Volodymyr Zelensky a appelé à rencontrer Vladimir Poutine pour «mettre fin à la guerre». Le président ukrainien a réitéré sa position selon laquelle toute discussion deviendra impossible si ses militaires retranchés à Marioupol étaient tués.

«Je pense que celui qui a commencé cette guerre pourra y mettre fin», a lancé le 23 avril le président ukrainien Volodymyr Zelensky lors d’une conférence de presse à l’intérieur d’une station de métro du centre-ville de Kiev, soutenant qu’«il n’avait pas peur de rencontrer» Vladimir Poutine si cela permettait de parvenir à un accord de paix entre la Russie et l’Ukraine.

«J’ai insisté dès le début sur les négociations avec le président russe», a-t-il assuré. Et d’ajouter : «Ce n’est pas que je veux [le rencontrer], c’est que je dois le rencontrer de façon à régler ce conflit par la voie diplomatique.» «Nous avons confiance en nos partenaires, mais il n’y a aucune confiance avec la Russie», a-t-il déclaré.

Le président ukrainien a par ailleurs déclaré, comme il l’avait déjà fait par le passé, que Kiev abandonnerait les négociations avec Moscou si les militaires ukrainiens retranchés dans le vaste complexe métallurgique d’Azovstal à Marioupol dans le sud-est de l’Ukraine étaient tués par l’armée russe. «Si nos hommes sont tués à Marioupol et si des pseudo-referendums sont organisés dans la région de Kherson [sud, du pays], alors l’Ukraine se retirera de tout processus de négociation», a-t-il affirmé. Il s’est aussi dit prêt à un échange de militaires ukrainiens qui sont retranchés à Marioupol.

Vladimir Poutine a pour sa part présenté le 22 avril les objectifs réévalués de l’offensive russe en Ukraine alors que les forces armées de son pays encerclent l’usine de Marioupol. Le chef d’Etat russe a ainsi évoqué auprès du président du Conseil européen, Charles Michel, les mesures que les forces russes prendraient afin de protéger la population civile : l’ouverture de couloirs humanitaires et «l’annonce de cessez-le-feu pour évacuer en toute sécurité les civils de la zone de guerre», selon le communiqué du Kremlin.

Marioupol sous contrôle russe

Le 21 avril, le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a informé le président Vladimir Poutine que les forces de la Fédération de Russie, et de la République populaire de Donetsk (reconnue par Moscou) contrôlaient l’intégralité de Marioupol, à l’exception du site industriel d’Azovstal. Début avril, la Russie estimait que «de nombreux mercenaires étrangers» étaient présents dans la ville.

Après la «libération» de Marioupol par les forces russes, le président russe a suspendu le 23 avril l’assaut sur le site industriel d’Azovstal, pour des raisons humanitaires, a-t-il avancé auprès de Charles Michel. Celui-ci a demandé au président russe lors de leur entretien téléphonique de garantir des corridors humanitaires dans la ville à l’occasion de la Pâque orthodoxe.

Pour rappel, la Russie a lancé le 24 février une opération militaire en Ukraine, dénoncée par Kiev et les Occidentaux notamment comme une guerre d’invasion. Selon le président russe Vladimir Poutine, cette opération vise à «démilitariser» et «dénazifier» l’Ukraine et à porter secours aux Républiques autoproclamées du Donbass (reconnues par Moscou), dont les populations seraient menacées de «génocide»



Source:

One thought on “Volodymyr Zelensky veut rencontrer Vladimir Poutine pour «mettre fin à la guerre» — RT en français”
  1. Il faut se demander pourquoi Zelensky en tant que président de l’Ukraine, s’est laissé piéger deux fois, par on ne sait qui, à apparaitre bourré et drogué dans une vidéo et sur une autre avec un gros tas de drogue à ses côtés, même si ces vidéos ont été promptement retirées, elles existent dorénavant et constituent des preuves irréfutables sur la nature du personnage.
    La question est: Pourquoi son entourage s’évertue-t-il à le dénigrer puisque la communauté occidentale est genoux à terre devant lui?
    Alors, pourquoi Poutine irait-il s’afficher avec un personnage aussi sulfureux pour discuter du sort des ensevelis d’Asovstal?
    On comprend bien que le camp occidental ne veut absolument pas que les opinions internationales voient ce qui se cache dans ces bunkers.
    Le problème c’est que d’en avoir trop fait les concernant, cela en à fait une arme puissante dans les mains des russes avec laquelle ils ont toute latitude pour, dicter, leurs volontés.
    Ils sortiront jamais de là vivants et incognitos, donc, c’est certain qu’à un moment donné il se passera quelque chose, probablement que de guerre lasse, ils sortiront vivants et totalement défaits, mais ce ne sera pas à l’avantage occidental.
    Parce que, il sera facile au camp russe de dire que si les gens ont péri et sont resté aussi longtemps sous terre, c’est à cause de cette vilénie qui ne voulait pas se montrer.
    En conséquence, Zelensky parle dans l’hyperespace.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.