Une erreur mortelle qui aurait dû être évitée à tout prix.

Emmanuel Macron, président de la France, veut faire de la guerre en Ukraine une bataille politique capitale pour gagner la confiance des Français à seulement trois jours de la présidentielle. La stratégie n’est pas stupide. Mais, elle risque d’envenimer les relations déjà très tendues avec un partenaire clé qu’est la Russie.

En effet, le président français vient de révéler, dans un entretien accordé au média Ouest France, que la France va livrer à Kiev des équipements militaires. Ainsi, à la question de savoir si l’Europe doit fournir des armes lourdes à l’Ukraine pour l’aider à faire face à la menace russe, le plus jeune président de la Vème République est catégorique.

“Chacun prend ses responsabilités avec ses équilibres politiques, et je ne m’immisce pas dans la vie politique des uns et des autres. Nous sommes très coordonnés. J’ai parlé avant-hier au Chancelier Scholz sur ce sujet. Nous livrons quand même des équipements conséquents, des Milan aux Caesar en passant par plusieurs types d’armements. Je pense qu’il faut continuer sur ce chemin. Avec toujours une ligne rouge, qui est de ne pas entrer dans la cobelligérance”, dit-il.

Au-delà d’être maladroite, la révélation, faite par Macron, est extrêmement périlleuse pour la France qui n’aurait jamais dû suivre aveuglément la stratégie belliqueuse de Washington qui, ces dernières semaines, militarise sans gêne l’Ukraine à coups de plusieurs millions de dollars d’aides militaires.

En effet, si l’on admet que tenir tête à Vladimir Poutine est une obligation morale, force est de reconnaître que la France a aujourd’hui tout intérêt à ne pas mettre en danger ses alliances avec Moscou pour les beaux yeux des Etats-Unis qui, eux, ne rêvent que d’une chose : asphyxier économiquement la Russie en coupant ses liens économiques avec l’UE pour finalement faire de celle-ci (l’UE) son prochain client en gaz et en pétrole.

D’ailleurs, le dernier coup de maître des Etats-Unis qui ont profité de la crise en Ukraine pour obliger l’UE à lui acheter son gaz est la preuve évidente que Washington est, pour le moment, le seul grand gagnant dans cette guerre. Mais, la posture anti-russe de Macron, totalement assumée, est un danger mortel pour la France qui, du jour au lendemain, risque de se retrouver dans une situation économique extrêmement catastrophique pour plusieurs raisons :

  1. un embargo sur l’énergie russe coûterait à la France entre 3 et 7 milliards d’euros tel que révélé par le média La Tribune.
  2. plus de 1 200 grands groupes français (Total, Carrefour, Leroy Merlin, Decathlon….) sont installés en Russie où ils empochent un pognon de dingue. Par exemple, en 2021, Auchan (pour ne citer que cette multinationale française) a réalisé 3,1 milliards d’euros de bénéfices en Russie.

3. Sur le plan militaire, l’attitude de Macron représente une sérieuse menace pour la France qui, d’après une enquête de l’ONG Disclose, est l’un des plus grands fournisseurs d’armes de la Russie depuis plusieurs années. D’ailleurs, d’après l’ONG, depuis 2015, la France a livré au moins 76 licences d’exportation de matériel de guerre à la Russie pour un montant estimé à environ 152 millions d’euros.

Compte tenu de tous ces facteurs mentionnés, il est donc évident que la Russie est un allié stratégique pour Paris qui ne devait jamais tomber dans le piège de Washington en la menaçant ouvertement. L’attitude de Macron peut se comprendre. Car, à quelques jours d’un second tour qui tient en haleine toute la France, il a besoin de se démarquer complètement de sa rivale, Marine Le Pen, dont les liens très étroits avec le régime russe lui ont valu, depuis le début de la guerre en Ukraine, de virulentes critiques en provenance non seulement de la classe politique française, mais aussi de l’UE.

En armant l’Ukraine, Macron assume totalement son choix d’envenimer une situation déjà délétère, ce qu’il fallait éviter à tout prix. Et le pire est qu’en s’alliant à Washington et en suivant strictement sa politique étrangère russophobe et contre-productive, Macron risque de déclencher le courroux de l’homme fort du Kremlin qui, en guise de représailles, pourrait infliger à la France une sanction économique d’une rare violence.

En tout cas, le 1er mars dernier, Dmitry Medvedev, bras droit de Poutine, avait mis en garde Paris en ces termes : “un ministre français a dit aujourd’hui qu’ils nous avaient déclaré la guerre économique. Faites attention à votre discours, messieurs ! Et n’oubliez pas que les guerres économiques dans l’histoire de l’humanité se sont souvent transformées en guerres réelles”.





Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.