par Christelle Néant.

Le 21 avril 2022 est la date à laquelle la bataille de Marioupol a été annoncée comme terminée par la fédération de Russie. Ce sera aussi la date officielle qui sera retenue pour les futures célébrations de la libération de Marioupol. Le fait qu’environ 2000 soldats ukrainiens soient toujours retranchés dans les sous-sols d’Azovstal ne représente désormais plus un danger, et la ville peut désormais commencer à se reconstruire.

Les 20 et 21 avril 2022, nous étions à Marioupol, pour explorer les territoires du port marchand et de l’usine Ilitcha, récemment libérés par l’armée russe et la milice populaire de la RPD (République populaire de Donetsk). Nous y avons trouvé (sans surprise) beaucoup d’uniformes ukrainiens, mais aussi des corps de soldats ukrainiens et de civils, du matériel médical de pays de l’OTAN, des cartes militaires, et un sous-sol piégé.

Voir le reportage filmé sur place (attention contenu choquant à ne regarder que si vous avez le cœur bien accroché) :

Les corps qui sont sur le territoire de l’usine Ilitcha, et à proximité, sont dehors depuis au moins 10 jours, et permettent de se rendre compte de la supercherie du massacre de Boutcha. Le contraste entre l’aspect de ces corps et celui des cadavres qui jonchaient les rues de Boutcha est saisissant. L’un des corps situé dans un tunnel de l’usine Ilitcha semble être celui d’un civil, dont les mains ont été ligotées avec un bandage blanc (là aussi il y a un parallèle à faire avec les corps de Boutcha).

Un des sous-sols de l’usine était piégé, ce qui nous a empêché de l’explorer plus avant. Dans un autre j’ai trouvé des cartes militaires ukrainiennes montrant les positions du régiment néo-nazi Azov, et des soldats de l’armée ukrainienne dans la ville, mais aussi dans l’usine Ilitcha. Ces cartes, et les listes trouvées avec, ont été transmis à la milice populaire de la RPD.

Pendant ces deux jours, l’usine Azovstal a continué à être bombardée par l’armé russe, et malgré l’annonce de la fin de la bataille de Marioupol, ces bombardements continueront jusqu’à la reddition de tous les soldats ukrainiens qui sont retranchés dans les sous-sols de l’usine.

La poursuite des bombardements russes a pour but d’éviter qu’ils ne bombardent à nouveau les zones résidentielles de Marioupol, comme ils l’ont fait le 21 avril pendant le cessez-le-feu quotidien (organisé pour permettre aux occupants des sous-sols de se rendre en toute sécurité) alors que nous filmions le corps d’un civil mort dans la rue près de l’usine Ilitcha. Un obus de mortier tiré depuis l’usine Azovstal a atterri dans la rue où nous nous trouvions, nous obligeant à partir de manière anticipée.

Malgré ce que l’on peut lire dans la presse occidentale, et entre autre française, l’annonce de la libération totale de Marioupol, et de la fin de la bataille, malgré la présence de soldats ukrainiens dans les sous-sols d’Azovstal, n’est pas prématurée.

Si le Président de la fédération de Russie, Vladimir Poutine a annulé l’assaut de ces sous-sols, c’est parce que cela ne valait pas la peine de risquer la vie des soldats russes et de ceux de la RPD. Les soldats ukrainiens sont désormais totalement coincés. La RPD a pris le contrôle des bâtiments administratifs et de toutes les entrées et sorties d’Azovstal, d’où ses troupes surveillent désormais le territoire de l’usine en continu.

Il n’y a donc aucun intérêt à risquer la vie des soldats russes et de ceux de la RPD. Les soldats ukrainiens ne peuvent absolument plus sortir de l’usine et n’ont que deux options désormais : se rendre ou mourir de faim et de soif. D’après les données communiquées par la Russie, il resterait aux soldats d’Azov des vivres pour tenir 15 jours.

Mais au vu de l’état de certains d’entre eux, visibles sur cette vidéo que les soldats ukrainiens ont publié, je pense qu’ils ne tiendront pas aussi longtemps.

Si la Russie a renoncé à lancer l’assaut contre le dédale souterrain d’Azovtal, c’est aussi peut-être parce qu’elle espère attraper certaines personnes qui s’y trouvent, vivantes ! Ce qui a l’air d’exciter l’hystérie des dirigeants occidentaux. D’où ces articles moquant la décision russe, comme si ce que pensent les journalistes occidentaux avait le pouvoir d’énerver Vladimir Poutine pour le pousser à revoir sa décision.

Pas la peine de se ridiculiser avec ce genre d’articles sarcastiques, le sort des personnes qui se trouvent dans les sous-sols d’Azovstal est bel et bien scellé, et la bataille de Marioupol est bel et bien terminée. Les batailles de Slaviansk et Kramatorsk vont bientôt pouvoir commncer.

Christelle Néant

source : Donbass Insider



Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.