par Pepe Escobar.

Préparez-vous : quelque chose d’« asymétrique » mortel est peut-être sur le point de se produire.

Ni l’OTAN ni la Russie ne nous disent ce qui s’est réellement passé avec le Moskva, le légendaire navire amiral de la flotte de la mer Noire.

L’OTAN, parce qu’en théorie, ils savent. Moscou, pour sa part, a clairement indiqué qu’elle ne dira rien tant qu’elle ne sera pas sûre de ce qui s’est passé.

Une chose est sûre. Si le ministère russe de la Défense découvre que l’OTAN a fait cela, il lâchera tous les chiens de l’enfer sur l’OTAN, comme dans « asymétrique, létal et rapide ».

Concernant l’emplacement du Moskva : il était positionné près de l’une des trois plates-formes de forage utilisées pour surveiller tout un secteur de la mer Noire à l’aide d’hydrophones et du radar NEVA-BS, la plus à l’ouest, BK-2 Odessa, à environ 66 km au nord-est de l’île des Serpents. Le tout était intégré dans les systèmes de surveillance régionaux. Comme dans tout, littéralement, tout était surveillé : les navires, les cibles volant à basse altitude, les échos plus petits, même la tête d’un nageur insouciant.

Il y avait donc très peu de chances que quoi que ce soit – sans parler des missiles subsoniques Neptune et des drones Bayraktar – ait pu passer à travers ce filet aérien.

Que s’est-il donc passé ?

Il a pu s’agir d’une sorte de drone sous-marin, lâché soit par un sous-marin sournois, soit par une équipe de la SBS, en provenance de la côte ouest, avec une escale à l’île des Serpents. Ce drone aurait alors réussi à percer la coque du Moskva par en dessous et à faire exploser sa charge utile à l’intérieur.

Ce qui suit provient d’une source de premier plan à Bruxelles : sérieuse, digne de confiance, avec des antécédents prouvés depuis près de deux décennies. Pourtant, il se peut qu’elle ne fasse que diffuser de la désinformation. Ou se vanter. Ou c’est peut-être une information solide comme le roc.

Avant de commencer, nous devons souligner qu’il est difficile de croire à l’angle du conte de fées Neptune/Bayraktar. Après tout, comme nous l’avons vu, la flotte russe avait établi une couche de surveillance/défense multidimensionnelle en direction d’Odessa.

Le Moskva était près d’Odessa, plus proche de la Roumanie. Il y a un an, affirme la source, un nouveau localisateur à réseau phasé a été installé sur lui : la portée d’éclairage est de 500 km. Selon le récit ukrainien standard, le Moskva a d’abord été touché par un drone, puis les localisateurs et les antennes ont été détruits. Le Moskva était à moitié aveugle.

Ensuite – selon le récit ukrainien – ils ont lancé deux missiles de croisière Neptune depuis la côte. Le guidage a été effectué par Orion de l’OTAN, qui était suspendu au-dessus de la Roumanie. Les missiles ont fait un zoom sur le navire avec les têtes chercheuses éteintes, afin que le faisceau de rayonnement ne soit pas détecté.

Nous avons donc un guidage par Orion de l’OTAN, transmettant les coordonnées exactes, qui a conduit à deux impacts et à la détonation des munitions (c’est la partie reconnue par le ministère russe de la Défense).

Un coup stratégique

Le Moskva était en mission de combat à 100-120 km d’Odessa et contrôlait l’espace aérien dans un rayon de 250-300 km. Il assurait donc en fait le recouvrement de la moitié sud de la Moldavie, de l’espace allant d’Izmaïl à Odessa et d’une partie de la Roumanie (dont le port de Constanta).

Son positionnement ne pouvait être plus stratégique. Le Moskva interférait avec le transfert secret par l’OTAN d’avions militaires (hélicoptères et avions de chasse) de la Roumanie vers l’Ukraine. Il était surveillé 24/7. La reconnaissance aérienne de l’OTAN était totalement sur le coup.

En tant que « tueur » du Moskva, l’OTAN n’a peut-être pas choisi le Neptune, comme le répand la propagande ukrainienne ; la source indique le NSM PKR (Naval Strike Missile, d’une portée de 185 km, développé par la Norvège et les Américains) de cinquième génération.

Elle décrit le NSM comme « capable d’atteindre la cible le long d’une route programmée grâce à l’INS réglé par GPS, de trouver indépendamment la cible en volant vers elle à une altitude de 3-5 mètres. Lorsqu’il atteint la cible, le NSM effectue des manœuvres et déploie des interférences électroniques. Un imageur thermique très sensible est utilisé comme système d’autoguidage, qui détermine indépendamment les endroits les plus vulnérables du navire cible ».

En conséquence directe de la frappe du Moskva, l’OTAN a réussi à rouvrir un couloir aérien pour le transfert d’avions vers les aérodromes des régions de Tchernivtsi, de Transcarpathie et d’Ivano-Frankivsk.

Parallèlement, après la destruction du Moskva, la flotte de la mer Noire, selon la source, « ne semble plus avoir de navire équipé d’un système de missiles antiaériens à longue portée ». Bien sûr, un système de radar à trois bandes Sky-M reste en service en Crimée, capable de suivre toutes les cibles aériennes à une distance allant jusqu’à 600 km. On peut se demander si cela suffit à tous les besoins de la Russie.

Alors, qu’avons-nous vraiment ici ? Fantaisie ou réalité ? Il n’y avait qu’une seule façon de le savoir.

J’ai soumis l’information à l’inestimable Andrei Martyanov, qui a connu le Moskva « sous le nom de Slava en 1981, lorsqu’il était à flot dans la baie nord de Sébastopol et que ma classe, qui s’entraînait au début de l’été à bord du vieux croiseur Dzerzhinsky, a eu droit à une présentation détaillée de ce navire. C’était donc une vieille dame et il est dommage qu’elle ait dû terminer sa longue vie de cette façon et à cette époque ».

Martyanov, une fois de plus, s’est montré très professionnel, soulignant que personne, à ce stade, ne sait vraiment ce qui s’est passé. Mais il a soulevé quelques points cruciaux : « Par NSM (si nous acceptons cette version), même avec sa faible observabilité et son guidage GPS dans des conditions normales (c’est-à-dire la mer jusqu’à l’état 5-6) et une radio-perméabilité normale, même le vieux radar de la frégate du Moskva aurait vu ces missiles à des distances de plusieurs dizaines de kilomètres, entre 15 et 20 à coup sûr. Les NSM, comme tous les missiles anti-navires de l’OTAN, sont subsoniques, avec une vitesse d’environ 300 mètres par seconde. Cela laisse, même à une distance de 15 kilomètres, 45 secondes pour détecter la trajectoire et développer une solution de tir pour le complexe AD en service. Un temps de réaction plus que suffisant ».

Martyanov souligne également qu’« il est impossible de cacher l’impact externe du missile anti-navires – on saura immédiatement ce qui a touché le navire. De plus, pour toucher et couler une cible telle que le Moskva, il faut lancer une salve et pas seulement deux missiles, probablement 3 ou 4 au moins. Dans ce cas, la Russie saurait qui a attaqué le Moskva. L’OTAN le sait-elle ? Je suis certain que l’OTAN est au courant de cet événement, s’il ne s’agit pas d’un sabotage interne, ce qui ne peut absolument pas être exclu à ce stade. Je suis sûr que si Nebo était opérationnel, il aurait vu la salve ».

Ce qui nous amène à l’inévitable argument décisif : « Si l’OTAN était impliquée, je suis sûr que nous verrions des représailles, après tout, comme je le répète sans cesse, les bases américaines au Moyen-Orient et ailleurs ne sont rien d’autre que de grosses cibles prestigieuses ».

Alors préparez-vous : quelque chose d’« asymétrique » mortel est peut-être sur le point de se produire.

Pepe Escobar

source : Strategic Culture Foundation

traduction Réseau International



Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.