25 avril 2022 à 16h39,

Durée de lecture : 4 minutes

Luttes

Ils n’ont pas attendu les résultats de la présidentielle pour s’organiser et lutter contre la politique écocide du futur gouvernement. Environ 80 collectifs en lutte contre les projets injustes et polluants — inscrits sur la carte des luttes de Reporterre — et une dizaine d’organisations nationales (Attac, Union syndicale Solidaires, Les Amis de la Terre, etc.) appellent à une journée de mobilisation mardi 26 avril. Dans toute la France, des dizaines de rassemblements et actions coup-de-poing sont prévus pour dénoncer de multiples projets polluants et destructeurs.

Lire aussi : La carte des luttes contre les grands projets inutiles

• Chantiers du métro, d’un golf…

En Île-de-France, l’une d’entre elles vise à dénoncer l’incurie du précédent gouvernement et demander l’instauration de mesures sociales et climatiques. À Saclay (Essonne), une marche sera organisée le long du chantier de la ligne 18 du métro du Grand Paris. L’objectif est de découvrir les victimes d’une « scène de crime », écrivent les organisateurs : mésanges, écureuils roux, crapauds, tritons et vers de terre dont l’habitat est détruit par ce chantier.

C’est également l’occasion pour la section locale de France Nature Environnement (FNE) de lancer sa campagne #Laissebéton : sanctuarisons les terres agricoles. De quoi dénoncer les lobbys de l’industrie du béton qui tentent de torpiller les décrets de la loi Climat sur l’objectif zéro artificialisation nette (Zan).

La carte des mobilisations prévues le 26 avril 2022. Carte Retour sur terres

Dans les Pyrénées-Orientales, la coordination Viure organise une balade à proximité du futur golf et du tracé d’une nouvelle route départementale en pleine zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF). En Haute-Savoie, une action coup-de-poing est organisée à Annecy contre l’artificialisation des milieux naturels et le saccage des montagnes. En Seine-Maritime, à Rouen, des actions surprises auront lieu autour des multiples luttes locales de la région : les Jardins Joyeux, le contournement Est, l’implantation d’un entrepôt Amazon, ou encore contre un nouveau projet de sucrerie industrielle.

En Loire-Atlantique, un rassemblement aura lieu à Nantes en soutien aux collectifs en lutte contre l’artificialisation. À Vigneux-de-Bretagne, c’est contre une station-service TotalÉnergies qui va s’implanter sur une zone humide. Dans le Pas-de-Calais, à Berck-sur-Mer, les opposants au projet de serre tropicale géante Tropicalia se retrouveront pour une mobilisation. Dans le Vaucluse, à Entraigues-sur-la-Sorgue, les opposants à la construction d’une prison sur une zone humide organiseront un semis de tournesols.

• Fermes-usines, industrialisation des forêts…

Deux actions sont prévues contre les fermes-usines. La première à Langoat (Côtes-d’Armor), avec le collectif Bretagne contre les fermes-usines qui mettra en scène le procès de la filière porcine et ses conséquences néfastes. Puis à Lescout dans le Tarn, où un collectif espère bloquer le chantier de la cinquième extension d’un poulailler industriel de près de 200 000 volailles.

Pour dénoncer l’industrialisation de la forêt française, deux actions sont programmées. La première dans la forêt du Bager (Pyrénées-Atlantique), menacée par une carrière, puis à Forcalquier (Alpes-de-Haute-Provence) contre un parc photovoltaïque industriel qui ravagerait la forêt de Seyne.

Manifestation contre une mégascierie à Lannemezan (Hautes-Pyrénées), en novembre 2020. © Alain Pitton/Reporterre

Les défenseurs des jardins populaires se retrouveront aux Lentillères, à Dijon, un quartier occupé depuis une dizaine d’années mais toujours menacé d’expulsion. Autre rendez-vous, au Jardin des Vaîtes de Besançon pour continuer d’occuper ces terres maraîchères menacées de bétonisation. Enfin, une vélorution est organisée à Rennes pour défendre l’Îlot U, un jardin de 3 hectares qui risque d’être bétonné par le projet d’aménagement ViaSilva.

• Routes, entrepôts géants…

Côté transports, cinq mobilisations sont prévues : à Montpellier contre le projet de périphérique, près d’Avignon contre le contournement routier de la ville, à Strasbourg pour une opération de comptage de camions afin de démontrer l’impact négatif du contournement GCO. Enfin à Lyon, avec le collectif La Lutte des sucs, qui organisera une soirée de présentation de leur combat contre le bétonnage de 140 hectares de terres. Concernant les aéroports, rendez-vous à Saint-Émilion, où la première manche contre le projet d’extension de l’aérodrome été remportée.

Trois actions sont organisées contre les entrepôts : à Amiens (Somme) contre le projet de la Zac Boréalia 2, à Marquillies (Nord) contre un entrepôt commercial géant, ainsi qu’à Montaren-et-Saint-Médiers (Gard), contre le projet de la Zac Les Sablas.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d’une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner



Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.