai toujours plaidé pour l’accès aux masques grand public. »

28 avril, le 1er ministre Edouard Philippe : « Le port du masque sera rendu obligatoire dans tous les transports. »

Tout cela continuera en 2021, remplacé ensuite par la guerre en Ukraine, en attendant un pass-vaccinal obligatoire dans le futur.

Agnès Buzyn, 5 janvier 2021, l’ancienne ministre de la Santé a confirmé à l’AFP s’être vue attribuer un rôle important au sein de l’Organisation mondiale de la Santé. Sa fonction sera de taille, elle sera envoyée spéciale officielle de Tedros Adhanom Ghebreyesus, actuel Dr général pour les affaires multilatérales au sein de l’OMS. Son rôle sera de représenter l’organisme auprès du G7, de l’Union européenne ainsi que la Fondation Bill et Melinda Gates. L’ex-ministre de la Santé Agnès Buzyn fait partie des 547 personnes qui se sont vu remettre la Légion d’honneur, selon un décret publié samedi 1er janvier 2022. La récompense fait polémique, une partie de la classe politique dénonce une « provocation ». L’ex-ministre de la Santé, qui avait démissionné en février 2020, a été mise en examen en septembre 2021 par la Cour de justice de la République (CJR) pour « mise en danger de la vie d’autrui » dans sa gestion de l’épidémie de Covid-19.

Aux questions de la quo-rapporteuse Catherine Deroche (Les Républicains) au sujet des données dont elle disposait pour affirmer – le 24 janvier – que le risque d’importation de cas depuis Wuhan (Chine) était « pratiquement nul », l’ex-ministre lâche qu’elle fait l’objet d’attaques sur les réseaux sociaux depuis six mois sur fond d’antisémitisme. La sénatrice a aussitôt rétorqué « Je ne voudrais pas, parce que je vous pose des questions, être taxée d’antisémitisme. »

Auditionnée par la commission d’enquête de l’Assemblée nationale, mardi 30 juin, Agnès Buzyn a défendu son action au gouvernement, en passant beaucoup, beaucoup de temps à chercher dans ses notes. Elle sait pourtant depuis longtemps qu’elle va passer devant une commission d’audition.

Attaques vicieuses contre le Professeur Didier Raoult

Le scandale de l’article du Lancet

Alors que le professeur Didier Raoult préconise le 16 mars l’utilisation, dans le cas de Covid-19, de l’hydroxychloroquine en association avec un antibiotique l’azithromycine le plus rapidement possible, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP), par un arrêté du 26 mars 2020, recommande, à l’inverse du Pr D. Raoult, de ne l’utiliser que dans les cas sévères, en milieu hospitalier seul, et avec l’avis des médecins.

Le 22 mai, coup de grâce, pour l’hydroxychloroquine. La prestigieuse revue médicale The Lancet publiera une étude internationale soulignant l’inefficacité et les risques cardiaques de l’hydroxychloroquine. Très rapidement, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) recommandera le mardi 26 mai de « ne pas utiliser l’hydroxychloroquine dans le traitement du Covid-19 » seule ou associée à un antibiotique.

Nouveau rebondissement le 5 juin. Trois des quatre auteurs de cet article du Lancet, se sont rétractés. La revue scientifique prend ses distances avec l’étude publiée dans ses pages le 22 mai qui attestait de l’inefficacité de l’hydroxychloroquine. Libération : « The Lancet plus sûr de rien ».

The Lancet annoncera, le jeudi 4 juin, le retrait de l’étude publiée le 22 mai dans ses colonnes. Dans cet article frauduleux du Lancet personne n’a jusqu’à présent été inquiété. Son objet était de discréditer l’hydroxychloroquine et faire accréditer en force le Remdesivir ou autre Tocilizumab. Il restera à n’en pas douter comme l’un des plus grands scandales sanitaires de tous les temps. C’est une manifestation visible de la pénétration des grands labos pharmaceutiques dans le milieu de la recherche scientifique. On se rappellera du Tamiflu de Roche lors de l’épidémie H1N1, le Vioxx de Merck en passant par le Mediator et tant d’autres.

L’épisode des frères Igor et Grichka Bogdanoff

Didier Raoult rappelle que le vaccin contre le covid est utile dans le cas de personnes âgées souffrant de comorbidité mais il parle aussi d’imbéciles pour qualifier ceux qui critiquent les antivaccins. Eux, ils font de la propagande, et cela va se payer très cher, car cette propagande diminue la crédibilité vaccinale dans son ensemble, entraînant des gens à négliger des vaccinations qui sont très utiles. Il ajoute, pour que les choses soient bien claires : « Je ne connais aucun vaccin qui soit aussi mauvais ». Il déclarera le 6 janvier, face à Morandini sur CNEWS, qu’il n’était pas antivax et qu’il aurait même conseillé à Igor et Grichka Bogdanoff de se protéger contre le Covid-19. S’ils m’avaient posé la question.

À six jours d’intervalle, le Covid a décimera les frères Bogdanoff. À 72 ans, Igor et Grichka se sont éteints. Interrogé sur le soutien des jumeaux à Didier Raoult dans « C à Vous » ce mercredi 12 janvier, le philosophe Raphaël Enthoven s’est confié sur le plateau : « Ça me brise le cœur. Ils ont cru Didier Raoult, ils en sont morts. Voilà, c’est ça qui s’est passé. » Une grande partie des médias se déchaînera alors contre D. Raoult.

Raoult et bien d’autres seront exclus des médias et des organismes officiels

Le pouvoir veut garantir la stricte homogénéité des décisions prises et des déclarations médiatiques. Dans un article récent : Les contradictions de nos dirigeants qui devraient nous inquiéter. On constate que ceux qui sont aujourd’hui considérés comme de « dangereux complotistes », avaient des carrières autrement plus convaincantes que ceux qui siègent aujourd’hui dans le « Conseil scientifique ». En effet, quid de Luc Montagnier, Nobel de médecine, de Kary Mullis, inventeur du test PCR, Prix Nobel de chimie 1993. Le chercheur américain a révolutionné la génétique avec sa technique d’amplification de l’ADN. Il déclarera qu’avec ce test PCR on peut obtenir n’importe quoi. En faisant produire la protéine Spike par les cellules, vacciner revient à inoculer la maladie. Ainsi, le vaccin anti-Covid est une injection de milliers de milliards de paquets ARNm qui transforment le corps du vacciné en une « usine de production » de protéines Spike, de Tasuku Honjo, Nobel de médecine lui aussi, du Pr Martin Kulldroff, grand épidémiologiste (lequel a dénoncé les méfaits du confinements) (lien), du Pr Malcolm H. Levitt, Nobel de chimie, du Pr. Didier Raoult, l’un de nos plus éminents virologue, de l’épidémiologiste Robert Malone, en 1987, il réalise une expérience historique. Il mélange des brins d’ARN messager avec des gouttelettes lipidiques (de gras), pour créer un mélange moléculaire. Les cellules humaines baignées dans ce mélange génétique absorbent alors l’ARNm et commencent à produire des protéines à partir de celui-ci. Ce mécanisme est à la base des vaccins à ARNm. Il déclarera : nous avons besoin d’au moins 5 ans de tests et de recherches avant que nous puissions réellement comprendre les risques associés à cette nouvelle technologie. Une AMM conditionnelle a été délivrée en moins d’un an pour les vaccins Moderna et Pfizer-BioNTech (lien). La raison qu’ils vous donnent pour vacciner votre enfant est un mensonge. Vos enfants ne représentent aucun danger pour leurs parents ou leurs grands-parents. C’est en fait le contraire. Leur immunité, après avoir reçu le Covid, est essentielle pour sauver votre famille, voire le monde, de cette maladie. L’analyse bénéfice-risque n’est absolument pas favorable à ces vaccins s’agissant des enfants. En tant que parent et grand-parent, je vous recommande vivement de résister et de vous battre pour protéger vos enfants, du Pr Peter Mccullogh, cardiologue, qui a dénoncé les risques de pathologies cardiaques liés au vaccin, rappelant qu’une approbation définitive d’un vaccin prenait entre 10 et 20 ans (lien), de la généticienne Alexandra Henrion Caude, spécialiste en ARNm, hostile au masque et au vaccin (lien), du Pr Christian Peronne, spécialiste en maladies infectieuses, prônant l’utilisation de l’hydroxychloroquine, et de l’azithromycine, du Pr Vladimir Zelenco, considéré comme le Didier Raoult américain (lien) et bien d’autres face à tant d’autres « experts » qui phagocytent les plateaux médiatiques (lien).

Dernièrement Didier Raoult, qui n’a jamais dévié sur le fond dans ses déclarations, citait Bill Gates reconnaissant que le vaccin ne marchait pas, tout en précisant qu’il n’apprendrait pas à Bill Gates comment gagner des milliards. Dans sa dernière vidéo, il déclarait que le vaccin n’avait guère d’efficacité pour le contrôle de l’épidémie tout en ajoutant : « Je me méfie des gens qui parlent la main sur le cœur, ils ont souvent la main sur le portefeuille. »

Rien n’aura été épargné à l’éminent virologue, on lui reprochera un essai clinique sur la gastro-entérite n’aurait pas obtenu tous les accords des parents d’enfants mineurs. Sur les 3000 participants à l’étude, 30 n’auraient pas eu d’autorisation parentale (1 sur 100 !), malgré les prélèvements rectaux, indique France Bleu.

Katalin Karikó, est une biochimiste spécialisée dans la technique des ARN messagers. En 2005 elle travaillera avec l’immunologiste Drew Weissman sur cette technique pour réduire la réponse inflammatoire trop intense de l’ARN messager introduit dans un organisme. Ils mettront au point son enrobage dans une coque (capside) lipidique. Elle occupe maintenant un poste important au sein de la société BioNTech dont le fondateur, co-auteur du vaccin, est le milliardaire Ugur Sahin.

Milliardaire en 12 mois après l’utilisation massive du vaccin Pfizer, on comprend l’acharnement des grandes industries pharmaceutiques à écarter des centres de décision ceux qui ont conservé leur libre arbitre et l’esprit de discernement.

On apprend aussi qu’en 2021, les dix plus grandes fortunes du monde se sont enrichies de 402 milliards de dollars, alors qu’atteinte d’un cancer du sein contre lequel la chimiothérapie ne fonctionne pas, une trentenaire, mère de trois enfants, voit ses espoirs de guérison suspendus au financement d’un médicament très onéreux et non remboursé. Le traitement de son cancer nécessitant la somme de 30 000 euros, elle sera conduite pour financer son médicament à lancer un appel à l’aide sous la forme d’une cagnotte en ligne.

Macron et les conséquences de dix ans de macronisme

En France, Des Young Leaders, mondialistes, OTAN-compatibles, nous dirigent.

De nombreux ministres entourant E. Macron sont soit Young Leaders de la French American Foundation, Young Global Leaders du Forum économique crée en 2004 par Klaus Schwab ou Young Leaders China. Ils sont totalement compatibles avec le mondialisme et l’ultralibéralisme US. On constatera, par exemple, que les trois membres du gouvernement qui venaient souvent nous parler du vaccin anti-COVID19 : Gabriel Attal, Agnès Pannier-Runacher et Olivier Véran sont tous trois Young Leaders. Une mention spéciale pour Emmanuel Macron qui a réussi l’exploit d’appartenir aux trois groupes et d’être ainsi trois fois Young Leader. Cette oligarchie financière a ses marionnettes, des individus formatés et uniquement préoccupés par la réussite financière. Ils soutiennent tous l’OTAN qui est une organisation criminelle dont nous voyons les méfaits aujourd’hui en Ukraine mais qui ont été précédés par des opérations en Serbie, Irak, Afghanistan, Libye, Syrie etc.

Dans les N° 492 à 504, Faits & Documents rapporte dans une centaine de pages, un certain nombre de faits montrant que Macron a une idée assez élastique de ce qu’est la vérité : la grosse presse prétend qu’il a été reçu à Normale-Sup’ Ulm, alors qu’il a raté deux fois le concours d’entrée, une thèse de philosophie ? Son directeur E. Balibar ne se souvient pas de lui, l’annulation pour toute la promotion du classement à sa sortie de l’ENA par le Conseil d’État. Le blanchiment de la différence d’âge entre Brigitte et Emmanuel qui n’est pas de 19, mais de 25 ans, pour éviter les soupçons de détournement de mineur. Toute une litanie de présentations élogieuses et de gros mensonges dans la presse servile et qui ne seront jamais démentis par le pouvoir en place. Les références de toutes ces fables sont données pour de nombreux livres mais aussi des 1ères pages de périodiques : Paris Match, l’Express, Closer, Le Point, Le Monde, Gala, Point de Vue, Libération etc.

Macron sera caractérisé par les auteurs de nombreux livres ou émission TV et vidéo YouTube, comme une personne sans affect, i.e. sans altruisme, une forte intelligence analytique mais faible sur le plan émotionnel, qui séduit, utilise et jette, surprenant par sa capacité à dire une chose et faire le contraire le lendemain !

On y apprend que son passage comme banquier d’affaires, chez Rothschild, lui permettra selon ses vœux d’être riche avant de s’engager en politique. Il gagnera en moins d’un an 2,4 millions d’euros d’honoraires, suite au rachat en avril 2012 de la division Nutrition Infantile filiale de l’Américain Pfizer par le Suisse Nestlé. Pfizer sera, un hasard, le futur fournisseur du vaccin ARN messager.

La différence d’âge entre Brigitte et Emmanuel est ramenée à « près de 20 ans » dans la quasi-totalité des journaux, périodiques concernant le couple alors qu’elle est proche de 25 ans. Il faut éviter toute affaire de détournement de mineur. La presse people se délecte de cet amour courtois à la française. À une époque de marchandisation de la belle jeune fille américaine où c’est la Trophy Girl qui épouse son prince charmant, en général un richissime octogénaire (ou plus). C’est en France que la prof. solaire et admirée Brigitte rencontre son Trophy Boy. Emmanuel deviendra rapidement dans cette presse le surdoué qui sait tout sur tout, un Jupiter tonnant ou un Mozart de la finance, l’électorat féminin sera séduit et cela se traduira dans son vote.

Il y a également, N° 498 et 499 et la couverture du quotidien catholique Présent (26 juin 2018) : « Les travelos à l’Élysée » rapportant les gros changements à l’Élysée, depuis Yvonne de Gaulle et Bernadette Chirac, où on a fait venir un DJ queer avec ses danseurs transgenres… »

Le N° 497 rapporte que le classement dans la promotion Sedar Senghor de l’ENA est le seul de l’histoire de l’école annulé par le Conseil d’État. 75 élèves de cette promotion sur 134 signeront cette requête. Corinne Lhaik, dans « Président cambrioleur, Fayard, 2020 » sera la seule à relever qu’il n’avait été reçu à ce concours qu’à sa deuxième tentative.

Le 17 octobre 2021, la chaîne TV Toute l’Histoire présente un film de 2016 de Bertrand Delais : « Dans la tête de Emmanuel Macron ». Elle est particulièrement instructive.

Le 17 septembre 2014, en visite aux abattoirs Gad, une petite entreprise familiale bretonne en difficulté, Macron intervenant comme ministre déclare : « Il y a dans cette société une majorité de femmes et il y en a qui sont pour beaucoup illettrées ». Laure de la Raudière, député UMP critiquera de tels propos qui rappellent les Sans-dents de F. Hollande. Il n’y aura aucun préjudice pour le président, la couverture médiatique sera modeste. Il recommencera avec le même mépris lorsqu’il lancera à un jeune horticulteur au chômage : « Je traverse la rue, je vous trouve un travail. »

À la suite des attentats du Bataclan en novembre 2015 le président François Hollande envisage de déchoir de la nationalité française une personne ayant commis un acte terroriste. E. Macron déclare le 9 février 2016 devant l’association France-Israël : « À titre personnel, je pense que l’on ne traite pas le mal en l’expulsant de la communauté nationale ». Cela ne l’empêchera pas de dire ensuite, dans une déclaration mûrement réfléchie, non seulement avoir « envie d’emmerder les non-vaccinés » mais aussi « qu’un irresponsable n’est pas un citoyen » !

Dans un livre paru fin août 2021, la journaliste et écrivaine Gaël Tchakaloff évoque les coups de colère du président. Les petites phrases de Emmanuel Macron n’épargnent visiblement personne. Si le président a pu se montrer froid et arrogant avec certains français durant son quinquennat, il n’est pas forcément plus tendre avec ses collaborateurs. « Le chef dit tout et son contraire, parce qu’il n’a le temps de rien », le Patron ordonne, « Concernant tel et tel conseiller incompétent, virez-le-moi sur-le-champ ! »

Dans l’émission sur France 2, Complément d’enquête présentée par Élise Lucet le 3 février 2022, Christian Eckert, ancien secrétaire d’État au Budget et voisin de bureau de Macron comprend qu’E. Macron était en train de préparer sa candidature et de torpiller celle de F. Hollande. Il dévoile aussi comment, le couple Macron s’est servi des locaux de Bercy et de l’appartement de fonction du ministre de l’Économie pour « préparer le décollage de son parti politique En Marche ! » Il précise qu’en 2016, la quasi totalité des crédits annuels alloués au ministère de l’Économie ont été consommés en frais de représentation (120 000 Euros en six mois !). Christian Eckert publiera ensuite « Un ministre ne devrait pas dire ça » (Ed. Robert Laffont), livre explosif sur la personnalité de Macron.

Dans le livre, Le traître et le néant, Macron l’enquête, paru chez Fayard, les auteurs Gérard Davet et Fabrice Lhomme parlent du président. Ce lundi 14 mai 2012, nommé secrétaire général adjoint de l’Élysée, il prend le temps d’expédier un mail à ses ex-collègues de la banque d’affaires Rothschild & Co : « Chers tous, écrit le tout neuf secrétaire général adjoint du président socialiste Hollande, je vais quitter ce soir la banque, après près de quatre années passées à vos côtés. J’ai beaucoup appris […]. J’espère que les prochaines années vous apporteront le succès mérité. Je ne serai pas loin. Amicalement, Emmanuel. »

Entre 2009 et 2014, Macron aura gagné 3,3 millions d’euros, payant, 1,4 million d’euros d’impôts. C’est donc un millionnaire qui entrera à l’Élysée. Il avait déclaré auparavant, vouloir gagner de l’argent avant d’entrer en politique.

Fleur Pellerin, ministre des PME et de l’Économie numérique entre 2012 et 2014, fait partie des rares personnes à avoir rapidement percé à jour ce trentenaire décidément un peu trop empathique. Après avoir quitté le gouvernement, elle confiera à un proche : « J’ai toujours été mal à l’aise en sa présence, je l’ai toujours trouvé hyper fake, il y avait un truc qui sonnait faux. » Elle observe celui qui est encore le collaborateur de Hollande se livrer à une critique, façon bazooka, de la politique du président qu’il est supposé servir. Rien ne trouve grâce à ses yeux. Sans la moindre gêne apparente, il dézinguera celui qui l’a fait.

On retrouve Macron, début 2017, à La Rotonde, son antre parisien. Autour de la table, les anciens soixante-huitards Dany Cohn-Bendit et Romain Goupil, inséparables, tombés depuis peu en pâmoison devant le candidat.

Le 30 août 2016, il présentera sa démission au président Hollande. Lorsque celui-ci lui demande de soutenir sa candidature, Macron répondra Non ! François Hollande dira de lui : « Il m’a trahi avec méthode. » Puis, « Macron m’a fait les poches, mais le système médiatique est tellement complaisant en sa faveur. » Malgré cela il le soutiendra, tout comme Sarkozy, pour l’élection de 2022.

Macron joue avec les médias quitte à les mépriser ensuite. Il y a cette scène connue : en voiture, Stéphane Bern manque d’écraser, à la sortie du Sénat, le nouveau ministre de l’Économie. Macron reconnaît le conducteur et lui lance : « Ah, Stéphane Bern, ma femme vous adore, donnez-moi votre numéro, on adore Secrets d’Histoire, est-ce qu’on pourrait dîner avec vous ? » Rendez-vous est pris, un premier dîner est organisé à Bercy, où sont conviées d’autres figures des médias, Claire Chazal, Marc-Olivier Fogiel, un journaliste en qui il a vraiment confiance. C’est d’ailleurs ce même Fogiel qui a obtenu, quelques semaines plus tôt, l’exclusivité de la déclaration de candidature de Macron. À l’insu de François Hollande, le ministre de l’Économie, déjà les yeux braqués sur l’Élysée, constitue alors son réseau, dont Stéphane Bern va devenir une pièce maîtresse.

François Baroin, cité près de soixante fois dans le livre sera très dur avec Emmanuel Macron : « Il n’a pas d’enfants, pas d’amis, pas de loisirs. »

En 2019, Denis Robert recevra Marc Endeweld, ancien journaliste à Marianne, qui vient de publier chez Stock : « Le Grand Manipulateur : les réseaux secrets de Macron ». Il avait déjà publié L’ambigu Monsieur Macron, prix du livre incorrect en 2016.

Macron y apparaît comme un homme sans affect, très peu démocrate, plein de mépris. Il n’a pas d’ami et n’ a quasiment aucune fidélité. « Je me suis fait tout seul, je ne dois rien à personne ». En fin de vidéo, Marc Endeweld explique que tous les réseaux, droite/gauche, sur lesquels s’est appuyé Macron ne sont qu’un château de cartes et s’il échoue en 2022, ils iront vers d’autres horizons chercher une herbe plus verte.

Dans l’émission sur France 2, Complément d’Enquête du 26 novembre 2021 « France-Égypte : Révélations sur une opération secrète ». On voit en entrée F. Hollande et E. Macron déclarer : « La France défend les droits de l’Homme comme étant des valeurs universelles ». Ensuite on présente des documents classés Confidentiel – Défense décrivant les dérives criminelles d’une coopération secrète, l’Opération Sirli, entre la France et l’Égypte, commencée sous Hollande et qui continue sous Macron. Cette collaboration conduira à des exécutions extra-judiciaires permettant au président Maréchal Abdel Fattah al-Sissi, d’éliminer grâce aux renseignements français, des centaines d’opposants politiques. On apprendra aussi qu’E. Macron remettra la grand-croix de la Légion d’honneur au président Sissi, en toute discrétion la presse étant tenue à l’écart, sous les sapins de Noël à l’Élysée en décembre 2020.

Alstom, General Electric et le nucléaire français : l’affaire Alexis Kohler

La vidéo BLAST de 50 minutes, 1.8 million de vues

« L’Affaire Kohler, Le scandale qui menace Macron, un homme d’affaires à L’Élysée », a été refusée par toutes les chaînes télé. Aurélien Taché, député du Val d’Oise (rallié aux écologiste), décrit le secrétaire général à l’Élysée Alexis Kohler comme un pur technocrate. Le 9 août 2018, il sera poursuivi pour conflit d’intérêt, dans une affaire assez complexe décrite dans la vidéo. Il sera soupçonné d’avoir favorisé la Mediterranean Shipping Company, MSC, un des plus grands armateurs de porte-conteneurs au monde. Lorsque STX, la filiale du groupe Sud coréen qui détient les Chantiers navals de l’Atlantique fait faillite, deux repreneurs se manifestent : Fincantieri, Italien spécialisé dans la construction navale et Gianluigi Aponte qui a crée avec son épouse Rafaela Diamant MSC. Alexis Kohler n’a pas déclaré que sa mère Sola Hakim est la cousine germaine de Rafaela Diamant. Il y a plus, MSC est accusé d’opacité financière, de problèmes de pollution ainsi que d’une dizaine importantes saisies de drogue opérées sur les navires de MSC, dont la plus grosse saisie réalisée aux USA : 16 tonnes de cocaïne en 2019.

Arnaud Montebourg, alors ministre de l’Économie, décryptera les mécanismes de collaboration. Commentant le courrier d’E. Macron à A. Kohler, le dédouanant de tout conflit d’intérêt dans cette affaire, il déclarera : « Peut-être que Mr Macron dit la vérité pour une fois ». L’affaire suit son cours, l’association anticorruption Anticor, utilisera en décembre 2020, son agrément pour saisir la justice française.

Depuis fin 2014, Macron étant ministre, la France a perdu une partie du contrôle de ses centrales nucléaires au profit du géant US General Electric, résultat en contradiction avec son discours à la Nation en novembre 2021 où il précise qu’il souhaite un retour vers le nucléaire. Il avait déclaré en 2017 qu’il n’était pas bon que 75% de l’électricité en France soit fournie par le nucléaire.

Les communicants de l’Élysée racontent : « On rachète les turbines Arabelle moins cher qu’on ne les a vendues ». La réalité, révélée par Le Canard Enchaîné : le prix de rachat est de 1,2 milliard $, c’est à dire le double du prix de vente en 2015. Et l’entreprise que rachète EDF est singulièrement rétrécie !

Emmanuel Macron a signé le rachat à l’américain General Electric des turbines Arabelle par l’intermédiaire d’EDF. En 2014, c’est pourtant avec sa bénédiction que l’équipementier français s’en était délesté. Pour Marianne, Macron ne remporte pas une bataille industrielle, il répare son erreur économique.

L’autre grand gagnant c’est le PDG d’Alstom, Patrick Kron. Il quittera l’entreprise avec un bonus de 4 millions d’Euros en plus de sa retraite chapeau de 10 millions.

André Bercoff, Sud-Radio, reçoit en octobre 2021 Frédéric Pierucci & Olivier Marleix pour parler d’un scandale d’État : l‘affaire Alstom, une trahison de Macron !

Frédéric Pierucci et Matthieu Aron ont écrit : « Le piège américain » en 2019, chez J.C. Lattes et Olivier Marleix : « Les liquidateurs, ce que le macronisme inflige à la France et comment en sortir », éditions, Robert Laffont, 2021. Olivier Marleix député des Républicains, d’Eure-et-Loir déclare d’entrée : « Cet homme nous surprend tous les jours par sa capacité à dire une chose et le lendemain à faire le contraire ». Il accuse E. Macron de corruption, qui parle de la relance économique française quand la vente d’Alstom a conduit à 4000 suppressions d’emplois. Il y a eu, lorsqu’il était ministre de l’économie un record de vente de grandes entreprises française à des entreprises étrangères. Frédéric Pierucci, lui, parle de son emprisonnement, pendant plus de deux ans, à sa descente d’avion lorsqu’il refuse de jouer la taupe dans sa propre entreprise, Alstom, au bénéfice des USA. Il sera arrêté et lâché par sa direction. Patrick Kron qui a été président-directeur général du groupe Alstom (voir Wikipédia) paiera (à son insu bien sûr) 75 millions de $ en pots-de-vin.

À l’Élysée, « Tout passe par lui », l’indispensable Alexis Kohler, « double » de Macron Éminence grise.

Marianne, 23 janvier 2022. Comment Alexis Kohler, le bras armé de Macron, a bradé le patrimoine industriel français Marianne, 22 janvier 2022. « Je n’ai jamais senti la moindre difficulté entre eux, témoigne un ancien ministre qui les a côtoyés. Leur modus operandi est extrêmement bien huilé : à Macron l’annonce des bonnes nouvelles, à Kohler le traitement des dossiers compliqués et des négociations difficiles en coulisse ». Directeur de cabinet du ministre de l’Économie de 2014 à 2016, cheville ouvrière du mouvement En marche ! lors de la campagne présidentielle et secrétaire général de l’Élysée depuis 2017, Alexis Kohler est le plus proche collaborateur d’Emmanuel Macron depuis l’entrée en politique de ce dernier. Pendant ce quasi-septennat – le duo ayant officié deux ans au ministère de l’Économie puis cinq ans à l’Élysée –, Alexis Kohler s’est vu confier par Emmanuel Macron le traitement des dossiers industriels les plus sensibles, comme la vente d’Alstom Power à General Electric et celle d’Alcatel à Nokia, l’OPA hostile de Veolia sur Suez, la tentative (ratée) de privatiser ADP ou la scission (avortée) des activités d’EDF. Autant d’ombres au bilan du président sortant, et dont il faut attribuer une large part de responsabilité à son grand chambellan – par ailleurs embourbé dans une affaire gênante de conflit d’intérêts présumé avec sa famille.

Distribution de Légions d’honneur

Nos derniers présidents ont été généreux dans cette distribution, Sarkozy à Harvey Weinstein, Macron pour la grand-croix de la Légion d’honneur au président Al-Sissi, en visite officielle en France, lundi 7 décembre 2020 et Hollande pour la Légion d’honneur à Mohammed ben Nayef, prince héritier et ministre de l’Intérieur en Arabie saoudite.

Macron récompensera aussi le géant américain des fonds de pension de Wall Street BlackRock pour l’avoir aidé à préparer sa réforme des retraites. Le documentaire « Ces financiers qui dirigent le monde – BlackRock », diffusé par Arte en septembre 2019, décrira le fonctionnement de ces fonds spéculatifs. Macron aura l’indécence et le cynisme de promouvoir au rang d’officier de la Légion d’honneur Jean-François Cirelli, patron du gestionnaire d’actifs Black-Rock France. Cet ancien conseiller du président Chirac ne cesse de réclamer un recours accru aux fonds spéculatifs pour l’assurance vieillesse. Cette récompense à BlackRock confirme les liens du pouvoir avec la grande finance qui œuvre à détruire notre système solidaire actuel des retraites, pour favoriser un système par capitalisation, qui protège, comme aux USA, les plus fortunés et laisse sur le carreau la grande majorité des retraités.

Conclusion

Les États-Unis succéderont, après la première guerre mondiale, à l’Angleterre pour prolonger une vision impérialiste du monde. Mais ce pays est privé d’une longue histoire, La philosophe Simone Weil écrira dans son dernier livre, « l’Enracinement » : « Il n’y a pas de patrie sans histoire. On voit trop bien aux États-Unis ce qu’est un peuple privé de la dimension du temps. »

Nous sommes en Occident en présence d’une contradiction extravagante : une liberté d’opinion en diminution continuelle et une liberté totale pour le mensonge et la manipulation médiatique. Ainsi, avec la création de l’OTAN, les puissants : Bush, Blair, Clinton, jusqu’à l’actuel chef d’orchestre Biden qui se vantera d’avoir ordonné la destruction des infrastructures civiles en Serbie, pourront entreprendre guerres et destructions dans le monde sans aucun risque, ni pécuniaire ni judiciaire.

La justice sera par contre d’une efficacité redoutable dans sa traque des esprits libres, des historiens curieux ou des lanceurs d’alerte comme Julian Assange accusé d’espionnage par la justice des États-Unis où il risque 175 ans de prison. Ce dernier n’a fait que dénoncer ce que cachent les médias : les crimes de l’armée américaine en Irak, Afghanistan, Libye, Palestine etc. jusqu’aux manipulations de l’équipe de campagne d’Hillary Clinton. Un véritable travail de journaliste d’investigation. La Grande-Bretagne veut l’extrader aux États-Unis qui pourront enfin se venger.

En France le parlement a majoritairement rejeté (31 voix contre 17) une résolution transpartisane proposant au gouvernement d’accorder l’asile politique à Julian Assange, fondateur de Wikileaks, emprisonné à Londres. Cette décision constitue une véritable capitulation de la France, face à l’injustice. On rappellera la formule utilisée, sans lendemain, par notre Président de la République en 2019 : « Il faut protéger toutes les libertés, la liberté de la presse mais la liberté des individus aussi. »

Une grande majorité des dirigeants européens ont un comportement typique des psychopathes. Un trouble de la personnalité qui se caractérise par le mépris des règles, l’absence de remords et d’empathie. Une personnalité narcissique et sans affect possédant une intelligence rationnelle mais émotionnelle réduite. On regardera l’analyse d’un psychiatre italien concernant Macron. Ce comportement est typique de Zelensky qui s’exprime partout dans nos médias et pense qu’Israël a souffert lors des bombardements de Gaza en mai 2021 mais aussi d’ Ursula Von der Leyen et de beaucoup d’autres.

Après dix ans de malheur il y avait une possibilité d’un changement en France à l’occasion de l’élection présidentielle. Mais l’Élite financière, par essence apatride, excelle dans une présentation séduisante pour les masses d’une idéologie internationaliste qu’elle soit trotskiste, culturelle, vacancière ou transhumaniste. Il faut méditer cette déclaration du lobby qui dirige les USA, depuis la première guerre mondiale, et qui porte en lui la haine de toutes les formes étrangères d’enracinement :

« Pour les États-Unis, le nationalisme est une maladie qui doit être combattue par tous les moyens ; pour les européens l’État-nation demeure la seule entité politique viable. Et, alors que les Américains considèrent le multiculturalisme comme source de force, les Européens le refusent comme étant une marque de perdition (…) En résumé, la tâche entreprise il y a 50 ans, le 6 juin 1944 pour la libération de l’Europe doit être menée à terme aujourd’hui. »

« Liberating Europe from nationalism may not be easy », Jonathan Eyal, INYT, 24 mai 1994

Jean-Claude Manifacier

illustration: Emmanuel Macron et Alexis Kohler

envoyé par Dominique Delawarde



Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.